• Sohrab SEPEHRI : La demeure de l'Ami , chant par D.O.Tron

     

    Le chant :

    http://www.wat.tv/audio/sohrab-sepehri-demeure-ami-61vcl_2hlcv_.html

     

    Accords de guitare : 1C/1C7/1F/1G7 . Rythme    : 6 de type TaDINngénatom , ou  6 fois 5 de type TAkaTAkita et autres combinaisons. Les temps forts indiqués sont ceux du bibir intérieur du musiciens , l' exécution du rythme dans le  style catalytique de D.O.Tron fait une place tres importante aux syncopes

     

     ____

     

    Le poème de  Sohrab SEPEHRI traduit par Dariush Shayegan 

     

    La demeure de l'Ami 

     

    de  Sohrab SEPEHRI traduit par Dariush Shayegan 

     

    .

     

    "Où est la demeure de l'Ami ?"

     

    C'est à l'aurore que retentit la voix du cavalier.

     

    Le ciel s'arrêta à l'instant, un passant offrit

     

    Aux ténèbres du sable

     

    Un rameau de lumière qu'il tenait dans ses lèvres

     

    Puis montrant du doigt un peuplier blanc, il dit:

     

    "Pas loin de cet arbre se trouve une ruelle boisée

     

    Plus verte que le songe de Dieu,

     

    Où l'amour est tout aussi bleu que

     

    Le plumage de la sincérité.

     

    Tu iras jusqu'au fond de cette allée

     

    Qui émergera par-delà l'adolescence,

     

    Puis tu tourneras vers la fleur de la solitude. 

     

    A deux pas de la fleur, tu t'arrêteras

     

    Au pied de la fontaine d'où jaillissent les mythes de la terre.

     

    Là tu seras transi d'une frayeur transparente;

     

    Dans l'intimité ondulante de cet espace sacré,

     

    Tu entendras un certain bruissement:

     

    Tu verras un enfant perché au-dessus d'un pin effilé,

     

    Désireux de ravir la couvée du nid de la lumière.

     

    Et tu lui demanderas:

     

    "Où est la demeure de l'Ami?"

     

    ___

     

     

     

    BIOGRAPHIE Wikipedia  de Sohrab SEPEHRI :

     

    Born October 7, 1928

     

    Kashan, Iran

     

    Died April 21, 1980 (aged 51)

     

    Tehran, Iran

     

    Resting place Mashhad-eh Ardahal, Kashan

     

     Persian Poet and Painter.

     

    Sohrab Sepehri (Persian: سهراب سپهری‎) (October 7, 1928 - April 21, 1980) was a notable modern Persian poet and a painter.

     

    He was born in Kashan in Isfahan province. He is considered to be one of the five most famous modern Persian (Iranian) poets who have practised "New Poetry" (a kind of poetry that often has neither meter nor rhyme). Other practitioners of this form were Nima Youshij, Ahmad Shamlou, Mehdi Akhavan-Sales, and Forough Farrokhzad.

     

    Sohrab Sepehri was also one of Iran's foremost modernist painters.

     

    Sepehri died in Pars hospital in Tehran of leukemia. His poetry is full of humanity and concern for human values. He loved nature and refers to it frequently. The poetry of Sohrab Sepehri bears great resemblance to that of E.E. Cummings.

     

    Well-versed in Buddhism, mysticism and Western traditions, he mingled the Western concepts with Eastern ones, thereby creating a kind of poetry unsurpassed in the history of Persian literature. To him, new forms were new means to express his thoughts and feelings.

     

    His poetry has been translated into many languages including English, French, Spanish, German, Italian, Swedish, Arabic, Turkish and Russian.

     

    ___

     

    other poems 

     

     

     

    MORNING GLORY

     

    Translated by Ismail Salami

     

     

     

    Past the border of my dream

     

    The shadow of a morning glory

     

    Had darkened all these ruins

     

    What intrepid wind

     

    Transported the morning glory seed to the land of my Nod?

     

    Beyond glass gates of dream

     

    In the bottomless marsh of mirrors

     

    Wherever I had taken a piece of myself

     

    A morning glory had sprouted

     

    Forever pouring into the void of my soul

     

    And in the sound of its blossoming

     

    I was forever dying in myself

     

    The veranda roof caves in

     

    And the morning glory twines about all columns

     

    What intrepid wind

     

    Transports this morning glory seed to the land of my Nod?

     

    The morning glory germinates

     

    Its stem rising out of my transparent sleep

     

    I was in a dream

     

    Flood of wakefulness overflowed.

     

    To the view of my dream ruins I opened eyes:

     

    The morning glory had twined all about my life.

     

    I was flowing in its veins

     

    It rooted in me

     

    It was all of me

     

    What intrepid wind

     

    Transported this morning glory seed to the land of my Nod?

     

    NEAR A DISTANT REALM

     

    There was a woman at the door

     

    Standing with a body as ever

     

    I approached her:

     

    Her image flooded my eyes.

     

    Speech turned into wings of passion and knowledge.

     

    Shadow turned into sun.

     

    I walk out in the sun

     

    I was carried away by pleasing signs:

     

    I went as far as childhood and sands

     

    As far as delightful mistakes

     

    As far as abstract objects

     

    I neared picturesque waters

     

    And trees laden with pears

     

    With an ever-present trunk

     

    I breathed with the wet truth.

     

    My feeling of wonder mingled with the tree.

     

    I perceived I abutted on the throne of God

     

    I felt a bit distraught.

     

    Man goes to seek solace

     

    When he feels crestfallen.

     

    I did too.

     

    I went as far as the table

     

    The yogurt’s taste, the fresh green plants

     

    There was bread to eat with a cup and saucer:

     

    My throat pined for a goblet of vodka.

     

    I returned:

     

    The woman was there at the door

     

    Standing with a body of deadly wounds.

     

    An empty can

     

    Kept paring away

     

    The water's throat.

     

    THE FLOW OF WATER

     

    When knowledge

     

    Still nestled by springs,

     

    Man

     

    Indulged himself in his azure philosophy

     

    In the delicate indolence of a meadow.

     

    His thoughts flew with the bird.

     

    He breathed with trees.

     

    He was submissive to the poppy's conditions.

     

    Intrepid meanings of the waters

     

    Roared in the depths of his speech.

     

    Man

     

    Slept

     

    In the context of the elements

     

    And woke up

     

    In dawning fear.

     

    But sometimes

     

    The strange music of growth

     

    Echoed

     

    In the frail joints of his joys

     

    And dust settled

     

    On his struggling knees.

     

    Then

     

    His creative fingers,

     

    Idled and got lost

     

    In precisely geometrical grief.

     

    THE OLD TALE OF NIGHT

     

    O you lost in the stellar green wonders!

     

    The fig of ignorance

     

    Epitomizes the virgin rocks

     

    The heart of water is pining

     

    For the reflection of a garden

     

    The everyday apple tastes of illusion in the mouth.

     

    O old fear!

     

    My fingers went numb when you came to me.

     

    Tonight

     

    My hands know no fear:

     

    Tonight they pluck fruits

     

    From the branches of myths.

     

    Tonight

     

    Each tree bears

     

    As many leaves as my fears.

     

    Audacious speech thawed in the burning meeting of eyes

     

    O colorful beginnings!

     

    Protect my eyes from the evil magic:

     

    I am still

     

    Dreaming of

     

    Unknown nocturnal blessings.

     

    I am still

     

    Thirsting for

     

    Wavy waters.

     

    My buttons

     

    Look like ancient magic words.

     

    On the meadows

     

    We had our last carnal feast before words began.

     

    In this feast, the music of stars

     

    Fell upon my ears from inside the potteries.

     

    And my eyes reflected the swarms of migrating magicians.

     

    O ancient mirror of narcissus in sorrow!

     

    Ecstasy carried me away.

     

    - To the realm of growth?

     

    - Perhaps

     

    Let us drink water of wisdom when we thirst for speech.

     

    The pure modesty of speech

     

    Flows under the strewn legacy of night:

     

    Before syllables came into being,

     

    The living had their resurrection.

     

    From among the rivals

     

    Arrogant speech cracked my jaws.

     

    Then I, wading knee-high

     

    In pure vegetable silence,

     

    Bathed my hands and face in the sight of objects.

     

    Then, in another season,

     

    My shoes got wet

     

    With the word of dew

     

    Then, I sat down on a rock

     

    And listened to the pebbles migrating past my feet.

     

    Then I perceived

     

    That each branch Escaped the season of my hands.

     

    O counterfeit night!

     

    My kerchief filled with unripe clusters of prudence.

     

    From behind the wall of a deep sleep,

     

    A bird flew out of intimate darkness

     

    And took my kerchief away.

     

    The first pebble of inspiration echoed under my feet.

     

    My blood tenderly hosted the space.

     

    My pulse swam over the elements.

     

    O night...!

     

    No, what am I saying?

     

    The illumination of window warmed up the listener's cold body,

     

    My fingers traveled in the direction of love.

     

     

     

     

     

    *

     

    A boat I will shape

     

    Translation: Morteza Heydari Araghi[1]

     

     

     

     

     

     

     

    A boat I will shape,

     

     

     

    and will let free into sea,

     

     

     

    will go farther away from this bizarre land,

     

     

     

    where nobody, in this land of love,

     

     

     

    pulls the heroes out of sleep.

     

    A boat, free of sail,

     

    and will shape away heart from the dream of pearl.

     

    Neither I lie with blues,

     

    Nor seas- water fairies, whose heads on surface,

     

    who enchant from the spring of their hairs

     

    on fisherman's sunlight of lonely dares.

     

    will run so

     

    will sing so:

     

    shall go far, farther away.

     

    Men? no tales.

     

    Women? not as cheerful as a cluster of grapes.

     

    No chamber of mirrors doubled the drinking spree.

     

    Even water didn't let a torch fire-free.

     

    shall go far, farther away.

     

    night sang its song, it's the windows' day.

     

    will run so.

     

    will sing so.

     

    Beyond the sea, there is a city,

     

    where the windows are open to expressions.

     

    and the roofs are places for pigeons who watch the fountain of the human mind.

     

    In the hands of each 1o year old child, is a flower of knowledge.

     

    People of the city see a bait, like a flame, a soft dream.

     

    The earth hears the music of your feeling,

     

    and calls in wind, story-telling birds' wing.

     

    Beyond the sea, there is a city,

     

    where sun extents to the size of daybreakers' eyes.

     

    Poets heir water, wisdom and light.

     

    Beyond the sea, there is a city,

     

    A boat I must shape.

     

    The Address Translation: Maryam Dilmaghani

     

    At the first light of the dawn

     

    Asked the pilgrim:

     

    "Do you happen to know

     

    the abode of The Beloved?"

     

    The skies went silent

     

    save their mourning clouds,

     

    save their falling stars.

     

    The passer gave up his glowing twig

     

    to the gloom of the sands

     

    and replied:

     

    “Don’t you see that poplar tree?

     

    Well, right before the tree,

     

    There is lane that you’ll reckon, I deem.

     

    For it is greener than a heavenly dream.

     

    For it is generously shaded with the deep blues of love.

     

    Well, If you See.

     

    So walk down that lane

     

    You’ll arrive to the garden of sense

     

    Turn to the direction of the loner lake

     

    Listen to the genuine hymn of leaves

     

    Watch the eternal fountain

     

    that flows from the spring of ancient myths

     

    till you faint away in a plain fear.

     

    And when a rigid noise clatter into the fluid intimacy of space

     

    you'll find a child

     

    on the top of a tree,

     

    next to the nest of awls

     

    in hope of a golden egg.

     

    Well, if you See.

     

    You may be sure; the child'll show you the way. 

     

    Well, If you just ask about

     

    the abode of The Beloved.”

     

    [edit]Another poem By Sohrab Sepehri

     

    Translated by Neima Jahromi

     

    I’ve never seen two rival pines.

     

    I’ve never seen a willow

     

    Sell its shadow to the earth.

     

    An oak happily offers

     

    Its branch to the raven.

     

    And wherever there is a leaf,

     

    and in me, passion blossoms.

     

    [edit]Another poem By Sohrab Sepehri

     

    Translated by Persica Australis

     

    I saw not two trees become foe.

     

    I saw not a willow,

     

    Sell its shade to the earth.

     

    Benevolently it shares,

     

    The elm its branch to the raven.

     

    Wherever there is a leaf,

     

    My Passion blossoms.

     

    [edit]The Lover Is Always Alone

     

    Translated by Farid Moslehi

     

    The lover is always alone,

     

    and the lover's hand is held by the delicate hand of the seconds,

     

    and he and the seconds travel to the other side of the day,

     

    and he and the seconds sleep on a bed of light,

     

    and he and the seconds bestow upon water the greatest book in the world,

     

    and they know all too well that no fish ever untied the thousand and one knots of the river ....

     

    [edit]The Lover Is Always Alone

     

     

     

    The translations have been retrieved from the book The Lover is Always Alone by Karim Emami.

     

    A self-selected anthology of his poems, Hasht Ketab (Eight Books) has been a perennial bestseller ever since it was published in 1976. Karim Emami, the translator of Sepehri’s poems, “The lover is always alone”, states that,

     

    “In the land of poetry, the immortals - Hafez, Saadi, Rumi, Ferdowsi, and Khayyam - always top the list of most frequently reprinted titles, but the modernists are not in this league, except perhaps for Sepehri (1).”

     

    The most avid readers of Sepehri's poems are the younger generation-high school and university students of both sexes. Both men and women graduates look up to Sepehri almost as a spiritual mentor and guide. The number of articles written regularly about him in the popular press is simply staggering. Unlike so many other contemporary Iranian poets, Sepehri does not have a political agenda. Emami states that, “He [Sepehri] is not sloganeer preaching, overtly or covertly, the downfall of the autocratic regime (1)”. He is apolitical. His poetry is a reflection of his deepest personal feelings and reflections on the smallest incidents of his daily life. Sepehri does not use the formal language of Persian literature or formal metrics. His poetic medium is free verse. The vocabulary offers everyday speech! Sepehri’s poems are very simple and understandable. His style of poetry amazes its readers because within the simplicity of his words, he offers so much beauty, and pays so much attention to simple and almost forgotten events that happen around him. Emami states his view on Sepehri’s poetry, “He praises life and God's myriad creations - everything, animate or inanimate, that he encounters under the sun. He is communion with nature, and wants us all to love it and respect its laws. His poems are full of aphorisms that he passes to us as pieces of advice, or as recommendations or even commandments (2)”.

     

    Here are a couple of Sepehri’s poems that people often use as pieces of advice:

     

    Let's not muddy the water!

     

    Eyes should be washed to see things in a different way...

     

    Let's be simple everywhere.

     

    Sepehri demonstrates his skills in his powers of observation, his imagery, and his expression of feeling. A part of his appeal must be that he is not like any other poet. In his own ways, he is unique. Sepehri was born in Kashan in 1928, in the first decade of Reza Shah Pahlavi’s reign and of the rapid modernization of the country. Kashan is located some 250 kilometers (160 mi) south of Tehran, built on the edge of the Kavir, the great salt desert. It is an old city, imbued with age-old traditions of Persian life. When Sohrab had finished 9th grade, he moved on to Tehran to attend a two-year teacher training course. He intended to become a primary school teacher, move back to his town and help support the family. He did so for a while; however, it did not last for more than two years as he then moved back to Tehran, to attend Tehran University's school of fine arts. Emami, translator of “The lover is always alone” states that, “He simply could not suppress his love for painting, which has become an all-consuming passion (3)”. To help support himself while attending the university, he found a job in an oil company, and later on in the public health organization. Emami says, “He was a restless soul and could not stay in one job for long (3).” At the University, he was attracted to the modern art movement, both in his painting and his poetry. The pioneering efforts of Nima Yushij, the father of modern Persian poetry in forging a new and liberated style of poetry appealed to him, and he soon gave up the old style of formal metrics which he had been practicing in Kashan. He went on to publish all the collection of his poems, "Eight Books" in 1976, which took thirty years of his life.

     

    In 1979 he became ill with leukemia, and traveled to England to seek cure, but the treatment proved of no avail, and he eventually died after returning to Iran, in Tehran in the spring of 1980. Sepehri was buried according to his will in the village of Mashhad-e Ardahal, in the vicinity of Kashan. Although, he can no longer continue writing poetry, he is seen as the leader and a mentor to the new generation of Iranians. He is still very much alive within his works which have inspired too many people over the last two decades to convert to the new style of poetry, and to begin a new life style. The poem below, from “The Lover is Always Alone” appears on Sepehri’s gravestone, where he is buried in Kashan, Iran.

     

    If you are coming to see me,

     

    pray step gently, softly

     

    Lest the thin shell of my loneliness

     

    Should crack (Sepehri 154)."

     

    The Lover is Always Alone is a collection of Sepehri’s poems translated into English by one of Iran’s finest translators, Karim Emami. The purpose of this book has been to introduce Sepehri’s poems to English speakers. It has also offered a deeper understanding of poems to its bilingual readers. This essay demonstrates the influence of Sepehri as poet, the social signification and it also demonstrates his political life.

     

    Sepehri's poems offer different looks, and yet very simple ones, which separates him from other open-minded poems. He regards the nature phenomena and events which occur everyday and have been considered trivial by all on account of repetition, with a vision full of surprises and wonder. Pirouz Sayar, the author of "paintings and drawings of Sohrab Sepehri", states that, “He gazes at the sun as it rise, at the bird as it sings far away, at a bud which blossoms, at a plant which is growing in the pot, at the life which is going on among the trees in the valley, and the red rose which plunges the onlooker into its enchantment (249)”. Sohrab Sepehri had a significant vision, in both his poetry and painting. Mostafa Valiabdi who has made a movie about the poet’s life states that, “He is one of the few poets in Iran that had looked at West and its culture with open eyes and awareness (5)”. Some poets had rarely traveled outside of Iran and had little idea of the western culture. On the other hand they were some others who converted to the Western culture and changed their entire credos, life style and style of poetry. Sepehri had been inspired by Western countries, India, and Japan, but eventually he would go back to his hometown, Kashan, where his spirits and roots had always been. Sepehri's magnificent vision and poetry had made him more of a world citizen than an Iranian Poet per se. That is the way he introduces himself in the “Water’s footsteps”:

     

    I come from Kashan

     

    But Kashan is no longer my town.

     

    My hometown has been lost.

     

    With feverish effort, I have built myself a house

     

    On the far side of the night (Sepehri 50)."

     

    The "Wayfarer" demonstrates Sepehri’s vast vision in his poetry even more, and as a world citizen, someone who would see, notice, and appreciate beauty and art anywhere on the earth. That is a huge part of Sepehri's character and poetry, a restless soul that just wants to live as close as possible to the nature, where he is able to find God. Here is a part from Sepehri’s “Wayfarer”:

     

    Wherever I am, let me be!

     

    The Sky is mine.

     

    The windows, the mind, the air, love, earth, are all mine.

     

    What does it matter

     

    if mushrooms of nostalgia

     

    grow from time to time? (Sepehri 58)"

     

    Sepehri’s love affair with Kashan and its plains did not keep him from traveling and exploring the world, which inspired his Poetry, painting, and vision toward life. The journey began in 1957, when he departed for France to study lithography, and was enrolled in Paris school of Fine Arts. In the following year, he settled in Rome, Italy for some time and took part in the Bienniel of Venice. He later returned to Iran resumed his work of painting. In the year 1960, he left for Japan to study the technique of wood engraving. During his stay in Japan, he visited several centers of Art, and became familiar with the work of Japanese artists. Thenceforth, Sepehri devoted all his time to creative art, and he held many exhibitions in Iran and abroad. In 1963 he took part in the Biennial of San Paulo in Brazil and a little later a group exhibition of Persian art at the museum of Le Havre, France. In 1964, he traveled to India and paid visits to the art centers of the country. In 1970 he traveled to the United States and during his few months of stay there he participated in a group exhibition in Bridgehampton city, and in 1971 in an individual exhibition in Cyprus Gallery in Paris, he went back to France and Paris at the invitation of the Art International Quarter. In 1976, he participated in the exhibitions of the Persian Contemporary art in the Art Bazaar held in Basel of Switzerland. Pirouz Sayar states that, “Sepehri is an artist who has been profoundly influenced by Oriental intellectual ideas and his particular vision and thought should be evaluated in this context. His deep understanding of the Persian Art and culture, combined with his familiarity with thoughts and art of the Far East and India, resulted in flourishing of his vision in a particular manner (249).”

     

    New generation of Iranians, Sepehri's most avid readers, are more liberal and less prejudice, [old fashion thinkers] than the last generation. They are very eager to explore the world around them, and that leaves no doubt why Sepehri's characteristics in his poetry appeal to them very much. His poetry has become the language of the new generation, a generation that seeks new ideas, the generation that wants a bloodless revolution in many aspects of the old fashioned Persian life. In the last two decades, religion has been ruling Iran in all aspects of social and political life. Iranian youngsters encounter a paradox between their personal life and their social life. With the introduction of computer and internet, a huge wave of western culture has penetrated to Iran; however, the old fashion side of the society seems to remain unchanged. Still people have to fake their religions and beliefs, and there is no tolerance toward people who want to choose a path outside of the religion’s box.

     

    Sepehri’s ideology of religion matches the new generation’s ways of thinking. He believes in faith, dignity, and truthfulness, and yet he is not religious in his poetry. Sepehri's god is not Allah, his god lies by the water, his god is among the trees, his god lives nearby! He creates a free and open environment in his poetry; he gives people the right to doubt anything before believing in it. According to Fahimeh Rastkar, the poet's close friend, “Sohrab was not a religious person, but he would set himself a limit for everything in life based on his own credos and values (8).” This poem, a part of “Water's Footstep”, describes Sepehri's mentality towards religion:

     

    “I am a Moslem.

     

    My Mecca is a rose.

     

    My mosque is a spring, my prayer stone the light.

     

    Fields make my prayer rug.

     

    I make ablution with the heartbeat of the windows.

     

    Moonlight flows through my prayers, the spectrum too.

     

    My Kaaba lies by the water,

     

    My Kaaba lies under the acacias.

     

    My Kaaba travels like the breeze,

     

    From one garden to the next,

     

    From one town to another (Sepehri 28).”

     

    When Sepehri was twenty three years old and had just written his first collection of poems, Iran was a monarchy under Mohammad Reza Pahlavi. The highlight of that era would be the Coup of 1953, an operation planned by CIA to remove Mohammad Mossadegh, prime minister of the time who passed the Oil nationalization act that led to British and Americans losing control of Iran’s oil industry. The coup of 1953 left behind some ugly memories from the American government in Iranian’s minds.

     

    With the United States gaining more control in Middle East, they helped the Shah to re-install himself back into power by creating one of the most tortuous secret polices in the world, Savak.

     

    Many artists and poets expressed their feelings toward the unelected Shah of Iran, Mohammad Reza Pahlavi, and his dictatorship by making their works do the talking. Poets reflected the problems of the society in their poems. They criticised Shah for letting the United States dominate in Iran. However, the society had very little capacity and patience toward those criticisms. Khosrow Golsorkhi, a journalist and a poet, became one of the victims of the government’s intolerance behavior. He was mysteriously killed by the secret police in 1974. Many chose to stay silent and stay away from politics, but others did what they could to better the society. With early efforts of Nima Yushij, Sepehri and his contemporary poets began a new era in modern Persian poetry, which was a dramatic revolution to the Persian literature. Sepehri did not have a political agenda, and he was never interested in getting involved in politics. He would keep himself busy by spending his entire time studying different kinds of arts, painting, and writing poems. This is precisely why he was disparaged by his "political conscious" fellow poets that he paid too much attention to his inner life too little to the social-political circumstances around him. Shamlu, one of Sepehri’s contemporary poets and a very successful one too, believed that poets must reflect their era in their works. “An innocent person is dying nearby, and Sepehri is standing by a tree and saying ‘Don’t muddy the water’, his poems reflect beauty, but that is not enough, beauty is not enough for me (Shamlu 108).” Sepehri’s poems do not reflect an era in time, and it is very hard to be able to recognize a specific period of time in his works. However, he offers innocence, beauty, freedom, purity, love, and faith in his poems. Sepehri’s poems reflect the stages of seeking perfection and ascension in the poet’s life. That is why his poems now stand on the peak of the modern Persian poetry, and have become ever lasting. Most of all, Sohrab Sepehri was a poet of the people.

     

    In conclusion, the staggering number of articles that have been written about Sohrab Sepehri is the symbol of new generation’s attempts to find the ideal ideology and view toward life and to become familiar with who they are. Sepehri lived for fifty two years, and in his prolific life he visited many countries and spent all his times toward his passions, poetry and painting. The collection of his poems, “The Eight Books” is now one of the most popular books in Iran. Sepehri’s vision has been a vital key to his success. Although; he is apolitical and does not reflect his time in his works, the concepts that he demonstrates are truly timeless. He talks about being "simple", having a fresh attitude toward life, and living as close as possible to the nature. The English translation of Sepehri’s poems, “The lover is always alone” is a very successful beginning in introducing his poetry to the world. Hopefully Sepehri's poetry, will one day, become the language of our world, as Emami says, “In the age of rapid travel and communication, books still have their own magic means finding their way around the world (22).” The world that Sepehri lived in twenty seven years ago may have changed, but hope still very much exists. Yes, “One must live, as long as the poppies bloom”, as Sepehri had always said.

     

    [edit]Bibliography

     

     

     

    Hasht Ketab (Eight Books) 1976

     

    The Death of Color 1951

     

    The Life of Dreams 1953

     

    Us nil, us a look Was not published until 1977

     

    Downpour of Sunshine 1958

     

    East of Sorrow 1961

     

    Water's Footfall (1965) translated by Kazim Ali with Mohammad Jafar Mahallati, Omnidawn, 2011.

     

    The Wayfarer 1966

     

    The Green Space 1967

     

    [edit]Works cited

     

     

     

    The Lover Is Always Alone. Trans. Karim Emami. Tehran: Sokhan,

     

    Sepehri, Sohrab, and Riccardo Zipoli. While poppies bloom: Poems and Panoramas. Trans. Karim Emami. Tehran: Zarrin-o-Simin Books, 2005.

     

    Bidi, Hamed. "Where Are My Shoes?" While Poppies Bloom. 12 Oct 2006. 24 Oct 2000

     

    Valiabdi, Mostafa. Hichestan.Tehran: Tiam, 2005.

     

    Karimi-Hakkak, Ahmad. Hasht Ketab: Professor Hakkak's view on the Sepehri's esthetic vision and significance.United States: Ketabe Gooya, 2005.

     

    Sepehri, Parvaneh. The Blue Room. Tehran: Gooya, 2003.

     

    Sepehri, Paridokht. Wherever I am, let me be! Tehran: Peykan, 2005.

     

    Sayar, Pirouz. Paintings and Drawings Of Sohrab Sepehri. Tehran: Soroush Press, 2002.

     

    Sepehri, Paridokht. Sohrab, the Migratory Bird. Tehran: Tahouri, 1996.

     

    Hamid Siahpoush. The Lonely Garden: Sohrab Sepehri's Remembrance. Tehran: Negah, 2003.

     

    [edit]Sohrab Sepehri's life timeline

     

     

     

    Born in 1928 – Kashan – Iran

     

    He hosted a painting exhibition - Tehran 1944

     

    He published his first poetry book that followed by a few other books in the same year - 1951

     

    He graduated from the fine arts university with B.A. degree in painting - Tehran – 1953

     

    He translated some Japanese poetry into Persian and published them in a literary magazine called Sokhan – 1955

     

    He traveled to Paris and attended the Paris Fine Arts School in lithography – 1957

     

    He traveled to Tokyo to further his studies in lithography and wood carving – 1960

     

    On the way back to Iran from Japan, he visited India and became familiar with the ideology of Buddhism – 1961

     

    He published three books in poetry – 1960

     

    He traveled to India again and visited several cities and provinces – 1964

     

    He traveled to Pakistan and Afghanistan 1964

     

    He traveled to Europe and visited several countries such as Germany,England,France,Spain,the Netherlands,Italy and Austria – 1966

     

    He published some long poems after he returned to Iran – 1966

     

    He hosted a painting exhibition in Tehran 1967

     

    He published another book in poetry 1967

     

    He traveled to Greece and Egypt – 1974

     

    He published his final book called ‘Hasht Ketab' (Eight Books), which was the collection of almost all of his published poems in one volume – 1976

     

    He got blood cancer and traveled to England for treatment – 1978

     

    Unfortunately, his attempt to defeat cancer brought him no result. He returned to Iran and died in Pars Hospital in Tehran on Monday April 21, 1980.

     

    ___

     

    Reference :

     http://www.mortez.net/2en11/

     


    votre commentaire
  •  

    Alexandre Gerbi : Inversion future ,chant par D.O.Tron

     

    chant du 3 avril 2013 :

    http://www.wat.tv/audio/alexandre-gerbi-inversion-62imh_2hlcv_.html

    ___

    chant du 2 avril 2013 :

    http://www.wat.tv/audio/gerbi-inversion-future-chant-62im7_2hlcv_.html

    Les accords utilisés dans le chant sont 2D/3D7/2G-6/2A7 . La base rythmique de départ est 6+3+3  , jeu syncopé sur TaDINngénatomTAkitaTAkita

    *

    Détail du tryptique d'Alexandre Gerbi " l'homme bleu et le paradisier" :

    Alexandre Gerbi : Inversion future chanté par D.O.Tron

     *

    Ci dessous, au centre, Alexandre Gerbi au Symposium franco africain du Lucernaire, et lien d'une émission de radio de mars 2013 à laquelle il participe :

     

    Alexandre Gerbi : Inversion future ,chant par D.O.Tron

    http://www.beurfm.net/IMG/mp3/PAD_Rediff_Forum_Debat_27_03_13.mp3

    ___

    INVERSION FUTURE

    sonnet d'Alexandre Gerbi

    pour Oriata

     

     

    La neige et les grands froids, la grêle de l’hiver

     

    S’emmêlaient noirs, glacés, fin cristal des nuées,

     

    Quand le Paradisier parvint à arriver

     

    Au-devant de tes chairs de haine dénuées.

     

     

     

    Tu lui souris, candide, ému par ses couleurs

     

    Emporté dans ses chants ourlés comme des prismes,

     

    Comme ses plumes d’or dont papous et voleurs

     

    Masquent en ricanant leur vice et leurs sophismes.

     

     

     

    Ô toi que les fléaux avaient poussé ici,

     

    Caché près du grand tronc, blotti dans la nature,

     

    Avais-tu donc rêvé à l’oiseau que voici ?

     

     

     

    Osas-tu donc songer, ivre de désespoir,

     

    Ayant fui gouffre et cri, qu’ils viendraient un beau soir

     

    Si métamorphosés, inversion future ?

     

    *

     

     

    opus 8, par D .O.Tron :

     

    Alexandre Gerbi : Inversion future chanté par D.O.Tron

     

    Dominique Oriata Tron , infographisme à partir d'une photo du 1 er avril 2013 avec la webcam de son ordi :

     

    Alexandre Gerbi : Inversion future ,chant par D.O.Tron

     

     


    votre commentaire
  •  

    A

    poème "Les fontaines nous parlent", dit et chanté par Bernard Gueit

     

    http://www.youtube.com/watch?v=jC0N1g2mLTw

    B

     

    Poème extrait  du recueil des CEREMONIES DU SOLEIL, de Bernard GUEIT, chanté par Dominique Oriata TRON le 31 mars 2013. accords de guitare utilisés : 1B7, Am7, 3Gm7, le numéro indique la case la plus élevée du manche où se pose la main. le rythme , en tempo lent, se base  sur 7 temps : TAkitatakamé  sont les syllabes répétées mentalement, tandis que l'interprétation, sur la castagnette et la cymbalette, est syncopée. La flûte de pan est courbe  de type naï roumain. autre lien pour  même opus chanté

    http://www.wat.tv/audio/bernard-gueit-quelque-chose-61t23_2hlcv_.html

     

    B.Gueit :Bernard GUEIT : Quelque chose commence ..., chanté par D.O.Tron D.O.Tron le jour de l'enregistrement : Bernard GUEIT : Quelque chose commence ..., chanté par D.O.Tron

     

     

    ___

    C

     Nous reproduisons ci dessous  la première section des "Cérémonies du Soleil " dont on lira l'intégralité en cliquant sur le blog de Bernard Gueit avec des vidéos où il lit lui même ses poèmes et évoque le temps des PAROLADES sur l'île de PLANIER ( photo en tête de l'article)  .

    http://bgueit.overblog.com/ceremonies-du-soleil

    Bernard GUEIT : Quelque chose commence ..., chanté par D.O.Tron

     

     

    Quelque chose commence

    entre les lignes de la main

     

    quelque chose

    comme une guitare

     

    au cœur léger 

    aux cordes sensibles

    aux mèches noires

     

    Quelque chose 

    comme une maison invisible

     

    sans murs ni fenêtres

     

    mais avec un feu à l'intérieur

    que l'on se passe 

    de main en main

     

    On dit que les guitares allument 

    des lucioles au fond des yeux

     

    et quand nous sommes des rois mages

    nous les prenons pour des étoiles

     

    que nous suivons

    sur nos chameaux et sur nos dromadaires

     

    quelque chose commence

    entre les lignes imaginaires

     

    et dans les lignes imaginaires

     

    la guitare accroche ses notes 

    qui parfois nous chavirent le cœur

     

    Alors nous partons

    sur nos chameaux et sur nos dromadaires

     

    nous croisons des chevaux arabes

     

    et d’étranges personnages 

    de carton de lumière qui

     

    la nuit donnent des fêtes

    pour éclairer nos vies

     

    Le ciel déroule sa toile peinte au dessus de nous

     

    dans les villages seules les églises sont éclairées

     

    tintements des grelots 

    les cahots du chariot

     

    on entend  

    la musique

    de la mer

     

    Certains de nous 

    sont faits d’un bloc d’étoile 

    tombé du ciel

     

    d’autres sont pétris dans la glaise

    d’autres encore sont les fils du vent

     

    d’autres enfin on ne sait pas

    peut-être 

    sortis de la mer

     

    ou plus simplement fils de loup

    fils de tigre ou de merle moqueur

     

    peu importe

     

    la lune est leur amie

    la même lune pour tous

     

    et les étoiles les bordent 

    dans leur lit d’herbes folles

     


    votre commentaire
  • Patrick Quillier : 

    Patrick Quillier : Elégie Lauragaise

     

     *

    Elégie Lauragaise , partition musicale  de Patrick Quillier :

     


    votre commentaire
  •  

    version 2

     

     

    Lecture chantée le 23 mars 2013 du poème de Dominique Oriata Tron par lui même , qui joue aussi sur 3 pistes la guitare , le bendir et la flûte de pan. Les accords de soutien du chant sont : 1B7/2Em/1G7/3D7/2A7/1G6 .Le rythme de base est à 11 temps, basiquement 5 + 6  Takatakitatadinngénatom mais on trouvera également des combinaisons de type 3 fois cinq + trois fois six qui équivalent à 11 x 3  et c'est à dire  3 x Takatakitatadinngénatom ou Takita x 11 . Ce que j'appelle musique catalytique est un terrain de jeu où le retour à l'unisson apres les écarts balise seulement l'ambiance , où l'arithmétique favorise la navigation de l'improvisation d'une piste à l'autre. Les écarts comme le calcul arithmétique  sont des catalyseurs de fusion entre des enseignements musicaux d'origine diverses, comme dans l'écriture le sont les règles de prosodie et la marge de liberté

     

    ___

    version 1

     

    Ce poème , dont la première version a été composée a Mooréa a été publié dans les "108 poèmes clefs " aux éditions de la Bartavelle et auparavant  dans la "Dépêche de Tahiti"  et dans la revue "Le trait d'union " à Pondichéry , d'où provient le scan ci dessous :

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

     

    ___PHOTOS

     

    A : la montagne  au pied de laquelle j'habitais à Moorea lorsque j'ai écrit la première version de cet opus. 

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

    B :  dans la dernière décennie du 20ème siècle  ,sur ma barque d'alors , je joue  d'une flûte de ma fabrication , avec des bambous taillés sur les pentes que l'on voit derrière, en hauteur

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

    C : autre rivage de l'île Moorea au vingtième siècle :

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

     

    D : deux oiseaux d'Afrique

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

    E : à Mahalé, en 2010 en Afrique , la terrasse de la maison où j'ai enregistré la version 2

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

    Pourquoi ne suis je plus en Polynésie ? j'y enseignais et y avais acheté , avec un crédit bancaire un terrain avec Christine mon épouse d'alors. mais celle ci devint de plus en plus malade chroniquement de l'humidité tropicale, ce qui nous poussa à revendre et à nous installer dans un climat méditérrannéen plus sec. Déjà aussi à cette époque là l'urbanisation de Mooréa  nous avait donné un voisinage qui était dispensateur de nuisances sonores, ce qui s'ajouta  à sa volonté de déménager, surtout que lorsque nous étions au travail, la maison était cambriolée, les portes ou les fenêtres forcées .   Une fois réinstallés à formentera dans l'archipel des  Pythiuses  , apres avoir déménagé tout notre matériel artistique et construit  une salle de danse nous nous séparâmes amis sur le constat que  notre relation était devenue apres 22 ans davantage frère soeur qu'une relation d'époux  . Ensuite je partis seul en Polynésie puis en Afrique, mais en tant que locataire la situation financière devint de plus en plus difficile à assumer ,ainsi que le contexte ,d'où l'aspiration à vivre avec ma nouvelle épouse Nim  sur le terrain isolé de Formentera  avec Christine et son nouveau compagnon, afin de pouvoir exercer nos activités artistique sans  difficultés matérielles croissantes. Depuis 2009  nous avons étéloué la  maison ci dessus en Afrique en attendant  que Nim obtienne le droit de vivre en Europe, ou plutôt la concrétisation de ce droit puisqu'en tant qu'épouse elle l'a théoriquement déjà   selon les lois. Ci dessous, Nim sur la même terrasse :

    opus 633 : Notre actualité et leur actualité

     

    ___

    Commentaire de Catherine RIBEIRO :

     
    Dimanche 24 Mars à 20:47   Supprimer le commentaire
     

    Cher Toi, Cher Dominique ;

    Ton texte est magnifique... Merci pour tes mots qui coïncident avec moi et peut-être avec les miens...

    Je t'embrasse et salue ta compagne pour moi.

    Nous ne craignons personne... Nous marchons dans le vent et la lumière...

    Catherine RIBEIRO.


    votre commentaire
  • opus 643  : Passeport pour la Dignité

     

    Ci dessus, rassemblement de guitaristes à Darjeeling. 

    ___

     

    version 4

    opus 643  : Passeport pour la Dignité

     Accords de guitare utilisés : 1Bb,1C7,1F, le 1 suggère que le doigt le plus élevé de l'accord est sur la première case en haut  du manche de la guitare . Rythme à 9 temps Takitatakatakadémé  .Poème, flute de pan , bendir et chant par Dominique Oriata Tron.

     

     

     

     

    version 3

    PASSEPORT POUR LA DIGNITE

     

    Je suis l'Ami nouveau, la lumière m'envoie !

    Maeva, Oxona, Omar, Shéhérazade,

    entendez vous  ? Entendez ma chanson  et ouvrez moi la porte ...

    il y a dans nos yeux un or inépuisable

     sobriété, respect, et justice sociale  !

     

    En moi habite à jamais le Berger

    ma flûte a  imité la danse du grand arbre

    accourez amis joyeux et âmes malheureuses

    éloignons nous des ronces carnivores

    évitons l'illusion des prestiges menteurs

    cessons de cheminer vers leurs feux d'artifice !

     

    Je suis le survivant, l'invisible disciple

    apres le dur combat contre la Maladie

    qui voulait pour toujours  vampiriser les îles,

    imposer à la steppe un sourire brutal ...

     

    Je suis le vagabond de la danse des nuages 

    Et j'appelle à l'Union par delà les frontières

    il n'y a qu'une race humaine et sa soif de dignité

    en  langues de soleil diverses pour penser 

    et chanter sur la plage  où finit le Désert !

     

    Je suis l'amant des seins de la Déesse

    Je les ai fait se tendre de parfums magiques

    et elle s'est levée pour fêter l'avenir !

    Créatrice de toutes  Galaxies nous buvons  ton lait

    Tes mains ont enfanté la Perle merveilleuse

    où chacun trouvera vie et prospérité !

    ___

    note de l'auteur : Je sais très bien que la critique des frontières est jugée utopique, voire dangereuse, à droite et même souvent à gauche. On donne comme argument le réveil des nationalismes en Yougoslavie ou ailleurs ...  cela fait deux mille cinq cent ans environ que l'on entend parler , apres Socrate , de citoyenneté humaine, notamment dans plusieurs religions, alors si l'universalisme de l'équité parait délirant ou démagogique, qu'on cesse de se référer à ces penseurs et à ces saints lorsqu'on parle de défendre sa civilisation. C'est évident que de tout temps ont existé des dérives inquisitrices des idéologies universalistes religieuses ou agnostiques voire  athées. Cela prouve simplement que les esprits qui nient l'universalité de l'humain sont dans une position d'imposture avec leurs propres croyances affichées. Qu'ils les dénoncent au lieu de s'en montrer défenseurs. Si on se base sur le fait que l'être humain est définitivement incapable d'organiser une gouvernance sociale mondiale dans un esprit d'équité, et que toute tentative dans ce sens va exacerber les tensions communautaires, on gère le monde comme une réserve d'animaux incapables d'accéder à une conscience universelle. Je reconnais qu'il y a du vrai dans ce constat, mais la vie humaine  qui ne tend pas à une évolution spirituelle, ne fait que s'enliser dans des situations infernales, alors au moins que la conscience se dégage du cynisme  .Pour moi  dont les initiatives ont été continuellement  saboté toute ma vie par des partisans des frontières politiques et culturelles, il est clair que c'est le fait d'agir en fonction des limites spirituelles des populations qui est de la démagogie. Puisque ces populations se réclament généralement de civilisations bâties par des penseurs universalistes, il est de mon devoir de pédagogue de pointer du doigt cette fausse conscience . Comment sinon pourrait on espérer une évolution ? Un autre argument est que les frontieres protègent les identités culturelles. D'abord je constate que la caste dominante de la planète est de plus en plus multiraciale et ne connait aucune frontière . Sans doute pense t on dans cette caste que l'on fait preuve d'une maturité supérieure à celle de la population qui dépend d'elle. Je dirai plutôt que ça arrange les affaires  de la caste de parquer les peuples comme du bétail et de les exciter les uns contre les autres, ce qui renforce les frontières . Cela arrange la caste mondialiste de voir des européens soupçonner les noirs comme de potentiels voleurs de leur prospérité et des noirs haïr des blancs en tant que pilleurs des matières premieres d'Afrique. Je ferai remarquer que sur toute la planète , les peuples sont gavés des mêmes feuilletons  télévisés, des mêmes informations filtrées, et que la diversité des cultures n'existe plus. Alors pour perpétuer des académismes identitaires , les puissants  subventionnent au compte goutte quelques associations de défense de telle ou telle culture. Mais ce que j'ai vu c'est que la survivances des pratiques culturelle est rarement le fait de ces monopoles caricaturaux de la tradition. Les pratiques culturelles, notamment artistiques et linguistiques , ne peuvent survivre que par   la conscience de créateurs individuels ,parfois même sans public, et non pas dans le refus des métissages intellectuels , qui ont toujours existé  . Je crois qu'à partir du moment où existe une gouvernance sociale mondiale, où la majorité de la population ne vive pas dans la précarité , dans la survie, les autonomies des régions et les libertés individuelles encouragent par elles mêmes la diversité des pratiques culturelles traditionnelles et modernes. Ce qui est mondialisé à l'heure actuelle , ce sont les médias et les multinationales. Or c'est la taxation sociale qui doit être mondialisée, la mise en oeuvre des droits citoyens de protection de la dignité même en Europe , où c'est un crédo loin d'être mis complètement en pratique. Les médias et les entreprises doivent être des moyens locaux pour les communautés autonomes de petite taille, de sorte que le citoyen puisse être en relation avec ses élus, et ne pas être géré par des technocrates invisibles . Pour retarder l'évolution humaine, la propagande des prédateurs a toujours été de la diaboliser ou de faire du catastrophisme, ce qui fait qu'il y a beaucoup plus d'angoisse dans les pays riches que dans les pays pauvres. Bien évidemment, l'abolition de l'esclavage a ruiné l'économie des esclavagistes qui ne se sont pas recyclés. Et ceux qui s'accrochent à l'actuel apartheid planétaire comme à une protection des cultures au Nord comme au Sud seront ruinés tôt ou tard, car la majorité de la population terrestre, avec les moyens modernes de communication, est en train de découvrir que c'est elle que l'on ne cesse de ruiner davantage. La dignité de la majorité des habitants de la planète est insultée par la précarisation croissante, par le cynisme des exploiteurs, par l'hypocrisie qui consiste à proclamer des principes droit de l'hommiste ou spirituel  en ne les appliquant que de façon opportuniste . Et cette majorité n'a de perspective d'amélioration de son sort que par une coordination internationale des exploités de toutes religions ou convictions, mais unis pour des pressions synchronisées ,comme l'est la gestion des multinationales selon les difficultés rencontrées ici ou là. 

     

    *

    version 2

    La première version de ce poème , d'abord appelé Passeport, a été publiée dans le "Trait d'Union" à Pondichéry, puis dans la Dépêche de Tahiti et dans les "108 poèmes clefs " chez LA BARTAVELLE EDITEUR en 1994. 

     

    opus 643  : Passeport pour la Dignité

     

    *

     

    opus 643  : Passeport pour la Dignité

     

    opus 643  : Passeport pour la Dignité 

    le bled natal de D.O.Tron et de Rachid Madani, qui a pris cette photo ci dessus


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    version 1

    peinture acrylique sur toile montée  sur châssis par l'auteur D.O.TRON ,en vente chez Tila PK 13,5 à Maatea, Moorea

    NA TAEAE  E TORU

    = les trois frères , en reo maohi

     

     

    opus 241  TRADUIT DES ETOILES

     

     

     ___

    version 3

     

    opus 241  TRADUIT DES ETOILES

     

    = chanson sans nuages ,en tamazigh taitoq

    Enregistrement  sur 3 pistes d' Audacity et compression en 32 kbs mp3 . Flûte de pan, castagnette, natuvangam, guitare , chant par Dominique Oriata TRON .Le  texte  reprend presque complètement celui de  la version 2 publiée dans un article de la page faceBook "fondation Abalyon". Les accords  du thème musical sont 2G6, 3D7 et 1C, les numéros indiquqnt pour  la case la plus haute sur le manche . 

    __

     

     

    version 4

     TRADUIT DES ETOILES

     

     

    Nous les soleils associés qui sommes vos grands frères

    nous supplions toutes fourmis à prétention humaine !

    Entendez notre voix musclée par la magie des orgues du silence : 

    Brulez dans nos rayons les aiguillons de vos conspirations

    , de vos instincts de prédateurs 

    Cessez d'rganiser peine et discorde et désolation 

    sur la planète verte sinon vous mêmes

     vous en perdrez bientôt la consolation !

     

    Les sources , les fontaines sont à tous,

     pour y boire et s'y laver ...

    Enivrons nous d'eau claire en amont 

    et choisissons l'aval pour nous baigner.

    Le seul travail qui est sensé 

    c'est de guérir la vie et de créer la joie

    de conduire les eaux jusqu'au coeur du désert

    afin que nos rayons nourrissent à foison

    les fruits les feuilles les racines !

     

    Chaque forme de la Création

    est un balbutiement du Grand Secret !

    Et si le monde est un tel Mystère

    à nous d'être toujours plus vrais

    pour  le voir de plus en plus dénudé ..;

     

     

    Vous reines des fourmis, des termites ,

    des femmes et des hommes

    distribuez aimablement comme des clés 

    des tâches de jardiniers sans contraindre personne

    laissez du temps aux travailleurs

    comme on laisse de l'espace aux plantes

    et cessez de gaver vos rois, vos reines ,vos spéculateurs  !

    Le grenier est déjà plein, il s'appelle planète Terre

    Arrêtez de faire souffrir nos destins 

    Par vos contrôles aux frontières !

     

    Oui , nous savons que vous êtes convaincus

    de défendre un trésor mérité par vos ancêtres

    contre l'armée voisine d'affamés

    acculés par les escrocs aux déserts ...

    C'est un mauvais calcul, car les vrais bienfaiteurs

    ce sont nous les soleils associés dans le ciel ...

     

    Protégez donc plutôt la fleur des haleines putrides

    et vous mêmes accéderez à la fête du coeur

    brûlez dans nos rayons vos rancoeurs et vos peurs !

     

     

    Hommes pervers aux venins puissants

    abattrez vous jusqu'au dernier des flamands roses ?

    jadis ils faisaient halte sur cette île entre le sud et le nord

    Vous prétendez que tout ce qui passe dans le ciel

    vous appartient, même la chair de l'oiseau migrateur

    mais dans l'enfer des zombis  que vous êtes déjà

    vous n'emporterez rien que votre pesanteur !

     

    Cramponnez vous plutôt aux rayons généreux

     qui vous chauffent  et vous éclairent

    le vrai pouvoir n'est pas celui de la mort

    mais le chant et les vergers partageables 

    qui donne  sa chance à la Vie !

     

    Vos malédictions ne sont pas crédibles

     seuls vous obéiront les plus terrorisés

    jusqu'à ce qu'ils vous supplantent et vous avilissent !

    Vos chantages constants font suinter 

    de venin les portes de vos refuges... 

     

    Eduquez vous plutôt à devenir les serviteurs 

    patients de la recherche du vrai dans l'ascèse

    il y aura alors assez de grain pour tous, 

    assez d'astres , et même le repos de la nuit

    délivrez vous délivrez nous de la logique du chasseur

    ayez honte à jamais du champ de ruines de vos ambitions

    et laissez nous semer à notre rythme ,

     sans vous payer de droits d'auteur sur chaque graine!

     

    Craignez qu'à force de dévaluer le poème du monde

    et d'en ferme un problème pourceux que vous menacez

    afin de lever des taxes sur l'eau et la lumiere

    il vous manque jusqu'à l'amitié soumise des pierres !

     

    A défaut de reddition à la conscience paisible du partage cosmique

    Vous vous êtes enchainés à vos imprécations 

    et vos truquages financiers, vos artifives médiatiques !

     

    Cessez d'interférer dans le souffle des créatures, 

    concentrez vous sur vos pétales pour les déployer  

    car sans amour ni amitié  votre fête est vitrifiée!

     

    Bien sûr dans les clapiers et les cages pour singes, 

    centaures et autres chimères

    dans les cellules marécageuses où vos chantages

     nous ont traqués

    vous avez limité l'horizon aux servitudes descorps

    et chacun dans son cercueil 

    zoologique craint le pire

    et surtout d'avoir été pesé 

    comme une viande esclave

    programmée comme Sisyphe 

    poussant toujours en vain son rocher

    ou Tantale perpétuellement assoiffé ...

     

    En nous injectant vos  angoisses , 

    en  faisant respirer à vos enfants

    la pollution de vos déjections dans l'atmosphère

    vous vous donnez des profils de sauveurs

    mais vos égos démesurés vont exploser

     ils ne sont que fantômes multipliés 

    au bord du gouffre de votre inanité !

     

    Or elle a commencé à se lever 

    l'aube de l'Evolution humaine 

    raisonnable , logique , en équilibre

     à la façon de nos  danses galactiques !

     

    Vos armes sont la terreur des mots truqués , 

    escortés d'images hypnotiques

    de tanks et de drônes coalisés

    savamment dosés pour tuer le courage

    et faire plébisciter par les électeurs exaltés

     le sectarisme des dents assoiffées 

    comme la loi Divine de la réalité...

     

    déposez vos couronnes vos couronnes

    aux odeurs de charognes

    Elle vous désignent pour la bousculade

    vengeresse où vous serz damnés

    vous êtes des imposteurs philosophiques !

     

    Nous les Soleils , vos frères associés

    qui ne craignons ni le futur ni le passé

    nous vous suggérons de déchirer complètement

    le rideau qui  dissimule l'information véridique 

    afin que tous les yeux puissent faire tinter 

    leurs paupières dans la clarté !

     

    Le margouillat aux doigts aimantés même au plafond

    salue le nouveau monde  vivable de l'utopie assumée

    et ses jardiniers inventeurs de semences ...

     

    En dansant les humains se sont construits des ailes

    des ailes du dedans ou du dehors 

    pour traverser les âges de plomb et de mort

    orchestrés par  les marchands d' armes et d'illusions !

     

    Nous les soleils associés qui decillons vos paupieres

    nous vous disons qu'en dépit 

    de toute la panique que vous semez

    vous ne parviendrez pas à enterrer la vérité de l'arbre

    et que ses fruits appartiennent à tous,

     et que la terre est assez vaste

    pour que chacun ait le droit de planter 

    sans craindre vos rapines , vos autorisations!

     

    Sur toute la planète  dans la campagne et sur les mers

     et par les foudres d' internet fêtons la fraternité

    pacifique des hommes qui ont retrouvé leur dignité

    dans la révolte de leur conscience ressuscitée !

     

    Unissez vous  contre la Bête Immonde 

    qui  a déclaré la guerre mondiale à votre temps , à votre espace

    Oui l'hydre à mille têtes enfin est démasquée :

    machines à décerveler , fascismes rampants ,

    taupes qui nount ont saboté

     litanies de sectes aux priorités trompeuses

     

    Les démiurges cyborgs, les apprentis sorciers

    sont sortis de leurs terriers pour vous enchaîner

    mais les outrages sont sous nos projecteurs, 

    de longues listes d'humiliations 

    et de mensonges depuis des siècles ...

     

    Oui , le monde humain 

    est à réinventer, c'est possible et cela 

    a commencé, un nouveau contrat social est en chantier !

     

    Et nous les grands soleils jamais fatigués de rayonner

    Nous sommes les ouvriers du Supramental Cosmique

    venus porter secours aux assoiffés d'Amour et de Justice !

     

    Sans cesse nous faisons  sonner dans le silence et l'ultra son

    le gong du saut évolutif de votre espèce

    humaine mais pas encore assez humaine

    emprisonnée dans les noeuds de ses appétits insensés !


    votre commentaire
  •  

     

    Peinture d'Alexandre Gerbi : LE BONHOMME BLEU ET LE PARADISIER COQUELET, version du 20 Mars 2013 :

     

     

    opus 600 : LES COULEURS DU GRAAL

    _____

     

     

    POEME ET MUSIQUE  

    par Dominique Oriata TRON  :

     

     

    version 2

     

    Lecture chantée par l'auteur  de la version 1 du poème , sur ces accords de guitare (le numéro indique la case la plus haute  de l'accord) :3Eb/4Ab/1Bb/4C#m , mixée avec mon rythme à  13 temps sur le bendir , basé sur   TakitaTAdigénatomTakatakita  avec bien sûr possibilité de syncoper les temps forts voire  de les déplacer .  Enregistrement du 17 mars 2013 avec un casque micro Skype et le freeware Audacity sur deux pistes :

     

     

     

     

    version 1

    Ce poème a été écrit à Marseille en 1983 au Théâtre Equestre où je travaillais , chargé de la musique,  dans la cour au pied de la colline de Marseilleveyre je garais  la camionnette aménagée où je vivais  avec Christine. Ci dessous on trouvera une photo de la sortie arrière de camionnette et le théâtre  Equestre où m'avait embauché Jean Noël François,cce sont les premiers bâtiments en bas de la colline. En face on voit l'île du Frioul où j' allais faire du naturisme, déjà dans les années soixante .Fin 1982 nous étions arrivé d'Asie où nous nous étions rencontrés pour fonder l'Eden Duo . En mai 1984 nous sommes partis pour la Polynésie où j'allais vivre 22 années . Ci dessous ce poème  tel que publié  dans la Dépêche de Tahiti . Le mot Paréo dérive du tahitien pareu, dans l'association "Poètes en Pareu " , il y avait alors Jean Royol Tutuuehiti et Flora Devatine . Ensuite ce poème fut  publié en 1993 ou 94 dans dans l'anthologie des 108 poèmes clefs , éditions de la Bartavelle , toujours disponible sur Internet et chez les bouquinistes des quais de la Seine où l'éditeur avant de disparaître , semble avoir écoulé une partie de son stock. C'est sur les quais de la scène que j'avais trouvé les livres qui me firent quitter Paris :  et "La danse hindoue", de Srimati Usha, livre exceptionnel qui avait été publié à compte d'auteur,avec des dessins de tous les mudras , des syllabes rythmiques dites bols et des poèmes sur l'enfance de Sri Krishna, que l'on montrait aussi avec les gopis , ou vachères dans "La danse à Bali", de Cartier bresson, Béryl de Zoete et Antonin Artaud .Dans la version 3  du poème, on lira "et tu danses sans fin au rythme de ses chants", il s'agit des bibirs des musiques de Bali, dont nous étions arrivés fin 1982 ?   

     

     

    opus 600 : COULEURS

     

     

     

     

    *

     

    opus 600 : COULEURS

    *

    opus 600 : COULEURS

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

     

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

     

    Les deux  peintures ci dessus  sont d'Alexandre Gerbi , c'est dans leur direction que  s'est écrit mon poème, par la magie de la fraternité catalytique . la deuxième de ces peintures est un tryptique de 3 mètres de large.  

     

    version 2 :

     

     

    Lecture chantée par l'auteur  de la version 1 du poème , sur ces accords de guitare (le numéro indique la case supérieure de l'accord) : 1F/1C7/1Bb/1F7 , mixée avec mon rythme à  9 temps sur le bendir , basé sur   TakadéméTAdigénatom  ornementé ou syncopé .  Enregistrement du 15 mars 2013 avec un casque micro Skype et le freeware Audacity sur deux pistes :

     

    version 3 :

     

    Merci de me donner, si vous les connaissez,  les noms des auteurs des images que j'ai publiées ci dessous, images que j'ai trouvé sur Internet sans indications suffisantes, j'ajouterai alors ces noms. Sur une de ces images on reconnait Brassens.Merci aussi de me dire si là où vous êtes si mon chant a pu  s'écouter en continu avec le lecteur d'EklaBlog ou celui de Wat.tv .

     

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

    Il y avait un champ de blé et un verger

    Il  y avait l'enfance et toute l'espérance

    Il y avait l'aurore , la plage et la danse

    Il y avait à l'horizon un nuage immense  

    de sauterelles venues du désert

    il  s'annonçait  tout rose aux confins du ciel

    Et il dévasterait bientôt  toute la verdure

    O vous insectes prolifiques , insectes affamés

    cessez de tourmenter le coeur patient !

     

    Il y avait l'adolescence et la malédiction

    Il y avait ceux qui étaient condamnés d'avance

    à la misère et la suspicion ...

    Il y avait l'amour  débridé des corps 

    pour s'évader au moins  à deux de la mort !

    Et partout le béton  qui colmatait les ruines

    et qui se faisait passer pour la science ...

    O vous femmes et hommes prolifiques

    arrêtez de tourmenter le coeur patient !

     

    Ensuite  je suis partis sans me retourner 

    je suis parti loin du pays natal et des villes

    loin de l'Atlas et de la Provence

    A chaque étape je labourais , tout en chantant

    je déterrais des trésors , je veillais sur les arbres

    et leurs fruits grossissaient savoureux comme des mamelles

     

    Or partout des voyous au règne incontestés

    en uniformes  de croque mort

    m'ont informé de déménager encore ...

    Et je vis comment les singes jamais rassasiés

    savaient transformer le paradis en enfer !

    O vous , héritiers soi disants patentés de l'univers

    cessez de tourmenter le coeur patient !

     

    Il y avait le rêve des îles et la prière du désert

    et la confiance du troupeau des enfants menacés

    et en dépit des chantages de la fatalité

    il  y avait le miracle, la grâce et la chance ...

    Oui  tout le monde semblait bien intentionné

     

    Mais voila que des prêtres exaltés oublieux de la charité

    et des chefs arrogants oublieux des dons et des serments

    ont cru bon de lancer  leurs meutes à travers les champs

    Et les sillons  furent piétinés , les jeunes pousses ravagées

    elles ne purent donner leurs bouquets de semences

     

    Ainsi partout  les castes déguisaient leurs manoeuvres

    en accusant  les étrangers  impossibles à rançonner

    de détourner le bétail humain des pieuses coutumes

    afin qu'il rassasie  ses appétits de vengeance

    et couronne les héros qui l'hypnotisaient...

     

    Princes de la douleur et des tribunes autorisées

    cessez de toumenter le coeur patient !

     

     

    Quand je vis que le contrat social n'était que du papier

    je me cachai dans les buissons de la plaine 

    j'étais presqu'invisible , je me sentais en sécurité

    entouré des tiges et des feuilles d'essences innombrables

    et je sentais comme caresse  la bienveillance  des plantes

    At je devins l'homme  serein qui s'imbibe du ciel

    j'étais devenu bleu comme le matin  comme ma conscience

    je pouvais voyager  , j'étais présent où je voulais

     dans la végétation, je devenais un arbre aux  noeuds savants

    la tête dans le silence j'observais l'abondance

    des branches puissantes où s'assieraient les enfants en vacance

    et pour les oiseaux je répandais  mes graines 

    certaines dans le sol multipliaient ma transe !

     

     

    Alors me visita  le paradisier sensé dont les plumes

    sont convoitées par les  papous et les collectionneurs 

    à Paris  ou Bali, même les trafiquants parfois déguisés en police

    et les filles du Moulin Rouge insatisfaites de leurs corps splendides

    elle voulaient cacher par des paillettes leurs regards de corbeaux

    Les chefs dans le Pacifique avaient besoin aussi de plumes  rouges

    afin de se faire passer pour des sages , pour des anges

    ils piègeaient les oiseaux distraits à la saison des amours

    quand ils dansaient pour aimanter vers le sentier de l'évolution 

    Et le paradisier qui sait changer de forme à volonté 

    Chuchota doucement à la source même de mon souffle :

     

    " J'ai attendu l'appel de ton coeur patient

    et je suis venu t'offrir mon rêve orange 

    et te désaltérer toi qui a soif de vérité

    et partager  l'exemple de mes ailes symboles de délivrance

    et la fraternité partageuse des libertés vigilantes ...

    Vis à l'écrat  de la malédiction des criquets 

    cesse de tourmenter le coeur patient du monde

    dénonce   les traîtrises de l'incarnation

    Evites leurs pieges de colère contagieuse

    Anéanti plutôt leurs hypnoses et leur tentation

    Réfugie toi dans l'amour que tu donnes 

    abrite toi des pierres que les singes te lancent

    Ils sont  aveugle et blessés  ils se vengent

    du mal comme du bien de leur naissance capricieuse

     sur toute la création, alors protège toi

    et déserte les palais dorés de la malchance !

     

    Assieds toi près du mendiant,partage tes couleurs

    rassasie les innocents de ton silence qui chante !"

     

     

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

     

     

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

    *

     

     

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

    *

    opus 20 : LE COEUR PATIENT

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     OPUS 647 : VISION DU LOINTAIN

    version 3

    Lecture chantée par l'auteur  de la version 2 du poème , sur ces accords de guitare (le numéro indique la case supérieure de l'accord): 2G6 /1Eb7 /1G7 /3D7 /1C, mixée avec un rythme à 10 temps sur le bendir , de type Takatadin+tadigénatom alternant parfois avec  d'autres combinaisons de type 6x10 et des grappes rythmiques .  Enregistrement du 14 mars 2013 avec un casque micro Skype et le freeware Audacity sur deux pistes :

     

    ou

    http://www.wat.tv/audio/opus-647-vision-lointain-par-5vqop_2hlcv_.html 

    *

    version 2

     

    Des millions d'astres dans le ciel

    t'éclairent  dans le  silence et la patience ...

    Ils rayonnent sans rien te demander

    et s'ils ont pris une grande distance

    avec tes yeux , avec  ta peau 

    c'est pour ne pas  t'incendier ...

     

    Ces soleils  connaissent le secret 

    pour ne jamais manquer d'amour ...

    Car quand tu aimes,

     l'amour te pénètre et te nourrit

    en provenance de l'invisible,

    et tout à coup tu n'es plus seul

    tes blessures se cicatrisent !

     

    La forêt elle aussi

     est généreuse de sa bonté ...

    On la croit pauvre sous la neige 

    mais elle est riche 

    de tous les rêves cristallins  de la planète  ...

    Elle jouit d'être si loin

    des destructeurs sans répit...,

    Les  arbres se sont enveloppés 

    de branches  dures et d'écorces parfumées !

     

     

    Les pierres et l'ambre  orange

    gouttes de résine transparentes

    ont conservé,

     cachés pres des torrents

    des souvenirs de danse  d'autres âges

    où les humains étaient absents !

     

    Entends le lointain message

    de l'immortel qui te protège ...

    Il est là il sourit sur ton visage 

    et chante en toi pour guérir tes douleurs ...

    Et te donner l'élan de l'instant

     sans fin de la vraie vie 

    vivable à son image !

     

    Sache que  chaque créature

    peut devenir à son tour une étoile

    dans le lointain 

    en suivant ce sentier 

     de l'écoute au quotidien

    jusqu'à en perdre  ses dents

    jusqu'à en perdre la faim ...

     

    Libère toi  des menaces ,des peurs

    afin qu'en imitant l'offrande des nuages

    l'être humain qui te rencontre soit inspiré

    et évolue vers  le juste partage

    à instaurer dans les lois et les pensées...

     

    Alors mes millions d'amis  

    nous tinterons ensemble même sans nous connaître

    à la façon des cloches au cou des vaches

     et des pétales de fleur frémissant de la brise 

    dans la chaleur montante du matin !

    *

    OPUS 647 : VISION DU LOINTAIN

     

    *

    version 1

    Il s'agissait d'une réponse spontanée à une poétesse et musicienne à qui je proposais de publier une transposition pour guitare qu'elle avait faite et qui me disait qu'il n'y avait pas beaucoup de personnes prêtes à partager gratuitement leur travail .

     

    Des millions d'étoiles agissent 

    en rayonnant sans contrepartie

    c'est le secret pour ne jamais manquer d'amour

    puisqu'on en donne au lieu d'en attendre 

    et du coup on voit aussi que la forêt n'est jamais avare

    on la croit pauvre sous la neige 

    mais elle est riche de tous les reflets de la nature 

    elle jouit de sa solitude , ou plutôt d'avoir éloigné

    de la foule des arbres les prédateurs trop nuisibles 

    et elle garde dans l'ambre 

    des souvenirs de danse d'autres âges

     


    votre commentaire
  •  

     

    opus 703 : LA MORT DE L'ANTILOPE, DE LORCA ET DE SOCRATE

     

    version 2 :

     

    enregistrement  du 13 Mars 2013 , avec un casque micro  Skype d'une lecture improvisée en chantant en jouant la guitare, Le rythme que je joue au bendir est à 6 temps, sur la base Tadinngénatom, mais avec des variations de type 6 fois x 5 ou 6x3 ou 6x7 ou 6x 10 :

     

     ou

    http://www.wat.tv/audio/opus-703-mort-antilope-lorca-5vop7_2hlcv_.html

     

    opus 703 : LA MORT DE L'ANTILOPE, DE LORCA ET DE SOCRATE

     

    Lorca

     

     

    version 3 :

     

     

    L'Antilope a reçu une balle dans la tête

     

    Elle vacille et peut être se demande

     

    quel crime elle a commis 

     

    pour être si sévèrement abattue  sur la planète

     

    qu'elle croyait presque déserte  de l'engeance des chasseurs ...

     

     

     

    Ils sont puissants , ces hommes, 

     

    ils ont abattu la bête de loin !

     

    Non , l'antilope ,ton péché est seulement

     

    l'incarnation, tu es une tentation

     

    pour d'autres mâchoires qui t'ont vu

     

     à la façon dont tu vois l' herbe que tu broutes,

     

    fortifiante. ils avaient besoin de toi pour leurs fêtes,

     

    ils avaient faim, ou étaient gourmands

     

    et eux avaient le droit pour eux, le droit humain ou inhumain !

     

    Ton destin c'est d'être partagée entre les frigidaires,

     

    un os par ci un os par là.

     

     

     Que mon âme  se rapproche de la tienne

     

    et nous gambaderons ensemble 

     

    dans l'utopie du ciel qui a du sens ...

     

     

     

    Quand on demandait à Socrate s'il était d'Athènes

     

    il répondait que non, il était du monde !

     

    Un citoyen sans frontières, à l'époque déjà c'était un traître ...

     

    Il désertait la guerre déclarée par les spartiates

     

    aux soi vrais protecteurs des soi disant

     

    vrais penseurs officiellement athéniens

     

    tu n'en faisais pas parti Socrate,

     

    alors  bois ta cigue ou enfuis toi !

     

    Ils sont totalitaires ces pseudo démocrates ...

     

    Ton évasion on l'a préparée, vastes sont les bois

     

    mais  voilà que l'enseignant  a préféré en finir ...

     

    Il a vu que la bête  était l'homme ignorant

     

    facile à reconnaître :  il a réponse à tout

     

    et le pouvoir d'acculer au suicide ...

     

    Même sur le plan des idées , il ne veut pas de résistants !

     

     

    Alors qu'on apporte la coupe de cigüe mortelle ...

     

    ils me fatiguent presque tous et même Xanthippe !

     

    A mes élèves au fond à prouver que la vie n'est pas vaine

     

    et qu'il y a un sens aux misères humaines !

     

    Un peu de paix définitive c'est cela qu'on m'ordonne

     

    alors obéissons à la folie de ceux qui clament

     

    que je suis le corrupteur de la jeunesse !

     

    Eux passeront pour inventeurs de la démocratie

     

    sauf pour les esclaves et les métèques ...

     

     

     

     

     

    Sur cette planète où la fausse humanité

     

    fait illusion , escortée de ses idoles

     

    on meurt  pour moins que l'antilope et que Socrate

     

    il suffit à l'enfant de poser le pied sur une mine

     

    et s'il ne perd pas la vie il perdra la jambe

     

    c'est un commerce tellement juteux

     

    que pour certains cela vaut la peine

     

    d'organiser la suspicion, l'opacité et la haine ...

     

     

     

    Et voilà que les faux défenseurs de la civilisation

     

    ont rugi, fiers et raides dans leurs uniformes :

     

    "Allez chercher Lorca ,on va faire un exemple

     

    on va le fusiller, c'est de la pédagogie !

     

    Enfants , apprenez donc à tenir votre langue

     

    et ne vous faites pas passer pour l'Espagne ou la Grèce

     

    elles ne sont que ses puissants autorisent !"

     

     

     

    On avait déjà vu sur le toit des églises 

     

    le roi des juifs cruxifié, puis en son nom sacré 

     

    la sainte inquisition a désigné des coupables 

     

    et la population les a vraiment cru sorciers

     

    complices des ennemis vraiment redoutables

     

    épouvantails inaccessibles , soyons réalistes

     

    on a besoin de boucs émissaires

     

    afin de contrôler l'humanité !

     

    Ces vaniteux de libre penseurs feront l'affaire

     

    même s'ils croient en Dieu on les dira athées

     

    ils ont accusé les clercs d'être inventés par le diable ...

     

    Ils blasphèment contre les saints patentés  par les autorités !

     

     

     

    Voilà comment l'humanité

     

    a été précipitée dans la gehenne

     

    par l'ignorance ,habile en instinct guerrier, et pourtant

     

    à chaque progrés des lois et des sciences

     

    Il y avait mille occasions de rassasier

     

    les rêves bucoliques de justice ,

     

    de vrai travail sensé, et de félicité

     

    Hélas ce qui est rentable et trompeusement réaliste

     

    c'est de transformer la forêt en désert !

     

     

     

    Alors toi l'enfant qui te crois victorieux

     

    parce qu'on t'a couronné des lauriers de l'Histoire

     

    et que tu as répété comme un  perroquet

     

    les éloges funèbres des héros martyrisés

     

    afin  que tu te sentes pour toujours innocenté,

     

    prends garde aux marionnettistes insensés

     

    ils ont besoin que tu fasses semblant de croire

     

    aux valeurs qu'ils te demanderont ensuite de trahir !

     

     

     

    Et dans la tribu qui a vaincu l'antilope

     

    on a envie ,à tout hasard ,de se faire pardonner ...

     

    On lui érige un sanctuaire, on sculpte son  totem

     

    un guide protecteur de la véridicité

     

    on prétend compenser l'injustice par des lauriers !

     

     

    opus 703 : LA MORT DE L'ANTILOPE, DE LORCA ET DE SOCRATE

    opus 703 : LA MORT DE L'ANTILOPE, DE LORCA ET DE SOCRATE

     


    votre commentaire
  • version 4 :

     

    OPUS 415 : LE GRAND DEPART

     

    version 5 :

    Poème lu par l'auteur en chantant, le 13 mars 2013, pour une méditation d'aurore improvisée avec la guitare mixée  à un rythme à 7 temps  sur le bendir : TAkitatakamé,  et enregistrée avec un casque micro Skype sur le freeware AUDACITY puis compressée en 32kbs mp3.  La version 1 , illustrant la vidéo, est le premier état de l'image, et la version 2 l'écrit du texte ici lu :

     

     http://www.wat.tv/audio/op-415-version-5b-grand-depart-5vglt_2hlcv_.html

     

    version 3 :

     

    Souviens toi Dominique , chaque soir

     encore presqu'enfant tu t'embarquais 

    vers le large de tes rêves, fermant les yeux

     sur la folie où tes ancêtres

    t'avaient encerclé,

     pour t'inculquer leur  fausse sagesse !

    Ils enseignaient la peur et la conformité ...

     

    Tu tremblais rien que d'entendre  

     les râles explosifs du despote roi et robot

    pitoyable  imitateur  de ses bourreaux 

     diables sorciers  ils réduisaient en cendres

    toute vie qui n'adore pas leurs mécaniques

     

    L'air était épais comme le béton de l'immeuble

    alors où fuir, les murs étaient puissants

    A quoi bon y cogner sa tête mais pourtant

    le ciel entre les toits était promesse d'infini

     

    Chaque soir en te couchant, en fermant tes paupières

    tu saluais sur l'océan le lever d'un Soleil

    éternellement savant et bienveillant

     

    Un vent Divin  kamikaze gonflait tes voiles 

    tu dansais à la proue

    des pirogues doubles qui t'emportaient dans le Pacifique

    et chaque matin tu t'éveillais dans le patient triomphe

    au compte goutte pour dompter   l'espace et le temps ! 

     

    Et tu devins invisible aux aboyeurs de sarcasme, au  mauvais oeil !

    Seulement  proche des cératures qui approuvaient ta liberté ...

     

    Maintenant te voilà perdu aux confins du voyage,

    enfant  pris dans les filets  de la machine mondiale à décerveler

    Elle  veut t'enchaîner à l'absurde et à l'âge ...

    Non ,même baillonné, je m'évaderai de ces cages !

     

    Le calme plat dans la mer des Sargasses

    algues géantes où s'est enlisée l'espérance

    a donné aux pirates le signal de l'abordage 

    Et toi transpercé en vain par leurs lances et leurs sabres

    Tu te découvres corsaire et troubadour des serfs

    à l'espérance condamnée et ridiculisée ...

     

     

    Chante ,toi l'  enfant qui me ressemble

    chante pour vaincre l'illusion  des géants 

    par la ferveur de l'idéal jamais trahi

    Ils sont tellement sûrs d'eux mêmes

    et de leur puissance , les colosses 

    aux pieds d'argile pour qui ton cri est vain

    qu'ils n'ont qu'un ricanement

    pour le poème où s'annonce  et se prépare leur chute  

    à tous les horizons de la planète humaine !

     

     

    Enfant , ce que  tu construis  sur cette Terre

    n'a de solidité , de fondation invincible

    que dans ton esprit  pur sans cesse sentinelle !

    Observe donc ton corps de très haut dans le ciel

    et ne sois que notes de musiques, 

    et gardes la confiance  en dépit des tempêtes 

    Chante sur la portée de ton destin cosmique !

     

    Maintenant tu vois  : cette planète

    est ceinte d'un  seul  vaste océan de promesses 

    d'où toute vie surgit, jusqu'aux nuages ...

     Toutes les terres émergées sont des îles

    où tournées vers le dedans et le dehors

    les créatures ont soif d'air propre et de liberté !

     

    Tu as fui  les villes et les forges de l'illusion

    pour voir à quoi ressemblaient  les montagnes

     que l'homme n'avait pas souillé, défiguré ...

    et tu as abordé l'âme mûre aux volcans 

    couronnés de corail

    et  aux sables et oasis du désert !

     

    Maintenant les arbres et les étoiles 

    qui sont les vrais  jardiniers des êtres humains 

    t'écoutent sans oreilles de chair

    avec les yeux du coeur innombrable

     elles veillent comme des exemples sur ta chance

    et t'aident à résister aux tyrans  de l'incarnation !

     

     

    Evite le  leyak ,le démon ivrogne, le spectre

    qui se cogne aux branches en fanfaronnant 

    et détruit l'horizon dans sa conscience

    en sèmant l'inquiétude  et en  troublant

    le repos de tout effort d'amour créateur ...

     

    Au fil de ce voyage sans retour

    il te faut penser à la façon de la fleur 

     ou de  l'agneau herbivore à la douceur  innocente

    et quoique tu doives te liguer avec  tes frères de toutes races

    et trouver la méthode  pour soumettre les prédateurs,

    il te faudra apprivoiser   la mort qui te faisait peur

    En fait elle peut être    une naissance véritable !

     

    Et si dans l' enfer des singes habillés

    on a décidé que ton regard était celui d'un étranger

    en dépit de tous les déguisements imposés

    c'est parce que tu respires la nostalgie de ton ciel natal !

     

    Elève toi chaque soir chaque matin jusqu'au Paradis vrai

    et dors en paix dans les souterrains de minuit

    et veille  dans la faim qui te fait bander à midi

    à la façon de l'arbre en extase , en instase et sans attente

    sinon de l'eau, de la terre et du feu du soleil ...

     

    Eveille toi dans la sérénité, partage la avec Nim

    et c'est aussi pour là haut que tu apprends à voler

    et non pour le fusil des chasseurs qui nous traquent

    ils n'ont pas de pitié pour l' oiseau migrateur

    Ils  acculent les créatures à la faim et  à la peur

    afin de se rassurer  sur leur sécurité provisoire

    et se nourrissent de nos souffles et de notre travail 

    Leur fête est en l'honneur des vertus

    où nous nous sommes choisis

    ils s'en croient les  héritiers les propriétaires  hypocrites

    alors qu'ils se damnent  dans les certitudes  de leurs gueules de bois

    et de leur pesanteurs qu'ils croient Divines

    en fait ils ont enchaînés leurs esprits aux zombis Iwawas

    et leurs âmes erreront   sans trouver  ni l'issue

    ni la source claire

    dans la forêt de leurs orgueils

     

    Eloigne toi du port des trafiquants,

    ô navigateur , viellard resté enfant  à l'aurore du monde!

    et si ta voix ne trouve pas son chant pour circuler en paix

    invisible au delà du  labyrinthe des fantômes

    viens accoster à mon poème, et que ces sons et ces couleurs

    te donnent la force de regarder en face  l'illusion

    qui a tenté de te capturer dans son angoisse matérielle.

     

    Alors , le coeur instruit par l'alchimie de l'amour 

    et les yeux aimantés par l'évolution sociale

    malgré la tragédie où chaque jour gémit,

    que ta danse soit le diapason  enchanté

    de la paix résonnant dans la brise

    sans que tes yeux soient aveuglés

    par les pièges de la race humaine !

     


    votre commentaire
  • version 4

    Lecture chantante par l'auteur, avec le thème musical du 12 mars 2013 , ci dessous en mp3 :

     

     

     

    *

    version 1 :

    opus 320 : Le corps de Lumière

     

    TE TINO  O  TE MARAMARAMA ,en français LE CORPS DE LUMIERE .

    (acrylique  , collection Laurence Ogor, Huahine   )

    Pour le sens des mots tahitiens consulter le dictionnaire en ligne du Fare Vana'a  

     

    *

     version 5

    qui modifie à peine la version 2 publiée le 9 juillet 2010 dans le site Tron.Blogg .org

     

     

    Las de déglutir l'empreinte des regards fiévreux

     

    et de porter le tatouage de la servitude rêvée pour moi

     

    et quoique consigné dans plusieurs rôles aimables mais décalés

     

    j'ai peint à tâtons le corps de la Lumière où je voulais prendre un élan

     

    afin que son écho ne me quitte jamais ...

     

     

     

    Une équation trouvée dans un livre de Frabato

     

    et qui me laisse libre de changer de formes.

     

    Une pierre d'angle pour des concentrations de jouvence

     

     un profil précieux pour revenir sur moi-même

     

    en effaçant autant d'esquisses que possible !

     

     

     

    Incognito sur cette planète et porté par l'Amour Céleste

     

    je gravis la montagne de l' Eternité

     

    même lorsque me piège l'espèce chasseresse

     

    et au sommet je disparais en moi,

    car moi c'est Toi, l'immensité !

     

    *

    version 3

    notation du thème musical du 3 août 2010 .  Les codes de  la notation musicale sont explicités dans  l'article NOTATION CATALYTIQUE aux Editions de l'écoute, site d'édition hors commerce. Les notes en majuscules indiquent l'octave inférieure, la note précédée d'un point  un décrescendo ou un e presque muet. Le + indique un prolongement de la note ou un silence pour la respiration. les signes suivis d'un espace ont la valeur d'une blanche. Si on ne peut chanter en référence au  LA 440 , transposer en chantant un " la "relatif à la tessiture qu'on a .

    .

    SI do ré SI do + LA SI.SI  do ré mi do ré LA + +

    Las de déglutir l'empreinte des regards fiévreux

    LA + sol fa mi ré mi fa mi.mi + + do do ré do SI.LA SI do ré mi + +

    et de porter le tatouage de la servitude rêvée pour moi

    mi mi ré mi fa mi + ré sul sul mi.mi + mi ré.ré mi sul mi mi+ +

    et quoique consigné dans plusieurs rôles aimables mais décalés

    LA SI ré do SI + LA SUL LA SUL LA SI.I  + SI do ré ré + fa fa mi ré + +

    j'ai peint à tâtons le corps de la Lumière où je voulais prendre un élan

    SI do ré fa mi ré + SI do ré fa mi ré + +

    afin que son écho ne me quitte jamais ...

     

    *

    Dominique Oriata Tron en 2012 :

    opus 320 : Le corps de Lumière

     

     

     

     

     

    *

     

     


    votre commentaire
  •  

     Patrick Quillier en 2013 :  Patrick Quillier : Incantation, chantée par D.O.Tron et  Dominique Tron en 2012 :Patrick Quillier : Incantation, chantée par D.O.Tron

     

    A

    GENESE

    Mais comment s'est créé le monde ?

    __

     

    Génèse, section 1 , chant par Tron

    http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-genese-section-686bp_2hlcv_.html

     

    Le poème est une cristallisation de la première partie d'un poème de Quillier sur la création du monde, la musique est de  Dominique Oriata Tron qui chante et joue de la flûte de pan et du bendir , le  rythme  se base sur  7 + 6 , TAkitaTakaDémétadiNngénatom 

     

    *

    Patrick Quillier  : Génèse, section 2 , chant par D.O.Tron

    http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-genese-section-686cb_2hlcv_.html

    Le poème est une cristallisation de la deuxième partie d'un poème de Quillier sur la création du monde, la musique est de  Dominique Oriata Tron qui chante et joue de la flûte de pan et du bendir dont le  rythme  se base sur  8 + 9 , TAkitadigénatomTakadéméTadigénatom

     

     

    *

     

    Patrick Quillier  : Génèse, section 3 , chant par D.O.Tron

    http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-genese-section-689nf_2hlcv_.html

     

    Le poème est une cristallisation de la troisième partie d'un poème de Quillier sur la création du monde, la musique est de   Dominique Oriata Tron qui chante et joue de la flûte de pan , des zils et des castagnettes dont le  rythme  se base sur  4 + 10 , TakadéméTakataDINntadigénatom

     

    B

    CENDRES

    ou

    http://soundcloud.com/oriata/quillier_cendres

    et cliquer au début de l'enregistrement

    ou

     

    ou

    http://www.reverbnation.com/c./poni/191558345

     

     ou 

    http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-cendres-musike-65qvv_2hlcv_.html

    Ci dessus , chant et musique de D.Tron sur un extrait du poème de Quillier  dont la version complète est dans le PDF ci après . Ci dessous, extrait de la clé 16 du Théâtre des oiseaux de Paradis, par D.O.Tron :

    clé 16, page 82 :

     

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

     

    clé 16, page 83 :

     

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

     

    clé 16, page 84 :

     

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

     

    clé 16, page 85: 

     

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

     

     C

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

    Ci dessus, rivière de Guadeloupe .

    Ci dessous , autre chant de Tron le 4 avril 2013, "la rivière" sur le début

    du poème DEJA de Quillier, intégralement reproduit plus bas dans le pdf  :

     

     ou

    http://www.reverbnation.com/c./poni/191564240

     

     ou

    http://www.wat.tv/audio/quillier-riviere-chant-instruments-65bbb_2hlcv_.html

     

    Et le même poème chanté le lendemain :

    ou

    http://www.reverbnation.com/c./poni/191554240

    ou

    http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-riviere-chant-65q6x_2hlcv_.html

     

    Patrick Quillier: ETAT PHYSIQUE, et autres poèmes, certains chantés par D.O.Tron

    *

    D

    INCANTATION de Patrick Quillier

    chantée par Dominique TRON le 30 Mars 2013

     

     

     ou

     

     http://www.wat.tv/audio/patrick-quillier-incantation-61mit_2hlcv_.html

     Patrick Quillier : Incantation, chantée par D.O.Tron

    Je n'ai rien ajouté au poème , j'ai enlevé une partie de son texte, mais tous les mots qui subsistent  dans cet enregistrement de 9 minutes 06 sont extraits du poème  de Patrick Quillier,j'ai conservé leur succession .J'ai enregistré ma voix , ma flûte de pan ainsi que mon jeu sur guitare, castagnette, cymbalette et bendir , sur 3 pistes ,avec le logiciel gratuit Audacity et un simple casque micro skype. Chaque piste a été directement jouée , sans répétition préalable .La compression postée est  en MP3 ce qui réduit le spectre de la voix dans les graves et celui de la flûte , surtout dans les aigus. Ci dessus on trouvera une photographie de mon opus 72 intitulé 'ŌRO'A O TE HERE , c'est à dire en tahitien,  "la fête de l'amour " .

    ** 

     

    E

    Les chants de cette page sont des interprétatrions de poèmes  de Patrick Quillier dont les versions originelles sont dans le document PDF ci dessous :

     


    votre commentaire
  •  

    Catherine Ribeiro : liens de quelques chants

    Catherine Ribeiro : liens de quelques chants

    *

    http://www.dailymotion.com/video/xridek_catherine-ribeiro-amour-petite-flamme-en-public_music#.UU9SKFI-63k.facebook

    ou

     

    *

    http://www.youtube.com/watch?v=8rnjLuuQLlk

    ou

     

    *

    http://www.youtube.com/watch?v=HHafuxjO5eg

    ou


    votre commentaire
  •  

    A

    Lecture chantée  le 18 mars 2013  de la section 53 de la clé 82 du Théâtre des oiseaux de Paradis. S'agissant d'un chant qui a connu une multitude de versions celles ci ne sont numérotées que par leur date d'enregistrement ou de création.

    http://www.wat.tv/audio/opus-705-version-2013-5xnvf_2hlcv_.html

    La toute première version a été composée sur le bateau Tampomas en 1974 entre l'île de Tanjung Pinang et Jakarta, sur lequel je fis la rencontre du peuple de chanteurs que sont les bataks . Le navire n'était peuplé que de bataks  embarqués à  Sumatra. A peine je les entendis que je ne pus m'empêcher de danser sur leurs chants, puis pendant la fête ,la nuit venue  ,un géant parmi eux saisit mes mains et me fit tourner sur le pont de sorte qu'il aurait suffi qu'il me lâche pour que je sois jeté dans les eaux aux requins dont on disait qu'ils pullulaient. Il y avait une boîte de nuit sur ce gros bateau , certains voulurent ensuite m'y inviter mais on ne m'y laissa pas entrer car il fallait des chaussures fermées ... je lus sur le journal  que ce navire sombra peu après corps et biens, son hélice s'en étant  détachée, des voies d'eau s'étaient ouvertes je ne sais comment . La première version de cet opus était une reprise d'une mélodie batak, avec les paroles  en français ... 

     

    *

    B

    PEINTURE ET DESSINS DE DOMINIQUE ORIATA TRON

     

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     

    opus 227 : te hopura'a i te pu

     = le bain dans la piscine naturelle d'un torrent

     ACRYLIQUE SUR TOILE DE DOMINIQUE ORIATA TRON

    ___

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     

    opus 95 :TE 'ORI O TE HĪTĀPERE

    = la danse de la cascade

    ___

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     

    opus 226

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     = ici  je lui ai donné rendez vous 

     

     

     

    *

    C 

    Je n'ai de cette année 1974 que les photos que m'offrit le peintre Astawa le lendemain d'une danse qu'on me fit faire dans le temple de Batuan, car j'avais quitté l'Europe sans un appareil de photo, et j'avais apporté à mon professeur Ida Bagous Ktut Raï tout l'argent de ma bourse d'études, obtenue pour une maîtrise sur "peinture et poésie", afin qu'il puisse construire sa maison, au lieu de vivre avec son fils Dharma et ses deux femmes dans une hutte où le toit laissait passer la pluie, et il s'était entendu avec son cousin Astawa pour qu'il me loge en attendant que la maison de 4 pièces soit construite . Je n'avais gardé que ce qu'il fallait pour les voyages, je ne pouvais même pas acheter les costumes de danse, mon maître empruntait ceux des temples où il me faisait danser, et là ils étaient parfois trop petits , je devais réduire l'ampleur de ma respiration et mouvements. Lorsque  les paroles de cette chanson commencèrent à m'habiter sur le Tanpomas, et que j'y dansais , c'était en fait les mouvements sans contrainte du ballet moderne que m'enseignait Roger Ribes , d'ailleurs à l'arrivée de l'avion de Bali à Paris en 1971 , j'étais allé directement à ses cours avec mon cadeau , un des deux xylophones de djoget bungbung offerts par un musicien apres qu'on m'eut fait danser sur cette musique dans le temple de Bangli, dont le rajah donna mon prénom à celui de ses enfants qui vit le jour ces temps là . 

     

    Ci dessous je suis à Bali en 1971, et plus bas, dans le temple de Batuan, dansant lors  d'une cérémonie qui eut lieu peu après que le Tampomas m'eut laissé à Java. Ensuite je pris le train puis le ferry à Banyuwangi pour passer à Bali .Un jeune balinais le  lendemain de ma première arrivée à Bali en 1971 m'avait pris par la main pour me conduire à la cérémonie de son temple puis me présenter à sa famille  . A l'époque les femmes balinaises étaient seins nus à l'heure du bain ou chez elles , quoique s'habillant pour les prières et la photo .Par contre le contact physique entre sexes différent était publiquement prohibé, alors que même hétérosexuels les filles et les garçons se prenaient par la main, et il aurait été insultant de toucher la tête d'un enfant . Moeurs différentes .  Le jeune homme qui m' invitait pour un thé lors de cette fête religieuse, apres m'avoir abordé dans la rue et conduit au temple où l'appelait le kulkul, le tambour de bois,  était étudiant en informatique, je ne savais même pas ce que le mot voulait dire, et son père était ingénieur.

     

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     

     

    *

    L'île de Bali, et à gauche, extrémité de Java . Au Sud l'île balinaise de Nusa Penida. Entre Bali et Nusa Penida passe la ligne Wallace, qui est supposée distinguer l'Océanie de l'Asie. La différence est climatique, car en raison de sommets moins élevés , à partir de Nusa Penida le climat est plus sec. A l'époque où j'y vivais Bali était peuplée de"environ 3 millions d'habitants , avec environ 30 000 orchestres , appellés Gamelan quel que soit le style,  orchestres de flûtes ,de guimbardes , de xylophones et métallophones.

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     

    *

     

    opus 705 : POSE TA TETE SUR MON EPAULE

     *

    D

    Ci dessous , danse auto filmée à Haumi, Moorea le  5 juin 2008 avec la Webcam de l'ordi monté au magasin Equinoxe. Pendant la danse, je chante une version de cette chanson, dont les paroles , similaires à celles de 1977, 2011 et 2012 publiées plus bas,sont mîmées entre les parties purement rythmiques. Comme j'avais enregistré de loin juste avec l'ordi , la piste son du chant n'était qu'à peine utilisable, donc   j'ai joué  sur ces images une musique purement instrumentale , c'est mixé avec des sous titres et a été classé en clé  80 . En deuxième position on trouvera la même vidéo  réalisée le 14 mai 2008  mais sans les sous titres ni le recadrage, classée dans les archives de  la clé 64 ainsi que la vidéo qu'on trouvera en 3ème position. Cette derniere , qui peut être utile pour ajuster la danse du lecteur sur ce chant n'est pas très réussie car la danse est autofilmée mal cadrée de  près pendant que je chante dans un coin d'ombre au bord du lagon de Maatea . C'est avec l'écorce de cet arbre purau  que l'on fabrique les jupes de danse  , celles portées par hommes et femmes à Moorea, et qui de loin ressemblent à des pagnes en rafia .

     

    Cette danse , ainsi que d'autres isolées, qui ne racontent pas une histoire, a été classée  dans  mes Gymnosophies . Elle est intégrée à la clé 80, qui présente une version de l'épisode du Théâtre des oiseaux de paradis où Oriata et Nanihi vivent sur la planète Rotahiraa, qui veut dire, en tahitien Synchronisation, elle  est appellée Abalyon dans d'autres versions . Avant de partir sur la planète Terre pour y proclamer l'Unité Humaine et faire enchaîner Morjine , la démonesse des nationalismes, qui a trahi le Phénix son maître en fondant des cultes plutôt qu'en éduquant les consciences , l'enfant Hoani grandit dans l'exemple de l'amour évolutif d'Oriata et de Nanihi ,qui s'exprime à travers les chants et danses des Gymnosophies 

     

     opus 705 , version de la clé 80, section 14 :

    http://www.youtube.com/watch?v=VAD9-oTFgs0&list=PL3D927E87226FF9DF&index=25

     

     

     

    opus 705 :"Pose ta tête", version  filmée le 5 juin 2008  et classée en  archive dans  la  clé  64, c'est la même version que précédemment  mais publiée pour que le lecteur puisse déchiffrer sans les sous titres le langage des mains, appelé mudras en Inde et Aparima en Polynésie :

     Toujours dans la clé 64 , filmée le 14 mai 2008, la même danse chantée  avec des variantes et là les paroles sont chantées sur l'aparim

    *

     

    E

     

    version du 19 mars 2013 :

     

     

    C'était l'année 1974.

     

     

     

    Je m'étais délivré de l'esclavage du désir et de la peur

     

     

     

    partiellement sans doute, et parce que d'autres illusions

     

     

     

    me tenaient lieu d'espérance ...

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui 39 ans plus tard, ai je vieilli ?

     

     

     

    Je ne le sens pas dans mon corps,

     

     

     

    il me semble plutot que mon corps 

     

     

     

    est davantage sous mon contrôle.

     

     

     

    Je regarde mieux en face la maladie d'angoisse de l'espèce

     

     

     

    et pourtant je doute qu'on puisse la vaincre au delà de soimême.

     

     

     

     

     

     

     

    Mais en 1974 jadis sur ce bateau  dans la mer de Chine

     

     

     

    je dansais comme un chiot qui se secoue en sortant de l'eau ...

     

     

     

    c'était pour me débarasser des vasanas,

     

     

     

    de l'héritage des âges dans la chair ...

     

     

     

     

     

     

     

    Le monde mbengété ce qu'on appelle l' Occidental,

     

     

     

    m'avait marqué au fer rouge  et je le fuyais.

     

     

     

    Je ne savais pas encore que toute l'humanité 

     

     

     

    avait été marquée comme bétail au fer rouge .

     

     

     

     

     

     

     

    Je  découvrais à peine

     

     

     

    qu'il y avait en Orient un bras de fer plus implacable encore

     

     

     

    entre les donneurs de lait cosmique

     

     

     

    et les maîtres vampires

     

     

     

    ceux qui légifèrent  les destins !

     

     

     

     

     

     

     

    Ma confiance était aveugle

     

     

     

    Ma confiance dans mon avenir

     

     

     

    et dans les peuples des tropiques

     

     

     

    mais bientôt je vis qu'ils marginalisaient

     

     

     

     

     

     

     

    comme les mbengétés de l'Australie à l'Erope

     

     

     

    ses maîtres les plus précieux

     

     

     

    parceque trop universels  pour les priorités des castes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La luminosité de l'été perpétuel pouvait restituer l'Eden

     

     

     

    Et le navireTanpomas était en train de traverser la ligne de l'équateur

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui mon désespoir est total, mais tranquille

     

     

     

    Je fais comme si j'espérais

     

     

     

    et  la félicité est plus complete dans mon coeur

     

     

     

    car je sais que moi seul

     

     

     

     peut y lever des arbres  et y ouvrir des fleurs

     

     

     

    et que même s' ils seront abattus par le complot inconscient

     

     

     

    des habitudes et superstitions collectives

     

     

     

    ce n'est pas en cédant à leur chantage  que j'arrêterai leur tsunami

     

     

     

    alors à quoi bon interrompre ma danse

     

     

     

    puisqu'elle est soleil sur le cimetière ?

     

     

     

     

     

     

     

    En 1974 j'étais dans l'espérance

     

     

     

    mais je souffrais davantage de l'hypocrisie des civilisations

     

     

     

    car je croyais pouvoir la soigner 

     

     

     

    sans y parvenir

     

     

     

    et donc mon bénévolat dérangeait

     

     

     

    comme un égo immense

     

     

     

    un trip personnel, une ingérence,

     

     

     

    chacun apparemment était satisfait de son ambiance.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La danse s'était levée en moi comme une résistance 

     

     

     

    aux vents de l'hérédité qui venaient du passé

     

     

     

    et de la fatalité qui venait du futur.

     

     

     

    Au moins je m'orbitais dans les rythmes cosmiques

     

     

     

    et ce n'était pas ceux du divertissement 

     

     

     

    qu'on attend de tous les arts  en société.

     

     

     

     

     

     

     

    Je croyais quand même encore aux moissons d'avenir

     

     

     

    alors que je ne crois plus qu'à celles du présent

     

     

     

     

     

     

     

    J'étais audacieux mais imprudent

     

     

     

    je détruisais les chances tout en me construisant.

     

     

     

    Aujourd'hui je détruis mes attentes

     

     

     

    pour ne pas cesser de me construire

     

     

     

    je me contente du spectateur Divin

     

     

     

    et suis fatigué de la pédagogie pour les étudiants mondains.

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai fait le bilan de l'imposture de l'espèce

     

     

     

    surtout que certains de ses fonctionnaires

     

     

     

     me traitent comme un ennemi, un nuisible, du bétail

     

     

     

    Les pangloss et les Ponce pilate leur laissent les mains libres.

     

     

     

     

     

     

     

    Si je témoigne c'est pour gagner mon Paradis

     

     

     

    c'est pour les quelques uns qui m'ont compris.

     

     

     

    Partager mon héritage est mon unique raison de vivre ...

     

     

     

     

     

     

     

    Le rivage est peut être désert mais je suis vivant

     

     

     

    or en 1974 je redoutais davantage la solitude

     

     

     

    j'étais en manque de l'écoute d'autrui

     

     

     

    j'avais besoin d' une humanité qui n'annonce son extinction

     

     

     

    que pour une évolution

     

     

     

     sur la planète ...

     

     

     

     

     

     

     

    Maintenant  j'apprécie l'écoute d'autrui

     

     

     

    j'y reconnais mes vrais amis

     

     

     

    sinon cette foire d'empoigne  de l'humanité décervelée

     

     

     

    me parait juste tristement égarée

     

     

     

    loin du secret des étoiles

     

     

     

    prêtes à accueillir nos âmes !

     

     

     

     

     

     

     

    Je m'étais délié des fausses sécurités du sexe

     

     

     

    Elisabeth n'avait pas voulu me suivre autrement qu'en théorie

     

     

     

    donc je pouvais tourner en rond longtemps pour l'attendre

     

     

     

    j'étais donc parti seul

     

     

     

    Notre amour s'était donné toutes les libertés

     

     

     

    qu'il était devenu une sorte d'amitié

     

     

     

    mais virtuels étaient les actes de foi et les partouzes ...

     

     

     

     

     

     

     

    En effet ce qu'on prétend être n'est qu'un rêve 

     

     

     

    tant qu'on n'a pas fait le sacrifice de ses peurs et de ses spéculations

     

     

     

    pour la véridicité de la quête et de l'étude.

     

     

     

     

     

     

     

    On  pouvait accueillir pour la fusion les âmes perdues

     

     

     

    les autres sexes errants dans  nos propres  problèmes

     

     

     

    il n'y avait que des destins limitées par leurs regards et leurs aspirations

     

     

     

    et dans le confort de Mbeng encore dominateur des matières premieres

     

     

     

    nous ne pouvions que nous lamenter de nos misères ...

     

     

     

     

     

     

     

    Pourtant mon pouvoir d'achat était meilleur que maintenant

     

     

     

    mais il semblait insuffisant à Elisabeth et aux amis pour partir à l'aventure

     

     

     

    La peur de désobéir aux égrégores grégaires

     

     

     

    et aux addictions

     

     

     

    se déguisait en peur de manquer

     

     

     

    mais même les impasses étaient imaginaires

     

     

     

    alors j'étais parti seul, fidèle à la promesse faite à mon âme

     

     

     

    Je me sentais en sécurité sur les mers comme Sindbad

     

     

     

    en dépit des naufrages possibles 

     

     

     

    pourvu que je renie le destin espéré par ma famille

     

     

     

    drapée dans sa malédiction

     

     

     

    comme dans l'uniforme même du succès et de la sagesse !

     

     

     

     

     

     

     

    Je me disais que mon voyage serait sans retour

     

     

     

    je deviendrai balinais blanc

     

     

     

    j'avais rêvé d'un rivage definitif

     

     

     

    et vu dans le sommeil les huttes au bord de mer

     

     

     

    où j'allais vivre trente ans plus tard,

     

     

     

    et je croyais qu'elles étaient à Bali

     

     

     

    alors qu'elles étaient à Haapiti.

     

     

     

     

     

     

     

    En 1974 je n'avais même pas emporté un appareil de photos

     

     

     

    je voulais seulement me construire

     

     

     

    recommencer ma vie.

     

     

     

     

     

     

     

    A Bali les soldats m'avaient dit

     

     

     

    que je devais aller chercher un nouveau visa à Singapour

     

     

     

    à l'ambassade d'Indonésie

     

     

     

    J'y étais allé au début de l'année

     

     

     

    et sur ce bateau j'en revenais.

     

     

     

     

     

     

     

    A Singapour j'étais monté dans  une sorte de grande barque 

     

     

     

    avec une toiture pour protéger les passagers du soleil ...

     

     

     

    Le clapotis de la mer nous éclaboussait 

     

     

     

    Et nous avions avancé entre les petites îles

     

     

     

    au milieu desquelles  s'élevait parfois la hutte isolée

     

     

     

    d'un pécheur chinois sur pilotis

     

     

     

    à côté  d'un parc à poissons de la taille de sa demeure

     

     

     

    où il suffisait de hisser un filet avec des cordes

     

     

     

    pour piéger les poissons

     

     

     

    Je me demandais comment ces bouts de bois

     

     

     

    pouvaient résister aux tempêtes ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et nous étions arrivés à l'île de Tangjung Pinang

     

     

     

    Nous attendions au large l'arrivée du Tanpomas 

     

     

     

    Et lorsqu'il fut là énorme comme un immeuble 

     

     

     

    nous gravîmes la passerelle

     

     

     

    et partout étaient assis des bataks, 

     

     

     

    et plusieurs groupes à divers coins du bateau chantaient avec des guitares

     

     

     

     

     

     

     

    Et moi je ne pouvais m'empêcher de danser

     

     

     

    car la danse était ma voie d'évolution, elle l'est toujours

     

     

     

    pour participer à la beauté du monde !

     

     

     

    Au crépuscule je dansais encore ...

     

     

     

     

     

     

     

    Même lorsque mon corps était blessé

     

     

     

    je pensais le soigner en l'oubliant et en dansant

     

     

     

    Parfois c'est vrai, parfois c'est une erreur,

     

     

     

    tout dépend de la nature de la souffrance ...

     

     

     

    mais en ces temps là mon discernement était moindre

     

     

     

    et je m'abandonnais de toutes façons au vent de la danse

     

     

     

    comme qui l'esprit que j'invitais en moi

     

     

     

    me débarassait de ma destinée ...

     

     

     

    C'était vrai mais il me fallait l'entendre

     

     

     

    et savoir dialoguer avec lui ...

     

     

     

     

     

     

     

    la nuit venue un géant qui chantait se leva sur le pont 

     

     

     

    et il me saisit les mains

     

     

     

    et il se mit à tournoyer sans se lasser sur le choeur des passagers

     

     

     

    avec moi qui flottait parallèle au sol

     

     

     

    et comme la piste était étroite 

     

     

     

    j'étais la moitié de ces cercles au dessus de la mer

     

     

     

    s'il  m'avait lâché les poignets j'aurais été abandonné aux requins

     

     

     

    j'y pensais  au fil de ces tours qu'il m'offrait et qui nous enivraientr

     

     

     

    et je m'imaginais dans l'eau avec au loin le Tanpomas

     

     

     

    qui poursuivait sa route avec ses lumieres scintillantes sur la mer ...

     

     

     

     

     

     

     

    Enfin le géant me posa sur le sol.

     

     

     

    Un couple de Bataks m'invita au nigth club du bateau

     

     

     

    Mais on ne me laissa pas entrer 

     

     

     

    car je n'avais que des tongues

     

     

     

    il fallait des chaussures fermées

     

     

     

    C'était réservé aux gens importants

     

     

     

    ceux qui prouvent à chaque pas

     

     

     

    qu'ils ont beaucoup d'argent

     

     

     

    même s'ils emprisonnent leurs propres pieds .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En fait je préférais danser  dans la brise marine

     

     

     

    sur les chants bataks où revenait souvent une mélodie  

     

     

     

    sur laquelle je mettais mentalement des paroles en français ...

     

     

     

     

     

     

     

    Je  pensais que seule pourrait être mon épouse

     

     

     

    celle qui n'aurait jamais peur de danser 

     

     

     

    jamais un prétexte pour capituler

     

     

     

    devant les regards torves 

     

     

     

    de ceux que la liberté provoque  au mépris ...

     

     

     

     

     

     

     

    Oui elle serait ma femme celle qui ne craindrait pas

     

     

     

    de dormir sur les plages, ou au bord des chamins

     

     

     

    et dans les forêts,

     

     

     

    pour moi la beauté était fille de l'audace

     

     

     

    j'affirmais même la plus laide femme 

     

     

     

    peut construire  un regard splendide par ses vertus

     

     

     

    tandis que sur les magazines s'affichaient 

     

     

     

    des tops modèles aux yeux  plus vides que ceux des bêtes ...

     

     

     

    Moi je voyais  qu'elles étaient seulement affamés

     

     

     

    de compensations matérielles à leur ambition insatiables

     

     

     

    et de flatteries qui les dispense de l'étude ...

     

     

     

    Or c'est dans notre  valeur réelle

     

     

     

     que rayonne l'esthétique divine ...

     

     

     

     

     

     

     

    je  faisais bondir aux cascades de Bali

     

     

     

    dans ma chanson

     

     

     

    car elles me nettoyaient de toutes les fausses richesses de la destinée

     

     

     

    et he pensais à Dewi la fille qui venait se baigner seins nus 

     

     

     

     devant la maison d'Astawa où je vivais ...

     

     

     

    Ses sourires étaient des appels caressants 

     

     

     

     

     

     

     

    Son père Bharata  m'invitait à l'épouser 

     

     

     

    C'était un préalable mais en ces temps là 

     

     

     

    il était tres difficile de rester en Indonésie pour un citoyen français

     

     

     

    et je ne voulais pas l'emmener vivre en Europe

     

     

     

    je ne voulais plus connaître la froidure

     

     

     

    j'étais à l'aube d'une longue vie tropicale ...

     

     

     

    Sous l'équatreur il me semblait

     

     

     

    que l'on ne pouvait jamais manquer de lait ou de papayes !

     

     

     

    j'ignorais jusqu'où va le pouvoir destructeur

     

     

     

    des jardiniers totalitaires ...

     

     

     

     

     

     

     

    Les vaches de bali étaient fines comme des biches

     

     

     

    et autour d'elle il y avait toujours des champignons enchantés !

     

     

     

    Bharata me disait que si je n'avais pas d'argent

     

     

     

    il suffirait qu'il me donne une partie de ses sawah,

     

     

     

    c'est à dire de ses champs de riz

     

     

     

    Ensemble nous les culteverions

     

     

     

    et ensemble nous  allions perpétuer dans le Gambuh

     

     

     

    où il dansait le rôle de Panji 

     

     

     

    ou faisait sonner le rebab, une vièle 

     

     

     

    comme à Java mais avec de bien plus longues oreilles

     

     

     

    de bois, je parle des deux chevilles d'accord ...

     

     

     

     

     

     

     

    néammoins pour rester c'étaient les visas indonésiens qui manquaient .

     

     

     

    Selon la loi la femme devait suivre son mari dans son pays

     

     

     

    Aujourd'hui tout est plus facile , il suffit pour une carte de séjour à Bali

     

     

     

    de montrer 2000 dollars de revenu par mois ...

     

     

     

     

     

     

     

    Ma pension de retraite polynésienne est trois fois inférieure.

     

     

     

     

     

     

     

    Bureaucrates , politiciens , cessez de ventriloquer nos destins

     

     

     

    nous ne sommes pas du bétail , vos frontières

     

     

     

    sont des mauvais sorts lancés  sur l'amour , l'art et le progrés social

     

     

     

    Unissons nous , femmes et hommes de connaissance

     

     

     

    afin de proclamer l'unité humaine et la liberté

     

     

     

    d'expression et de circulation !

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà le chantier du nouveau siècle

     

     

     

    déjouer les mises en scène des médias et des exploiteurs

     

     

     

    déguisés derriere de fausses allégeances religieuses ou socialo communistes

     

     

     

    déjouer les mirages de la politique ploticienne

     

     

     

    et où à force de ne penser qu'aux enfants de son clan

     

     

     

    on sacrifie aux démons sa propre identité humaine !

     

     

     

     

     

     

     

    En ce temps là en cheminant vers les rivières de Bali je sifflais l'Internationale

     

     

     

    Cela ne m'empêchais pas d'accueillir

     

     

     

    dans mon coeur la lumiere Divine supramentale

     

     

     

    qui m'enseignait à un résister dans ce monde de raksasas et de poncePilates

     

     

     

    je ne confondais pas l'Inquisition et la bonté du Christ

     

     

     

    ni la flûte de vertèbres de Maiakovski avec  les goulags de Staline  ...

     

     

     

     

     

     

     

    J'étais devenu un passager clandestin

     

     

     

    inexplicable, indéfendable selon les clivages  des conflits de l'époque ...

     

     

     

    ceux qui me dénigraient disaient que je n'étais qu'un faiseur de chansons

     

     

     

     et ceux qui avaient reconnu leur révolte dans  mes poèmes

     

     

     

    commençaient à se demander si j'étais mort

     

     

     

    ou devenu fou , j'avais quitté Paris  

     

     

     

    qui n'était plus  pour moi le centre de l'intelligence

     

     

     

    quoiqu'en pinyin son nom  s'écrive  aussi Bali ...

     

     

     

     

     

     

     

    J'apprenais le Baris qqui dans le théâtre

     

     

     

    était aussi la danse d'Arjuna

     

     

     

    face aux tentations de la femme cochon

     

     

     

    et face à la guerre qui sans le berger céleste  

     

     

     

    semblait perdue d'avance

     

     

     

    Après que les kauravas eut refusé à mes rêves

     

     

     

    même une motte de terre sur une tête d'épingle !

     

     

     

     

     

     

     

    Désormais je chantais pour faire savoir

     

     

     

    comment j'imaginais  la femme que j'attendais 

     

     

     

    pour refonder le monde au moins à deux

     

     

     

    dans l'utopie de la danse et de l'ascèse

     

     

     

    qui sauve l'espace et le temps de la prostitution...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce serait une femme, je la voyais à la prou du navire

     

     

     

    danser dès l'aube pour accueillir l'oiseau qui me guidait

     

     

     

    et dont j'avais accroché l'image avec mon poème

     

     

     

    calligraphié comme dans une bande dessinée

     

     

     

    dans un cadre au dessus de la porte de la chambre où je dormais ...

     

     

     

     

     

     

     

    Je parlais de loin à cette femme en silence et mélodie

     

     

     

    Elle qui les remplacerait toutes les femmes par ses vertus ...

     

     

     

    Cette année là j'avais tenté d'être chaste

     

     

     

    A Paris j'avais  trop bu à n'importe quelle vulve 

     

     

     

    et découvert qu'il n'existe aucun sexe en dehors des personnes

     

     

     

    je n'avais fait que  copuler avec des destinées hypnotisées,

     

     

     

    avec la limite de leurs pensées et de leurs espérances marécageuses ...

     

     

     

     

     

     

     

    J'étais  certes addicté aux  seins coupes parfumées

     

    mais Raï, le tandak, le conteur du du théâtre gambuh

     

     

     

    chantait et me faisait chanter 

     

    " Du sein de la Mère cosmique coulait le lait des étoiles ..."

     

     

     

     

     

    Comment pourrais je désirer une compagne qui l'ignorerait

     

     

     

    et qui ne jetterait pas ses bijoux de vanité dans la rivière ?

     

     

    *

     

     

    *

    F

    Section 53 de la clé 82 du Théâtre des oiseaux de Paradis, tres légèrement corrigée le 18 mars 2013 , l'enregistrement reprend ces accords . L' édition complète du 8 novembre 2012  avec ses  128 sections est publiée sur 

    http://arevareva.wordpress.com/2012/11/08/hello-world/

     

    ___

     

    /2G6/Pose ta tête sur mon épaule ...

    /3D7/Souris au ciel et à la mer !

    /1Eb7/L'oiseau de paradis s'est posé

    /1D7/sur la cime de l'arbre...

    /2G6/Entends son souffle dans nos coeurs !

     

    /1C/Il vole d'île en île

    /1G7/ Il fait son nid dans tes cheveux ...

    /6Eb7/Tu es la beauté faite fille ...

    /1G6/tes vertus à chaque pas rayonnent !

     

    /1Eb7/Par dessus le ciel encombré de nuages

    /1G6/tu as levé mon phare d'amour,

    /1D7/tu as plongé nue dans les vagues,

    /3D7/dans les eaux miroirs du soleil !

    /6Eb7/Tu m'as tendu la main et pour me plaire

    /3G/tu as reçu ma foudre mon éclair !

     

    /1Eb7/Dans ton regard une source a surgi ...

    /2G6/Tu danses même sous la pluie !

    Dans la forêt tu sais faire ton lit ...

    /1C/Ta douceur jamais ne tarit !

     

    /3D7/...J'ai bu à la colline de ton sein

    /1G7/ta paix en dépit des tempêtes

    /1D7/ta danse est mon seul trésor

    /1G7/mon chant ta seule parure !

     

    /1C/...Oh vois : l'oiseau prend l'élan de son vol

    ... Que nos baisers nous purifient

    /3D7/dans les courants de la cascade

    /2G6/où tu trouves tes couleurs !

    *

    G

    Extraits de la clé 75 

    J'ai classé  dans les dossiers de la  clé 75  tous  les enregistrements audio que je n'ai pas classés dans d'autres clés  comme les clés 1, 3, 14, 15, 65, 66 et les bandes sons d'autres clés vidéos . Les deux fichiers audio sont donc des archives, le premier a conservé le thème musical batak  et le deuxième est davantage dans l'esprit d'Eddie Lund, grand maître de la musique tahitienne , dont les partitions et la photo sont publiées dans les dans un des albums de la page "Fondation Abalyon"

     

    archive de cette chanson avec la voix de Christine en 1977 en Inde :

     

    archive de cette chanson avec ma voix en 1993 à Mooréa :

     

     

     

    archive d'une interprétation de cette chanson en 2011 en Afrique :

     

     

    archive d'une interprétation de cette chanson en 2012 en Afrique :

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • version du 25 mars 2013

    par  Dominique Oriata Tron

    Mixage de ma voix avec mon jeu sur la flûte de pan, une castagnette et un nattuvangam .Les accords de guitare utilisés ce jour sont 1C/2G6/1Am . Le texte est similaire à celui de l'édition du  2 février 2013 ci dessous reproduit. Le rythme joué  est à 10 temps, d'abord commençant par 7+3 sur le schéma de base Takitatakatakita ,puis passant à 5+5 takatadinntadigénatom .Les syllabes soulignées indiquent les temps forts pour le bibir, c'est à dire le murmure du joueur, tandis que les percussions audibles jouent de façon plutôt syncopée . J'ai d'abord compressé en  32 kbs car la connection, après beaucoup d'essais , ne permettait pas plus, mais à ce taux de compression  la voix perd beaucoup et la flûte grince un peu. 

     en 32kbs :

     et finalement en 128 kbs , sauf si wat.tv a encore compressé :

    http://www.wat.tv/audio/opus-707-source-jouvence-60whb_2hlcv_.html

     

    ___

     

    section 18 de la clé 80 du théâtre des oiseaux de Paradis , la danse filmée en 2007, avec des sous titres :

     

    ___

    PHOTOS

    J'ai composé la première version de cet opus  en 1989 en Polynésie. Le chant était en fait conçu pour une danse de la série des Gymnosophies  qui  font partie de l'épisode du théâtre des oiseaux de Paradis sur la planète Abalyon, ou Rotahira'a , ce qui veut dire Synchronisation en tahitien.Ci dessous on trouvera deux photos de cette danse sur la colline du Lycée La Mennais au dessus de Papeete par , de gauche  à droite   : Hinari'i, Maheata, Milanda et Maruia  en 1989 ou 1990, et moi dans le pamplemoussier le même jour. Au siècle 21 , une route a été tracée à travers ce plateau où avaient lieu mes cours lorsqu'il ne pleuvait pas.

     

     

    opus 707 : La Source de Jouvence, par D.O.Tron

     

    opus 707 : La Source de Jouvence

    opus 707 : La Source de Jouvence

    ___

    LA SOURCE DE JOUVENCE

    opus 707, version du 18 mars 2013

     

     

    Là où tu es capable d'amour , tu t'immerges

    dans la source du Supramental Divin.

    La meilleure définition de Dieu ,

    c'est qu'il est l'essence de l'Amour

     

    Lorsque les êtres humains se battent  

    en brandissant chacun son nom de Dieu

    Ils ne désignent pas par ce nom  la Conscience Cosmique,

     mais un Démiurge, un démon, un égrégore

    sur lequel sont projetées les moeurs de telle ou telle communauté 

    de singes insensés  debout et costumés

    qui  ont usurpé  le nom de Dieu 

    pour légiférer le monde à leur image .

     

    De ce fait nombreux sont ceux qui se défie

    des religions et de leurs militants

    mais s'ils vivent dans l'amour, 

    oeuvrent à l'écoute et au partage   social

    même les athées  rayonnent dans le coeur de Dieu.

    Elsa Triolet disait qu'elle croyait avant tout à la bonté

    elle vibrait dans le coeur du Supramental Divin.

     

    Les étoiles se livrent des guerres pacifiques d'amour

    et l'âme de chacun est une semence ou un germe d'étoile.

    Là où l'amour surgit de ton coeur comme une source 

    tu es sauvé ! N'attends pas l'amour d'autrui, donne le 

    et  quelques uns , quelques unes  de ceux qui le cherchent en vain 

    finiront par le trouver en toi, ce qui le réveillera en eux.

     

    Lorsque tu as trouvé cette source, n'y projette aucune de tes pensées ...

    Fais le vide en toi , purifie toi, sois réceptif , réceptive !

    N'aies pas peur d'être véridique, infidèle aux lois mensongères 

    qui régissent les hiérarchies prédatrices  des égos animaux.

     

    L'amour diffuse sa Paix dans le coeur, l'esprit, le sexe

    Fortifie cette sérénité en dépit de toutes les provocations.

    Même si tu es acculé à un combat, 

    que ton être le plus profond soit enraciné dans la tranquillité

    celle qui ne craint pas l'affrontement, car elle est le vaisseau

    qui permet de traverser la mort et les illusions de la vie!

     

    Cette paix en croissant te nourrira d'énergie

    et la transparence avec laquelle tu t'observes

    te suggérera à quoi employer tes forces

    et ce sera d'abord à te transformer en une femme ou  un homme librezs

    non pas esclaves de leurs peurs et de leurs caprices

    mais capables par leur volonté méthodique

    de faire reculer les héritages de la destinée

    celle qui vient de la famille et de la société ...

     

     

    Cette transparence, cette équanimité  délivrent

    ton âme chaque jour un peu mieux de la pesanteur .

    Du sommet de la montagne ton esprit  prends ses distances 

    avec les souffrances de ton incarnation

    tu sais que de l'Amour dépend ton bonheur.

     

    Les prédateurs placent leur bonheur dans la conquête

    Même la séduction ils l'appellent conquête

    et c'est par la puissance matérielle qu'ils veulent charmer

    Ils déguisent leurs priorités en payant tribut

    aux messes de toutes églises et partis ...

     

     

    Mais l'esprit hypnotisé par la matière n'est jamais rassasié

    il devient vampire , il tracasse l'humanité pour la dominer

    Il tente de contrôler le temps et l'espace  d'autrui

    et consacre son temps à combattre l'harmonie qui lui porte ombrage ...

     

    Pour retrouver confiance face aux manoeuvres des créatures totalitaires

    impregne sans répit tout ton être, tes sens ,

     de la Lumière fraiche de l'Amour !

    Que chaque instant sois une fête du Dedans  de ta conscience

    Que chacun de tes  souffles soit le mantra Hamsa l'oiseau Divin 

    monture de Bhrama, d'Allah, de Jéhovah, 

    d'Elohim, de Dieu, de Yakouch , Te Atua !

     

    Dès que possible, fais halte et construis méthodiquement

     des moments de vide intérieur pour accueillir

    la respiration du supramental Divin

     qui soutient les fluxs et reflus de ta pensée et de tes poumons,

    de ton sexe aussi et de la création  et destructions des galaxies .

     

    Ton incarnation a été piégée dans l'illusion des Démiurges  

    se faisant passer pour Dieu, 

    ou   faisant idolâtrer 

    la logique de leur bestialité 

    ils calomnient l'amour et la générosité, prétendant s'appuyer

    sur les dogmes de leur communauté politique ou religieuses

     

     

     

    N'aies d'autre foi que la quête du beau , du vrai, du bon

    mais soit sans certitude sur le sens de ces mots

    confronte les à leur contraire , pèse les par une dialectique

    sans fin afin d' explorer et dépasser  tes limites, tes illusions ...

     

     

    Le mirage c'est ce qui meurt. Ne parie pas sur le provisoire

    mais protège le des dévorations ...Déleste toi des ambitions ,

     purifie ta réflexion en développant l'écoute, 

    demande même aux bourgeons d'être des miroirs 

    pouvant refléter le bibir du Rayon Divin

    qui est partout autour de toi en milliards de rayons.

     

    Ceux qui en font commerce t'en ont dégoûté car il t'ont dit

     d'admirer leurs préjugés comme ceux de Dieu même.

    Compare toutes les religions, mais n'adopte

    que l'exigence du véridique et de l'esprit critique sur toi même !

    Sois logique, scientifique, et non scientiste

    car est religion toute pensée qui ne progresse pas par le doute ...

     

    Ce sont tes actes qui te mettent à nu devant Dieu

    N'attends pas la trahison des singes

     pour prendre refuge définitivement dans l'Amour

    qui est le coeur même du supramental Divin !

     

    Alors que la voix qui chante en toi te fasse danser

    comme une brise qui pousse la voile sur l'océan !

    Brûle dans  cette Joie tout ce qui est repères de ta vie 

    et peu à peu la Lumière te pénétrera

    et quand tu auras déplacé ta conscience dans le feu du Phénix

    il te sera possible de franchir les portes de la mort

    comme en rêve au dessus de la réalité des zombis

    ils sont prisonniers de leurs appétits sans fin de matière

    mais sont trop lours pour capturer ton âme dans le ciel !

     

    Dégage toi, même les pierres ne sont que reflets du Divin ...

    En cela, qu'elles t'aident à comprendre et dépasser leur pesanteur !

    La planète est déjà suspendue dans le ciel, 

    Légère pour elle même elle est ton corps

    abandonne toi parfois à sa gravitation, mais l'esprit libre

    évadé des directives des exploiteurs

    qui t'ont parqué comme du  bétail ...

     

    Ton idéal t'élèvera plus haut leurs flèches

    même si leurs missiles t'atteignent, ton âme sera sauve...

    Ceux aui veulent détruire la bulle de ton Utopie 

    sont presque aveugles ils ne la voient pas

    tant ils t'ont humilié et enchaîné à leur troupeau

    et c'est pour celà qu'ils brûlent partout les champs de l'espérance.

     

    Mais ils ne peuvent asservir ta conscience à leur image

    et l'amour  en récompense te comblera de  caresses

    et tu seras  pour toujours même anonyme 

    source d'inspiration pour toutes les vraies révolutions

    celles qui mettent au premier rang la justice et l'étude

    et non les intérêts  des églises , des clans et des corporations !

     

     

    ____

     

    version de l'édition du 2 février 2013  de  la section 74 de la clé 82

    du théâtre des oiseaux de Paradis

     

     

    /1C/Ici surgit la source d'amour

    /2G6/Devant Dieu soyons transparents ...

     

    Ne craignons rien dans cette /1Am/paix

    /2G6/Apprenons à nous transfor/1C/mer !

     

    /1C/Sur le sommet de la montagne

    /2G6/coule la Lumiere du bon/1Am/heur

    /2G6/dans nos esprits nos yeux /1Am/nos coeurs !

    /1Am/Reçois les clés de ton destin

    /2G6/pour la fête qui comblera ta faim ...

     

    /1G7/Dieu nous appelle

    /1G7/et ses soleils !

    /1Am/Respire le ...

    C'est lui ton souffle

    /2G6/tres haut tres haut dans ta conscience !

    /2G6/Il est là !

     

    /1C/Posons nos fardeaux d'illusion ...

    /2G6/Soyons légers pour avancer ...

    /1C/Chantons le beau le vrai /1Am/le bon !

    /2G6/sous le regard direct de /1C/Dieu !

     

    /1G7/Entends sa voix ...

    /1G7/Il chante en toi !

    /1Am/Vois le chemin

    /2G6/de ton corps de Lumiere !

    /2G6/Construis le !

     

    /1C/Fidèle à l'Idéal ,purifie tes/2G6/bonheurs ...

    /1Dm/ Denude toi toujours un peu plus /1C/devant Dieu !

    /1C/Bois à la source d'eau/2G6/ et de feu qui/1G7 /libère

    /1Dm/des faims trompeuses et des temples humains !

    /1Am/Sois à ton tour /1C/rayon d'amour ...

    /1C/Construis le Paradis sur /1Am/Terre !

    /1Am/Préfere ainsi l'étude créatrice

    /1G7/aux fêtes troubles des /C/vampires !

    /1Am/Brise tes peurs avec prudence,

    /2G6/ échappe à tous les esclavages !

    /1Am/ Alors la source donnera

    /2G6/tous ses secrets aux /1C /amoureux !

    /1Am/Fidèles à l'onde à la /2G6/rosée,

    /1Dm/nous deviendrons source/1C/ à jamais !

    /1Am/Fidèles à l'onde à la /2G6/rosée

    /1Dm/nous deviendrons source/1C/ à jamais !

    source à jamais !

    source à jamais !

     

     


    votre commentaire
  • La première version de cet opus fut composée par moi D.O.Tron en 1976 à Pondichéry. J'étudiais le chant carnatique avec Sri Kothandaraman, et je cherchais des paroles en français pour divers ragas. ce chant fut d'abord écrit sur la composition "niravati souga" de Tiagaraja swami, dans le raga Ravichandréka, adi talam, pour une danse . Bien sûr  il s'agissait d'une adaptation . Il existe de nombreuses versions de cet opus.

    ___

    version du 24 mars 2013

     

    Enregistrement sur le freeware Audacity , compressé en 32kbs mp3 . Je joue presque strictement la version du 2 février 2013  recopiée ci dessous . les dates que je mentionne ne sont pas toujours celles de l'écriture d'une version. par exemple, le 2 février 2013 j'ai publié sur word press la clé 82 entière et à cause d'un nombre minime de corrections, j'ai indiqué une nouvelle date d'édition. en fait ces notations sont restées tres longtemps auparavant sur des cahiers manuscrits plus pratique pour pratiquer le chant et la guitare en plein air à l'ombre d'un arbre. avant d'être un poème conçu pour être lu sans musique, cet opus a d'abord été une chanson. lorsque je fournis une version poème , elle ne peut juste reprendre les paroles de la chanson qui ont besoin du rythme de la musique. de même lorsque je transforme un poème en chanson , je dois le transformer ou le psalmodier . les instruments utilisés pour cette version sont la voix, la guitare, la flûte de pan, une castagnette et un nattuvanggam. La musique a été improvisée  sur une visualisation mentale de  la danse correspondante qui a donc fourni les balises.

     

    ____

     

    version du 28 janvier 2012 pour la musique

    et des années 90 pour la danse

    http://www.youtube.com/watch?v=wKORShwY2kE&list=PLA27424CB0B5C42C3&index=43

     ou

    Dans le rush original je chantais les paroles mais la prise de son n'était pas très audible, d'où le besoin de composer une musique qui prenne la danse filmée comme partition.

     ___

     ---

    section 15 de la clé 80 ,version de la danse en 2008 à Haumi

    avec sous titres

    ou

    http://www.youtube.com/watch?v=oWi_MtIyGMg&list=PL3D927E87226FF9DF&index=26 

    ___ 

    version du 2 février 2013  de la section 57 de la clé 82. 

    Les numéros avant les indications d'accords indiquent la case la haute sur le manche à partir de laquelle se joue l'accord.

     

    /1F/Quand ton coeur silencieux

    laisse le vent et la lumiere

    /1D7/te traverser sur cette plage

    /3D7/une graine vient s'y déplier ...

     

    Ton visage sourit

    en pétales de fleur

     

    /2G6/...Tes cheveux flottent dans le vent ...

    Aimantés mes yeux t'appellent de loin !

     

    /3D7/Transparent je m'élance vers toi...

    Mes jambes s'envolent

    car la vie a un sens !

     

    /1D7/Bois à mon souffle la vague bleue

    qui nous soulève

    /2G6/et nous ouvre les yeux !

     

    /3D7/Viens ouvrir l'ecluse d'amour

    pour irriguer le jardin du paradis ...

    /1D7/O la vie est un éclair à brûler

    dans la clarté et la joie !

     

    /2G6/Dans le feu du Phénix renaissons sans cesse ...

    ./1D7/C'est le calcul divin pour toujours dévoilé !

     

    3D7/Préférons respirer l'air

    qui sait rendre un rêve fertile ...

    /2G6/Embrasse le jour et donne ton coeur

    au rayon éternel d'amour !

     

    /3D7/Evade toi de la pierre ensorcelée

    où ton vol s'est arrêté !

     

    /1D7/Dans le feu du Phénix renaissons meilleurs !

     

    /2G6/Et toi l'enfant

    vois le chemin de la liberté ...

    Laisse le te guider!

     

    /1D7/Invisible est son vol

    /3D7/sauf pour les yeux du coeur !

     


    votre commentaire
  • THIBAUT HINGRAI : FILS ET FILLES DE JOIE , ET AUTRES POÈMES

     

     chant et musique par Dominique Oriata Tron le 4 avril 2013:

    http://www.wat.tv/audio/thibaut-hingrai-mon-ami-yan-63cl1_2hlcv_.html

       À mon ami Yan, Paris, le 7 décembre 2009

    .

    .

    Manteau de neige et brûlure du froid

    La neige comme contradiction

    Désordre et unité

    Dispersion

    Enthousiasme

    Chahut joyeux

    Des cadeaux pour tout le monde

    Légèreté et lourdeur

    Éphémère et durée

    Entrave et liberté

    Vie et mort, la joie retrouvée de la vie

    face à la redécouverte de la mort

    Force la contemplation, absorbe les sons

    Le monde qui nous invite à jouer avec lui.

    Comme un être vivant

    (comme un animal).

    Nuée angoissante

    Ne cessera-t-elle donc jamais de tomber?

    Au creux des cabanons, les hommes se réfugient,

     attendent la fonte,

    qu'on leur laisse un peu de place,

    meurent les envahisseurs!

    La vue d'une plume de glace

    me fait éternuer, j'ai mal à la gorge,

    mon nez coule, boire, respirer deviennent

    une souffrance.

    Que meurent les envahisseurs!

    Je suis pauvre et on m'accuse du choléra

    Je veux rejoindre mon aimée,

    pourquoi m'empêches-tu de passer?

    Ah

    Quelle inconstance, les hommes,

    c'est pour cela que nature préfère

    rester choses!

    H20, cristaux de glace, à l'année prochaine!

     

                                           

    *

    FILS ET FILLES DE JOIE , ET AUTRES POÈMES

     

     

    J’ai passé la nuit dans une maison,

    En apposition.

    Vous savez, une de ces auberges comme on en trouve

    Dans l’Evangile, chez Baudelaire, et Villon

    Au milieu de la forêt et du temps qui passe,

    J’y ai appris que la poésie réchauffait les pieds,

    Que ce n’était pas un mensonge que rien ne lui résistait

    Ah, j’y ai fait l’amour encore jusqu’au petit matin,

    Entre les tables, écoutant les pas de la danseuse et du mouvement qui soigne

    Près du chat, du gros chat et de sa compagne.

    Omar tu avais raison

    Au vin des échansons

     

    *

    La littérature boude

     

     

    La littérature boude.

    Elle sabote.

    Elle n'existe que quand elle sabote,

    elle est là quand elle sabote.

    Littérature, vas-tu marcher au pas?

    Non pas, mon pas, c'est de ne pas, pas le pas, pas à pas.

    Alors donne-moi ton pas, donne-moi ton pas!

    Ca me botte!

    dit-elle en riant, en s'enfuyant. Ca me botte!

     

    *

    Poétique

     

    A l’aurore, je m’ennuie

    Le matin m’asseoir

    Me hâtant le soir

    La nuit est mon zénith.

     

    A l’ouest la mort

    Là contre, je vis

    Le sud m’a pris

    L’Est est mon nord.

     

    Où d’autres veillent

    Chacun à leur tour :

    Je meurs la veille

     

    Je nais un autre jour

    Où je vais est le camp :

    - Mon temps est le quand.

     *

    POETICA

     

    De manhã escureço

    De dia tardo

    De tarde anoiteço

    De noite ardo.

     

    A oeste a morte

    Contra quem vivo

    Do sul cativo

    O este é meu norte.

     

    Outros que contem

    Passo por passo:

    Eu morro ontem

     

    Nasço amanhã

    Ando onde há espaço:

    – Meu tempo é quando

     

    *

    Parce que la terre

    tourne autour du soleil

     

    Lorsqu’un disciple lui demandait: « Pourquoi ? », le Golem répondait: « Parce que la terre tourne autour du soleil ».

    Un jour, alors que chantaient les cigales et que tous méditaient, repus et ensommeillés, auprès des oliviers, le plus petit d’entre eux se dressa brusquement et vint secouer la grosse bedaine du Golem : « Mais maître, parce que la terre tourne autour du soleil n’est pas la réponse à toutes les questions ! ». Le Golem ouvrit les yeux dans un demi-sourire dont on ne savait s’il exprimait la satisfaction prolongée d’avoir fait un bon repas ou celle d’entendre son disciple se révolter et sans même ouvrir la bouche, répondit d’un laconique : « Tu as raison ». « Mais alors, lui demanda le disciple, pourquoi réponds-tu toujours: parce que la terre tourne autour du soleil ? ». « Parce que la terre tourne autour du soleil » répondit le Golem. Et il dormait déjà.

    .


    votre commentaire
  • Alexandre GERBI : L'Homme idéal

    Alexandre Gerbi est peintre, poète et  a publié des livres de réflexion sur l'Histoire. Il a aussi écrit pour le théâtre . Ci dessous, écouter sa chanson " l' homme idéal", chantée par lui même :

     

    ____

    Eaux d’écluse

      16 novembre 2011

     

     

    Un violent moment d’immersion dans une écluse ouverte, parmi les vagues et les remous puissants… Avide d’autres respirations, de résurrections dans d’autres lumières ; la vie n’offre pas d’autres tours, ni n’épargne le chaland.

     

    Aspérités, violences et contre-cœurs. Admirations d’anciennes révoltes. Faudra-t-il vraiment n’en rien retenir que de faibles soubresauts, de lentes et infinies douleurs ? L’enfant douce virevoltait. La mangeoire débordait d’orties. Les feux nourrissaient la tourbe et la répandaient en poussière jusqu’aux sommets du ciel. Rien ne luisait plus. Tout dormait, enfin.

     

    L’activité reprit et décomposa tout le reste. Acidulée, pleine de braise, véritable émeraude ou amazone. La forêt, immense et calme, s’ouvrait, plus loin, elle aussi, comme un rein. Vénale, abside. Rêvée tel un plumeau. Force brisée, accolade assise. Verte pluie.

     

    L’on fourrageait ces sols, ces impénétrables sels. Ces cloisons ajourées, hermétiques, par superposition. Affable, joueuse, chargées de gardons, la rivière se changeait en fleuve. Montagne surplombante et ancienne averse, encore.

     

    Brisée ainsi de tant de lustres, emplie d’autres tavernes, graduée comme l’anormale conjonction des jours, elle amplifiait ses gammes et déroulait l’infini des astres. Cahin-caha, vaguement sourde, limpidement tressée, la forêt continuait ses tendres épaisseurs, ses inquiétantes douceurs.

     

    Résidus d’amer calme. Ils passaient en lui, s’en nourrissaient, se repaissaient, et cavalaient enfin jusqu’aux heures sombres. Pour quels profits ? Nul n’ignore pareilles soumissions, ni n’appelle d’autres festins. Seul reste en ces lieux l’aimable courroux des meubles et de leurs amis les murs.

     

    Aimables sourcils du vice, aussi. Ses béances. Ses chimères. Ses impossibles floraisons. Ses obséquieuses voluptés. Ses odieuses nuisances.

     

    Caresser le cuir jusqu’à l’envoler. Compliquer les courbes et déminer l’amicale aisance du surplus.

     

    Connaître aussi les visages des moissons, après la plongée dans l’écluse et ses tombes aquatiques.

     

    Revenir ensuite aux joncs et aux plâtres.

     

    Sur ces entrefaites, compère l’oiseau défrayant la chronique, l’absurde antienne recommencera de nuire. Fallait-il vraiment découper les cimes, approuver l’inestimable travail des fourmis ? Elles le faisaient, sans ailes, et y travaillaient en conscience et sans conscience. Elles fustigeaient tout et faisaient écho au vacarme du monde.

     

    L’opprobre, la raison, la déraison, l’envol des saisons, le minutage des cordes. L’affreux tintement du matin. Et l’étiolement des roseaux.

     

    Nous n’étions pas allés, revenant d’autres rives, parler de l’école et des diamants. Nous savions simplement que l’automne et les autres marteaux repasseraient nos côtes, et les étaleraient, et les épanouiraient, peut-être.

     

    Alors, de ces aubes salées, surgit l’antagonisme des houles. Fustiger les honteuses brises d’hier, oui, encore, pourquoi pas ! L’avancée ravissait, et posait ses ambitions. Gominez-moi tout ça, abolissez le reste, et n’en parlons plus ! Le reste abondera et versera des mines dans le torrent de l’écluse. Il défiera ses eaux bientôt dormantes.

     

    Carrosses, bijoux, étriers subalternes. Tous jailliront et trameront d’autres jeux, semblables aux oripeaux de l’os qui croît et développe d’infinies racines.

     

    ____

    Peinture réalisée pour l'affiche d'un spectacle écrit et mis en scène par Alexandre Gerbi à Casablanca :

     

    Alexandre GERBI : L'Homme idéal

     

     

     

     

     

    ____

     

    Les 

    Divagations Spirituelles

     

    Comédie métaphysique

     

    de

     

    Alexandre GERBI

     

    « Les Divagations Spirituelles » , comédie métaphysique en trois actes : spectacle autant que pièce de théâtre, elle est placée sous le signe de la création. Joué pour la première fois, le texte est accompagné de dix décors peints originaux et d’un poème symphonique enchantant l’action d’un bout à l’autre. Pour entraîner le spectateur dans un univers fabuleux.

    Personnages par ordre d'apparition

     

    La Chimère

    Nicolas

    Auguste-Pion

    Alexandre

    La Foule à trois têtes

    Le Patron du bar

    La Fille en rouge

    Le Poète

    Le Zouave

    L'Architecte

    Folarno

    Les Sirènes

    L'Archange

    Le Vieillard

    Les deux Filles

    Ana

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Acte I

     

    VOIX OFF - " Aux esthètes dépravés".

     

    Entre La Chimère.

     

    LA CHIMERE - Bonsoir... Moi, je suis une chimère... (Puis soudain agressive, au public) Mais n'y a-t-il pas un supplice réel en ce que, depuis cette déclaration de la science, le christianisme, l'homme se joue, se prouve les évidences, se gonfle du plaisir de répéter des preuves, et ne vit que pour cela! Torture subtile, niaise; source de mes divagations spirituelles.

    (Elle hurle) Rimbaud !

    (Un peu essoufflée, elle respire un temps) Oui, une toute petite chimère... Et lui, c'est le premier jour...

     

     

    Scène 1

     

    Un salon immense: mobilier luxueux, baignoire dans un coin.

    Nicolas médite, assis dans un superbe fauteuil et dos au public, 

    l'oeil perdu dans une tapisserie rouge figurant la Conversion de Saint Paul.

    Pénombre.

    Lumière sur la tapisserie.

     

    Entrée d'Auguste-Pion, en livrée XVIIIème, avec perruque.

     

    AUGUSTE-PION (Il verse le café avec une petite cafetière dorée) - Voici votre cher café, Monseigneur.

     

    Un temps.

    Nicolas  pivote sur son fauteuil et révèle son visage, maquillé avec recherche. 

    Pleins feux sur lui.

     

    NICOLAS - Vous me satisfaisez, Auguste-Pion. Je ne vous congédierai pas de si tôt. Vous êtes prompt à combler mes désirs, vous avez, avec aisance, mis votre langue vulgaire au placard, et accepté sans sourciller que je vous affuble du titre de Pion, qui au demeurant ne dissimule aucune malice...

     

    Nicolas boit ( petits glouglous) son café, et ferme les yeux, dans un sourire béat.

     

    NICOLAS - Ô mon valet, qu'y pouvez-vous? Il me suffit de clore les yeux pour que mon imagination vous trûche en l'admirable élégance d'un buste de style grec antique!

     

    Musique de choeur.

     Arrêt net.

     Nicolas rouvre les yeux et fixe Auguste.

     

    NICOLAS - Ce que j'aime le plus, c'est m'imposer aux gens avec leur consentement. Et vous êtes de ceux-là, cher Auguste-Pion, qui savez abdiquer vos vanités naturelles au profit d'une toute pure admiration. Vous me savez remarquable en tous points, c'est-à-dire intelligent, cultivé et fantaisiste, et n'en savez que m'aimer...

    LA CHIMERE ( sortant d'un pendillon) - Et de fait, il est vrai qu'Auguste-Pion admirait son maître.

     

    NICOLAS - Je vous conserve jusqu'au mois prochain, sauf contrordre.

     

    Auguste fait sa révérence et sort.

    Nicolas pivote à nouveau..

     Pénombre.

     La tapisserie s'illumine.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 2

     

    Lumières.

    Bruits de pas.

     Entre Auguste-Pion.

     

    AUGUSTE - Monsieur, votre ami est arrivé.

     

    Nicolas contemple Auguste, l'air joyeux.

     

    NICOLAS - Décidément, cher laquais, je vous félicite pour votre prestance.

     

    Auguste-Pion sourit, l'air gêné et ravi.

     

    NICOLAS - Faites entrer... Majordome...

     

    Auguste-Pion sort.

     Nicolas gratte sa gorge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 3

     

     Auguste-Pion précède Alexandre, un chandelier allumé à la main. 

    Tout en marchant, Alexandre adresse un sourire complice à Nicolas.

     

     

    ALEXANDRE ( à Nicolas, l'index pointé vers le ciel) - Lumière sur lumière est le seul ton sur ton qui ne soit point goujat, comme le disait si bien grand-tante Jeanne dont les maximes savaient concilier savoir-vivre et universalité... T'en souvient-il?

     

    NICOLAS ( éclatant de rire, à Auguste) - Pourquoi, mon valet, cet air digne des geôliers qui détestent les bourreaux et mènent un pensionnaire aimé à l'abattoir, alors que je le sais, votre esprit est un horizon calme, avec un peu de soleil?

     

    Alexandre s'assied.

     Un temps.

     

    AUGUSTE - Que vous dire, Monseigneur?

     

    NICOLAS - Merci, Auguste-Pion.

     

    Auguste-Pion fait sa révérence, éteint le chandelier, et sort.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 4

     

    Alexandre et Nicolas face à face, séparés par un échiquier.

     

    NICOLAS - Comment vas-tu, mon ami ?

     

    ALEXANDRE - Oh, tu sais, c'est ainsi que chaque jour qu'est passé hier et avant-hier le temps. J'ai pensé et vu certaines choses qui m'ont emmené en des lieux d'où, une fois acclimaté, j'ai décidé de m'en aller. J'ai lu dans un journal sur les Divagations spirituelles, un article intitulé Narcisse et l'eau, qui disait en substance:

     

    De dos, les yeux baissés, on voyait Narcisse s'approcher de l'eau. 

    Méritait-il vraiment de devenir un nénuphar ? Avait-il acquis assez de grandeur pour devenir une fleur? 

    Mais enfin, il paraît que c'est une punition!

    La Nature perfide a placé des miroirs sur trop de lacs, pour reprocher aux hommes, qui ont besoin de boire, de quelquefois s'y voir, ou de s'y regarder. Après tout, que peut-on contre les rendez-vous obligés que nous donnent la soif? Faut-il qu'elle assaille nos images en même temps que nous-mêmes dès que notre gorge est sèche? Et faut-il que dans l'eau les autres nous aient soif de l'air?

    En tous cas, quand nous buvons, c'est toujours dans un baiser. Baiser de Judas que nous nous donnons à nous-mêmes, si j'en juge par Narcisse...

    J'ai donc soif, je vais vers l'eau, je me penche et me voilà en face, comme une fontaine à tête, qui crache l'eau dedans ma bouche, en source régulière. Je me désaltère en avalant son eau, et elle se désaltère en crachant dans ma bouche.

    C'est un superbe échange: elle me donne, je lui prends. Et me voilà ainsi, et forcément, un peu plus elle, et elle, un peu plus moi. Bref, je redeviens un peu plus moi: je me désaltère.

    Revenons à Narcisse.

    J'imaginais l'autre jour un horrible Narcisse, un Narcisse moche. L'imaginez-vous durant des heures à se mirer dans l'eau? Narcisse, plutôt que de s'être trop aimé, n'est-il pas mort d'avoir été trop beau ?

     

    ... et je me suis dit que c'était là fort justes remarques. T'avouerai-je que cela m'a apporté beaucoup?

     

    Alexandre ouvre du cheval  sur l'échiquier.

    Nicolas examine le coup.

     Un temps.

     

    NICOLAS - J'ai aussi, il est vrai, senti suinter en moi l'annonce d'une révélation. L'un de ces petits chauffements de coeur qui promettent le changement prochain. Amis de longue date, nos veines se sont peu à peu prolongées sous les tempes de l'autre...

     

    Nicolas joue à son tour.

     Alexandre réplique immédiatement.

     

    ALEXANDRE  ( désabusé et compréhensif) - ... et nous avons tous deux appris à vivre loin du monde. Regarde-nous. Nous ne reconnaissons plus aujourd'hui comme nôtres que les échiquiers anciens. Et encore faut-il qu'ils datent du neuvième siècle, et qu'ils aient été le lieu de nos ardents combats!

     

    Alexandre joue à son tour.

     Nicolas réplique aussitôt.

     

    NICOLAS - Singulière fascination! Le spectacle des chevaux dévorant les tours et des tours dévorant les chevaux n'a jamais su nous lasser...

    Nicolas joue.

     Alexandre réplique.

     

    ALEXANDRE - ... et en tant que rois de ces quelques pièces, nous avons acquis au fil du temps la qualité de monarques éclairés.

     

    Alexandre joue.

     Nicolas se penche et examine longuement le coup.

     Un temps.

     

    NICOLAS - Peut-être... Peut-être, pour cela, prisons-nous encore parfois de mettre le nez dehors, histoire de prendre le pouls de l'univers, histoire de vérifier s'il continue docilement de se morfondre dans ses chairs molles, de s'ébrouer en quelques exhalaisons nauséabondes...

     

    Nicolas joue, sèchement, presque violemment.

     

    ALEXANDRE ( emphatique) - ...exhalaisons nauséabondes qui quelquefois, ô miracle, s'ouvrent devant un homme qui sache retenir l'attention, pour être un peu comme nous, de leurs prophètes. ( Il désigne le public d'un ample et lent geste de la main, qu'il achève en jouant son coup.)

     

    Nicolas examine le coup.

     

    NICOLAS - Mais cela est bien rare à échelle humaine, et pour cause! Il nous faut alors franchir l'espace des océans, des terres et des temps pour trouver, libérés des chaînes de l'humaine condition, ceux que nous appelons dignement nos condisciples.

     

    Nicolas joue son coup, sans regarder le jeu.

     

     

    ALEXANDRE - Aujourd'hui est un jour fastueux!

     

    Il claque des doigts et déclenche la Toccata et fugue en ré mineur de Bach. 

    A la fin de la musique, silence.

     

    LA CHIMERE ( s'extirpant de l'ombre) - La musique ayant fini par arrêter ses divines mathématiques, Nicolas et Alexandre, dont la partie d'échecs pour l’un et l’autre tournait court, décidèrent que c'était là le signe qu'il fallait aller chercher quelqu'aventure enrichissante dans la ville, et peut-être rencontrer l'auteur de l'article...

     

    Lumière sur Auguste-Pion dans un coin.

     

    AUGUSTE ( un chandelier allumé à la main) - Dehors, la nuit tombe, et il fait beau.

     

    Auguste-Pion fait sa révérence.

     

     

     

     

     

    Scène 5

     

    Un bar, une table.

     Une fille assise à la table, un patron derrière le comptoir, un zouave au bar. Silence et pénombre.

     Entre un personnage à trois têtes, sous un bruit de foule.

     Il tournoie dans un crescendo sonore, et va se poser au centre.

     Le bruit se fait bruit de fond.

     Entrent Alexandre et Nicolas.

     

     

    ALEXANDRE - Faisons fi de telles considérations! Ce n'est ni le moment, ni l'endroit. Remontons plutôt l'air de rien nos épaules à hauteur de nos oreilles, et glissons nos mains sous nos chemises, là où dort le nombril. Tels des bâtons fins et verticaux, faufilons-nous dans la compacte foule...

     

    NICOLAS - C'est cela! Allumons une cigarette et commençons de fumer clopes sur clopes, histoire de donner à l'air un goût particulier.

     

    Ils se séparent.

     Nicolas rôde autour de la fille assise.

     Alexandre rejoint le bar.

     

    ALEXANDRE - Bonsoir, délicieux patron. Tiens donc, que sont devenus vos beaux cheveux?

     

    LE PATRON (goguenard) - Couic! Couic! Pour éviter de me les laver...(rires)

     

    ALEXANDRE (soudain intéressé) - Maniez-vous donc les signes? Vos histoires d'outre-mer se seraient-elles enfuies avec vos tifs?

     

    LE PATRON - Que nenni! (il jubile et frappe du doigt son front) Elles roupillent toujours bien là, là au milieu de mon crâne! Comme des vaches à l'intestin géant, elles ruminent et espèrent, enroulées sur leurs vieux et authentiques miroitements, l'occasion d'à nouveau vibrer dans quelque cervelle, par ma sale bouche... Regarde mes dents! (il soulève ses babines) Ne te font-elles pas songer à quelque machine à racler? ( il éclate de rire)

     

    ALEXANDRE - A racler parois de tête pour y insinuer menteries?

     

    LE PATRON (comme navré) - Il est vrai qu'aujourd'hui les gens ont l'âme dure. Des membranes de caoutchouc d'une épaisseur... (il montre à peu près huit centimètres.)

     

    ALEXANDRE - Jadis, taverne à marins de fleuve, aujourd'hui bar à cons?

     

    LE PATRON ( éthéré et pathétique) - Quels désirs?

     

    ALEXANDRE - Un demi bien serré.

     

    Le patron s'exécute, en chantonnant doucement: " et glou, et glou, et glou..."

    Alexandre avale cinq verres d'affilée, cul sec.

    Il réclame chaque nouvelle tournée d'un " Re" lapidaire.

    Le patron sort les verres pleins de dessous le bar.

     

    ALEXANDRE ( achevant le cinquième verre) - Décidément, patron, cheveux ou pas cheveux, ta bière n'a rien d'une pluie d'étoiles à l'envers...

     

    Le Patron ricane. 

    Alexandre tourne les talons.

     Noir sur le patron.

     Lumière sur Alexandre qui recule vers le coin sanitaire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 6

     

    Lumière sur une table où la Fille en rouge est attablée.

     Irruption de Nicolas.

     

    NICOLAS - Bonsoir, mademoiselle. Savez-vous qu'un bon vent m'amène, qui souffle en salvateur dans ce sombre cloaque où je me surprends à vous trouver, si douce? J'ai certes depuis longtemps appris à admettre l'oxymore dont clignote si souvent le monde. Pourtant, n'en déplaise à ce génie d'Hugo Victor, autant certaines caricatures passent bien en rêve, autant elles dissuadent en réalité... Et nous avons peine à croire sensé ce qui l'est, et le plus magnifiquement encore... Par une toute saine méfiance...

     

    Nicolas tente d'embrasser la fille, qui esquive en douceur. 

     

    LA FILLE EN ROUGE - Je ne suis pas fille facile...

     

    NICOLAS - T'ai-je dit le contraire? (il l'embrasse)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 7

     

    Alexandre devant une porte close.

     

    ALEXANDRE - D'abord, j'ai vu les droites courbes. Ensuite, nécessairement, j'ai pris l'escalier et le couloir où ça fleurait à un point tel que je me suis demandé si c'était la puanteur qui, en colorant l'air, jaunissait les murs. Et puis, depuis, l'odeur virile d'urine s'est tant accrue que j'hésite encore à entrer là-dedans... Courage!( il entre.)

     

    Il se met à chanter, de dos, porte ouverte, sur l'air de "Confiture Bonne-Maman".

     

    Un trou turc

    Décoré

    D'arabesques Terre de Sienne.

     

    Un jet coule entre ses jambes.

     

    ALEXANDRE (déclamant) - Reflets or-argent de mon ombilic provisoire, je m'abîme dans votre contemplation...( rires et un temps, puis se retournant) Quelle idée saugrenue! Voici que pour venir à bout de toutes ces très fines décorations, seules les dents du patron s'imposent à mon âme!

     

    Alexandre ferme la porte et revient sur l'avant-scène.

     

    ALEXANDRE ( au public) - Hâtons-nous et laissons là ces élucubrations d'homme ivre. Notre cousin doit déjà être à pied d'oeuvre!

     

    Il s'avance, alerte, en direction de Nicolas attablé.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 8

     

    Nicolas embrasse et caresse la Fille en rouge.

    Pleins feux sur eux.

     

    Alexandre, à la limite de la lumière, observe la scène.

     

     

    ALEXANDRE - (moqueur et en aparté) - Non, décidément, non...pas terrible, terrible... Surtout que le corps est secondaire...Des yeux jolis, comme souvent les yeux...un nez trop long pour les mêmes raisons...

    (il éclate de rire) Mais, le pire, c'est sa pauvre bouche de graisse!

    (reprenant son sérieux) ...Situation claire et classique!

     

    Alexandre avance vers la table, à pas mesurés. 

    Il s'assied à côté de la Fille en rouge.

    Nicolas arrête de l'embrasser.

     

    Un temps.

     

    ALEXANDRE (à la fille en rouge rougissante, posant délicatement son index sur sa joue) - Te voilà enfin color...

     

    Irruption du Poète, masqué.

     

    LE POETE - Je suis poète, messieurs, et ne vous demande rien que d'écouter la petite fantaisie dont je suis le plus fier.

     

    NICOLAS ( regard approbateur avec ample mouvement de bras) - S'agit-il d'un sonnet ou de vers blancs qui s'entremêlent?

     

    LE POETE - Deuxième solution! Avec un soupçon théâtral en plus...

     

    Sa face se glace.

     Il recule d'un pas.

     

     

     

    LE POETE ( avec emphase) -   

    UN

     

    Mauvais argent des causes publiques

    Vous portez d'étranges odeurs.

    Les petites filles à l'avion vapeur

    Ressemblent à des mélancoliques.

     

    DEUX

     

    Avez-vous suivi ces jours sans fils

    (Ouvert les céréales)

    Oubliés les ombrelles et les radiateurs,

    Lys d'argent brûlant comme un moteur.

    Vous auriez ouvert vos bouches

    (Vos petites langues à l'intérieur, parmi les

    Dents)

    Et mangez une des petites soupes couleur

    Oignon

    Qu'on mange dans les enfances.

     

    MAIS...

     

    Trêve de souvenirs. L'homme

    Est méchant et vous

    Empêche de dormir.

     

    LUI

     

    Vous osez donc dormir, vilain

    Garnement?

     

     

    Silence.

     Puis un bruit d'orgue-guitare électrique monte lentement

     jusqu'au paroxysme du son. 

    Le personnage à trois têtes vient s'incliner devant le poète puis retourne à sa place. Le poète tire sa révérence dans un grand sourire.

    Il sort.

    Alexandre sourit à la fille.

     Elle lui rend son sourire, baisse les yeux, les relève.

    Alexandre se penche et sourit davantage.

    La fille baisse à nouveau les yeux, gênée.

     

     

    ALEXANDRE ( l'index sur la joue de la fille) - Te voilà enfin colorée, petite fille...

     

    Un temps.

     Nicolas passe son index le long des lèvres de la fille.

    Elle baisse les yeux, l'air soumise.

     

    NICOLAS ( de plus en plus agressif au long de la tirade) - Il est vrai, douce amie, que chacun d'entre nous est hanté depuis qu'il est petit enfant, par l'image irréelle d'un visage idéal. Et toute notre vie consiste en cette quête de la calypée, dont les traits se transforment au hasard de nos rencontres. Exempte de tous défaut -- la peau songée est-elle criblée de trous ?--, elle n’existe que dans notre folle imagination...

     

    La fille finit par sangloter. 

    Alexandre fait un mouvement de main, en l'air,

     comme un bruit d'aile d'oiseau qui claque. 

    Nicolas et la fille le regardent.

     

    ALEXANDRE -  Je vous trouve méchant, mon ami, de dissimuler sous l'allure d'une universelle théorie la plus ardente des flèches qu'on puisse lancer à une femme!

     

    Un temps.

     La fille sanglote de plus en plus.

     

    LA CHIMERE ( apparaissant ) - Les cousins avaient l'habitude de se vouvoyer lorsqu'ils étaient en public, le public pouvant être composé d'une seule personne -- les valets comme Auguste-Pion faisant exception.

     

    ALEXANDRE - Et si l'on s'en étonne, nous dirons notre amour du Beau, dont le vouvoiement est l'une des plus gracieuses expressions.

     

    La fille éclate une nouvelle fois en sanglots.

     

    ALEXANDRE ( hurlant ) - Allons, mademoiselle, faut-il que je vous fasse grand reproche?

     

    A bout, la fille se lève et rejoint le bar en pleurant.

     Nicolas la regarde partir, allume une cigarette,

     inhale profondément et lentement la fumée, et l'expire.

     

    NICOLAS - Joli coup. Je relève le défi.

     

    Alexandre et Nicolas se lèvent et marchent lentement vers le bar.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 9

     

    La fille et le zouave se regardent avec envie, les yeux dans les yeux.

    Ils se rapprochent lentement l'un de l'autre.

    Alexandre et Nicolas observent et ricanent.

     

    NICOLAS - Tout est bien ainsi. Au diable une défaite! Laissons ces ridicules amants mimer leur ballet nuptial... Inutile pour faire une heureuse de faire un malheureux. Cherchons une autre fille. Rejouons la partie!

     

    ALEXANDRE ( qui n'a cessé de jeter des regards vers le ciel pendant la tirade de Nicolas) - Allons-nous en plutôt. Dehors, il fait nuit noire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 10

     

    Alexandre et Nicolas de profil, face à la mer, respirent avec délices. 

    Bruit de mer crescendo puis decrescendo.

     

    NICOLAS - Dieu sait d'où viennent ces effluves parfumés. Songe, ami, aux kilomètres de vagues qu'ils ont dû survoler pour s'empreindre, en les effleurant, des suavités que nous goûtons maintenant. A la manière d'abeilles butineuses et lentes, enchâssées, invisibles, et qui échangent leurs essences.

     

    ALEXANDRE ( vindicatif et s'adressant aux cieux) -Que ne m'as-tu doté d'une truffe de chien, qui me rende visible la moindre anfractuosité de cette brise infusée! Quant à toi, patron fétide, je te maudis! Lorsque je songe à ton bar puant, ce vent nocturne me semble être un miracle.

     

    Ils éclatent d’un rire joyeux.

     De profil, les cousins respirent.

     Bruit crescendo de mer.

     

     

    Noir progressif dont sort enfin la Chimère

     

     

    LA CHIMERE - Je suis la Chimère. Et elle, c'est la première nuit.

     

     

     

     

    Rideau

     

    Fin de l' Acte I 

     

     

     

     Acte II

     

    La Chimère passe.

     

    LA CHIMERE - Je suis encore la Chimère. Et lui, c'est le deuxième jour. ( Puis elle déclame)  Car à quoi bon tout ce luxe de soleils et de planètes et de lunes, d'étoiles et de voies lactées, de comètes et de nébuleuses, de mondes en devenir et de mondes devenus, si, pour finir, un homme heureux ne peut jouir, sans y penser, du bonheur de l'existence? ( un temps) C'est beau Goethe...

     

    Elle sort.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 1

     

    Nicolas dort, assis dans son fauteuil, un livre posé sur les genoux.

     Entre Auguste-Pion, qui prend le livre, et s'incline en révérence.

     Dans son sommeil, Nicolas s'élève en un geste vinciesque,

     comme aspiré par Auguste, puis retombe, toujours endormi.

     Auguste sort, le livre à la main.

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 2

     

    Lumière.

    Nicolas debout, accueille l'architecte.

     

    NICOLAS - Le gros corps du manoir, vous me le bâtirez un peu à la manière d'un sphinx. A mi-chemin entre la bête et l'homme, à l'image de la terre comme à celle des cieux. (un geste) Le rez-de-chaussée, immense, possédera aussi caves et étages. Il semblera attelé à la surface de la planète. Et si l'on s'aventure plus loin dans ses quartiers sans fenêtre, on finira par être happé par une spirale ascendante architecturée en un tourniquet  grâce à l'escalier en colimaçon qui serpente en rond à l'intérieur de la tour en direction des étoiles...

     

    Pendant la description de la tour,

     l'Architecte s'est mis à tourner de plus en plus vite sur lui-même.

     

    L'ARCHITECTE (dubitatif) - Certes, certes, monsieur, je comprends votre choix. Ou plutôt je l'accepte...car je ne le comprends pas. Je m'explique. Je ne puis point souscrire à l'idée qu'une demeure digne de ce nom, ne soit pas dans sa conception une cathédrale laïque bâtie sous l'égide du mystère qui caractérise nos basses existences. Et le sphinx, il me semble, hiératique et millénaire, posté aux frontières de nos médiocres mémoires comme un douanier silencieux portant corps de lion et griffes à hauteur d'homme génère, autour de son hybride morphologie, tout ce qu'un hiéroglyphe peut faire naître en nous quand on a de l'Egypte une vision d'Epinal: pharaon momifié et régnant sur le Nil, pyramide repère illuminant la lune en épaulant le soleil. Mais pour un érudit de votre race, que valent de telles images? Vous me chantâtes jadis les louanges des vertueuses allégories, je vous découvre aujourd'hui satisfait de symboles...

     

    Nicolas sourit et presse le nez de l'Architecte.

     

    L'ARCHITECTE - Aïe!

     

    NICOLAS - Il en sort du lait, innocent animal! On t'a appris à bâtir sur le plancher des vaches, non à concevoir des élytres d'oiseau. Tais-toi, et construis!

     

    Nicolas sort.

     

    L'ARCHITECTE ( résigné puis enthousiaste) - Je finirai par m'exécuter... Je laisserai à leurs places respectives mes compétences techniques et mes idiotes objections. Alors, s'élèvera bientôt vers les cieux ce que la ville entière pensera comme son phare, ignorant qu'en son haut, un salon quiet et beau abrite son prophète.

     

     

    L'Architecte sort.

     

    NOIR

     

     Puis lumières tamisées sur Nicolas, à nouveau endormi dans son fauteuil.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 3

     

    Son de Gong. 

    Entre Auguste-Pion, un chandelier allumé à la main.

     

    AUGUSTE - Le singe a deux gros pieds en forme de main, qui le rapprochent du poirier. Je parle de la performance d’acrobate de cirque... Et ses bras sont assez  longs pour toucher le sol et rejoindre la boue, histoire d'en faire un quadrupède, même quand il est debout. De son côté, l'homme s'élève et s'abaisse entre deux gravités.

    L'une, planétaire: c'est le fameux plancher des vaches. J'arrache un ongle avec mes dents, je le crache, qu'il fasse un arc de cercle. Et le voilà rendu au sol, prêt à se décomposer. Il est biodégradable. Et de continuer par son corps l'arcade des cycles...

    L'autre céleste: J'ai les yeux et les bras tendus en direction des astres. Leur attraction m'attire, et pour peu que la lune soit pleine, je sentirai mon corps se détacher de l'herbe et mon esprit, infiniment plus léger que lui, le précéder dans son envol.

    Mais...gare au déchirement! La permanente lutte est prête à dévorer la première occasion pour faire ma révolution, qui ne me ramènera pas nécessairement à mon odieux point de départ, loin s'en faut!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 4

     

    Lumières un peu plus fortes.

     Nicolas se réveille.

     

    NICOLAS (dans un demi-sommeil) - ...Rentre dans ta gaine...ton habitacle...Oh, les champs coralliens se résorbent. C'est le haut du phare!

     

    Dans le silence, un sifflement.

     

    NICOLAS ( décrochant le combiné) - Mmh...?

     

    AUGUSTE ( à l'autre bout du fil) - Je voulais simplement prévenir Monseigneur que son ami est revenu.

     

    NICOLAS - Merci, Auguste-Pion. (bruits de pas) J'entends déjà son pas leste et joyeux qui gravit le colimace!

     

    Bruits de pas, toujours.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 5

     

    Alexandre fait irruption, métamorphosé.

    - Peau verte rayée de bleu.

    - Bouche énorme et écarlate.

    - Longue chevelure rouge, orange et violette.

     

    NICOLAS ( très inquiet ) - Que t'arrive-t-il ? Ton pas que j'entendis alerte et enthousiaste était donc celui du désespéré ! Parle, ami...

     

    ALEXANDRE - J'ai rêvé que j'apprenais le dessin à un singe. Il en est d'autres qui leur apprennent à parler avec les mains, comme des sourds-muets...

     

    NICOLAS - J'ai eu vent de ces histoires troublantes...

     

    ALEXANDRE - Troublantes? Moi, tout me paraissait normal...

     

    NICOLAS - C'est la grande vertu des rêves...

     

    ALEXANDRE - Peut-être. Moi, alors, je me suis tu. Je l'ai laissé faire... Sous ses doigts pleins de couleurs, une oeuvre peu à peu est née...

     

    NICOLAS - La Beauté...?

     

    Un temps.

     

    ALEXANDRE - Que ce mot est étrange... Maintenant que tu m'en parles, couché dans sa peinture encore fraîche, j'ai entrevu le monde avec un cerveau bridé, avec un autre cerveau !

     

    NICOLAS - Le cerveau étroit du singe...

     

    ALEXANDRE - Si étroit !

     

    NICOLAS - Si étroit...

     

    Un temps

     

    ALEXANDRE - Et j'ai rêvé, aussi, qu'un nouveau né parlait... Sa petite voix coulait comme une sonate de Mozart.

     

     

    Une sonate de Mozart s'élève.

    Alexandre déambule lentement jusqu'au jardin, où il s'écroule et s'endort.

    Changement de lumières.

    Des danseuses entrent sur la scène, en un ballet sur la sonate.

    A la fin de la musique, Alexandre se réveille.

     

     

    NICOLAS - La musique t'a bercé ?

     

    ALEXANDRE - Oh, oui... Tendrement, doucement... J'ai senti ma chevelure roussir, et du brun-noir dériver vers l'orange, le roux. Comme un betterave au jus sombre raffinée devient blanche... J'ai mordu dans la  pulpe du fruit... Un citron acide m'a lavé les dents et piqué la langue... J'ai contemplé mon portrait par un singe, j'ai emprunté son regard, et je me suis senti muer.

     

    NICOLAS - Tu reviens à l'enfance. Continue...

     

    ALEXANDRE - Je ne puis plus, la boisson m'a été trop violente... Je dois respirer. Tu le sais: quand l'immensité céleste s'offre à notre seul regard, l'obscur affleure toujours, comme une menace...

     

    NICOLAS - Je le sais.

     

    ALEXANDRE - J'ai besoin de ton aide ! Ah ! Les roches déchirent mes écailles ! Elles m'ouvrent à l'eau et au sang !

     

    Il semble souffrir.

     

    NICOLAS - Tu n'as pas d'écaille !

     

    ALEXANDRE ( dans un soupir ) - Pas d'écailles...

     

    NICOLAS - Pâture future des champignons minuscules, ta peau est encore lisse et lustrée. Comme le saumon, tu goûtes à présent la douceur de l'eau sur ton long. Elle sonne l'heure de ta métamorphose.

     

    ALEXANDRE - La souffrance...

     

    NICOLAS (s'emportant) - Foin de la souffrance ! Sens-tu tes lèvres se faire mordantes à présent, galbées comme un rostre bleu ? Ta chevelure s'enflamme, elle brûle tes cheveux ! Et te voilà roux comme un diable, l'oeil courroucé du démon roule dans ta prunelle, et tes couleurs rayonnent en plongeant ton décor dans le noir...

     

    Alexandre respire fort, en proie à une nouvelle série de spasmes.

     

    NICOLAS ( compatissant et calme à nouveau ) - Déjà tu n'y vois plus rien, et réclames à celui qui s'efface un conseil, un signe de vie qui t'aide par son souffle à l'obscurcir en te rendant plus brillant.

     

    ALEXANDRE - Ce cercle vicieux et tragique est-il sans issue?

     

    NICOLAS - La réponse est en haut du fleuve.

     

    ALEXANDRE - Ne m'abandonne pas !

     

    NICOLAS - Va donc ... Je te suivrai, si mon sang ne flanche pas.

     

    Alexandre, après deux ou trois soubresauts, s'endort en grognant. 

    Un carillon tinte.

     Puis un long silence.

     

    NICOLAS - Que comprendre? Je sais comme lui l'espoir de trouver enfin. La solitude nous étreint tant... Mais mon doute croît à nouveau. Serait-il possible que du coeur des images cahotantes, puisse se faufiler quelque silhouette aussi claire ? Ou n'est-ce que le reflux marin qui érige le souvenir d'un château effondré, en une sainte illusion ...?

     

    Un bruit d'orgue s'élève.

    Nicolas semble assailli par deux spasmes

     d'une rare violence morale ( double effroi).

    Il s'endort à son tour.

     

     

     

    Scène 6

     

    Alexandre et Nicolas endormis.

    Alexandre se réveille.

     

    ALEXANDRE - Mmh ... Ils sortent de la pendule ... Ils me font des grimaces ... 

     

    Nicolas tire la langue au public,

    puis tire le cordon d’appel.

    Grelot.

    Auguste entre immédiatement, un plateau d’argent à la main.

     

    NICOLAS (benoîtement) - Vous voici déjà, Auguste. Est-ce un rêve qui règne en ce lieu, et tresse votre image en une ramure joyeuse qui se confond avec mon âme ? Les songes m’ont souvent dépeint un serviteur qui sache précéder naturellement mes attentes.

     

    AUGUSTE - Vous laisseriez-vous tenter par une confraternité malséante, Monseigneur ?

     

    NICOLAS - Qu’y pouvez-vous, mon valet ? Je sens mes fragiles principes aspirés dans une petite émeute morale, avec ses foules criantes et ses coups d’arquebuse... Ô comme cela s’enroule en de fluentes révolutions !

     

    AUGUSTE - Voyez-vous l’ouragan brassé par les deux tranches de l’humaine alchimie, avec ses héros fous et ses coupables victimes ?

     

    NICOLAS - Je le vois ! Et pour cela même n’y veux-je pas prêter attention...

     

    Auguste braque le plateau d’argent devant le visage de Nicolas, comme un miroir.

    Son puissant de guitare électrique.

    Nicolas se détourne.

    Auguste lui saisit délicatement la tête pour la braquer à nouveau vers le miroir.

    Le son redouble.

     

     

     

    NICOLAS (en un cri) - La vitesse! Mon coeur chavire! Ma face défile en monts et en vaux! Que c’est tendre! Un globe d’albâtre! Un étroit gouffre noir! Ah quel charme!

     

    Son saturé de guitare électrique.

    Les cheveux de Nicolas se soulèvent comme sous un vent puissant.

     (Ils forment une étoile sur la scène,

     étoile dont les longues branches rayonnent vers Alexandre.) 

     

    Un temps.

     Silence.

     

    Auguste sort.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 7

     

    Alexandre perché sur la deuxième marche.

    Il respire à pleins poumons, bouche ouverte, à plusieurs reprises.

     

    ALEXANDRE (contemplatif) - O ce rose de Velasquez! Les yeux me piquent un peu... Des bords jusques au centre... Une nuée opaque qui s’illumine suavement, au travers d’une ombre que ses couleurs génèrent... Elle s’étend! (un temps) Voilà bien le paradoxe des choses. Tandis qu’elles se vêtent d’ardences sous-jacentes, elles sécrètent les noirceurs antidotes de leurs apothéoses. Quand il faudrait qu’elles s’approchent pour éclairer, elles s’éloignent en chantant un appel. Heureusement, comme un visage de duchesse prend des allures d’étoile dans un cercle qui flamboie autour d’elle, un éclat morne est là pour saisir nos revers fatigués. Il faut faire la course avec les bonnes sirènes, dans le vague violet du glissant des flots! (il gravit une nouvelle marche, au prix d’un grand effort. Une lumière verte baigne de plus en plus la scène.)

     

    Alexandre tousse, s’étouffe.

    Puis, respire à nouveau à pleins poumons, bouche ouverte.

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 8

     

    Nicolas, devant un panneau de décor mi-oeil, mi fleur.

    Dans un demi-sommeil.

     

    NICOLAS - Le volcan... le cratère... Je m’agrippe... je me hisse... La vallée... Les arbres fins comme des cils... Oh! Mes respects, grand oeil... Mes hommages, belle fleur... Etamines déchiquetées et des pistils dont bat un coeur de plante... ou ces allures sous-marines abritent-elles un cyclope, une tarasque cannibale ? (un temps) Cette exploration m’a l’air pleine de périls. Il faut que j’y renonce... Ah! L’arche des astres tressaille... (se réveille, puis se lève) Ciel! L’air, ici, est épais... Je dois rejoindre les géométries calmes... L’air...

     

    Il sort.   

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 9

     

    Alexandre est perché au sommet de l’estrade.

     

    ALEXANDRE - Depuis qu’a débuté ma migration, j’ai vu des cristallisations croître et s’ériger, des végétaux s’en abstraire et s’y abreuver. J’ai observé cent vifs frémissements se délimiter et se perpétuer en de nouvelles mutations, j’ai plongé dans cette fusion éruptive, cette éclosion changeante. (un temps).

     

    Alexandre se recroqueville.

     Un temps.

     Un carillon.

    Le poète sort de l’ombre, plus onirique encore, toujours masqué.

     

    LE POETE (susurrant crescendo) - En plongeant d’un regard aigu dans le ventre du monde, tu distilles ses instants en une tapisserie fragmentée, où par cent plis ton esprit s’allonge. (puis, redressant la tête). Dans l’élévation au raz des nuées planes qui font ton uniforme plafond, tu parviens à découvrir mon flagrant dessein: toucher à l’instant unique que ta vie souvenue gonfle à son tour et prolonge, lance vers l’infini, ramassée en un seul rayon coureur de fugues.

     

    Pendant cette tirade, Alexandre s’est peu à peu redressé, bras tendus.

    Il saute de l’escalier pour rejoindre le poète.

     

    ALEXANDRE - Tu m’intrigues, sylvestre figure... Parles-tu le silencieux langage de l’oeil dilaté ? Tout me paraît si clair, à présent...

     

    LE POETE - C’est normal... Tu voyais jadis, en l’oiseau qui s’envole, un esprit assoiffé de hauteurs. En t’imaginant l’oiseau, tu t’embarrassais de son âme réduite, enfermé dans les petits vitraux noirs de ses yeux - et tu voulais, depuis eux, voir le monde.

     

    ALEXANDRE - C’est vrai. A quoi tient notre vie... A revêtir son corps, sans oublier qui j’étais...

     

    LE POETE - ...tu aurais appris à t’étendre au sein des plumes frissonnantes, dans le bruit du vol, son miracle posé sur l’air fluide, sa métamorphose impossible en mille figures confondues…

    ALEXANDRE - C’est bien ça ! Au lieu de goûter les beautés du spectacle, je n’avais d’yeux que pour l’infime lointain dont tout venait. Je faisais mon festin d’éthers, quand il aurait fallu étendre les regards sur mon décor alentour, où s’éployait ce lointain accompli pour mon échelle, en une échelle offert...

    LE POETE - Monte encore!

     

    Un bruit d’eau en crescendo qui a commencé pendant la tirade.

    La tirade achevée, il éclate brutalement.

    Alexandre gravit l’escalier jusqu’à la dernière marche.

     

    ALEXANDRE (clamant) - Le torrent... Le jet défait ses cordes... L’espace... vasque profonde... le fond... Nicolas! (Alexandre s’endort).

     

    Le poète sort.

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 10

     

    Dans la rue.

     Obscurité.

     Silence.

    Nicolas entre, nimbé d’un halo de lumière, et s’arrête.

     

    NICOLAS (s’adressant au public) - Enfin, le manoir, au loin, a disparu. (il respire). L’air, ici, retrouve quelque chose de pur, de minéral... (il semble sucer par la bouche, bruyamment). Un goût frais, débarrassé d’aspérités moribondes.

     

    Nicolas reprend sa marche.

    Bruit de foule crescendo.

     Nicolas dresse l’oreille et l’oeil.

     

    Le Personnage à Trois Têtes entre.

     Nicolas le suit des yeux.

    Lumière sur la scène.

    Folarno, juché sur un piédestal, 

    observe le Personnage à Trois Têtes qui se dandine devant lui.

     

     

    NICOLAS – Quoi ?

     

    Un temps pendant lequel Nicolas s’approche.

     

    NICOLAS (à Folarno, forçant sa voix et criant presque) - Pourquoi, Monsieur, contempler ainsi les cordes de la foule ?

     

    Un temps.

     

    FOLARNO (surpris et baissant les yeux sur lui) - Folarno n’en contemple point les cordes, jeune homme. Il les cherche méthodiquement, mais ne les trouve encore.

     

    Trois ou quatre tourterelles s’envolent dans un bruit d’ailes.

    Nicolas grimpe prestement sur scène.

    Folarno recommence à contempler le Personnage à Trois Têtes.

     

    NICOLAS (criant) - Ton visage est criblé de ventouses!

     

    Folarno continue son examen, imperturbable.

    Nicolas le rejoint sur son piédestal, d’un bond.

     

    NICOLAS (lui attrapant la tête) - Ne crois-tu pas que ce poulpe réclame un dompteur qui sache absorber ses couleurs plus que les conquérir ?

     

    FOLARNO - Quoi ?

     

    NICOLAS - On ne capture pas de certaines bêtes pour les étudier, qui meurent dans la plus belle des cages...

     

    FOLARNO (souriant comme un reptile et s’adressant à Nicolas) - Crois-tu donc, naïf enfant, que quelque lumière vraie, inextinguible, indomptable et immortelle, gît dans ce grouillement qui n’esquisse pas même une ligne constante ? Ce borborygme qui se meut dans l’incohérence et parfois trébuche?

     

    NICOLAS (éclatant) - Ne peux-tu donc apercevoir qu’un simple ver dans la chrysalide qui sommeille, quand déjà elle cherche, en un souterrain mouvement de corps, à ouvrir des doigts une main ? N’y décèles-tu donc pas le papillon, ton index put-il écraser son berceau, sa petite caverne où, peut-être, dort un sphinx ou un centaure ?

    Un temps.

     

    FOLARNO (comme au bord de la conversion) - Laisse-moi!

     

    NICOLAS (plus calme) - Oh, bien sûr! Alors n’en sortira qu’un peu de lait rosâtre ou vert, caillé déjà en paillettes ou en forme - mais un rire fou seul pourra s’en éclater!

     

    Folarno éclate de rire, puis s’interrompt brusquement.

    Un temps.

    Folarno regarde Nicolas avec un très léger sourire, presqu’inquiet.

     

    NICOLAS (enthousiaste) - Mais pour qui les ailes du papillon volent déjà, quoi qu’encore fils tendus dans la complexité d’une lymphe en culture, ses larves sont déjà fécondes et enfantent d’autres papillons.

     

    FOLARNO (sans cynisme) - Faudra-t-il que ce papillon, comme le saumon dont parlent les fables, reviennent pondre dans son berceau, transformé, métamorphosé en clown, en dieu bleu souverain des flots ?

     

    Nicolas sourit, baisse la tête et ferme à demi les yeux.

     

    NICOLAS - Le caraïbe se travestit de pailles et de masques pour atteindre son idole. Le poisson rose à chair sucrée se pare d’azur pour renaître, puis mourir...

     

    Folarno l’interrompt, comme illuminé.

     

    FOLARNO - Mais ce ver-là sait prolonger ses ailes dans la chrysalide même dont il est né !

     

    NOIR 

    (Pendant lequel Folarno sort)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 11

     

     Décor noir.

    Seul, au centre, le décor de la mer.

    Deux Sirènes, très belles.

     

    SIRENE 1 - Qui a jamais...

     

    SIRENE 2 - rêvé...

     

    SIRENE 1 - des écailles...

     

    SIRENE 2 - ...des sirènes ?

     

     

    SIRENE 1 - Elles sont un arsenal de brillances...

     

    SIRENE 2 - ... agglutinées entre elles.

     

    SIRENE 1 - Elles pourfendent...

     

    SIRENE 2 - ... l’iris...

     

    SIRENE 1 - ... de leurs pieds...

     

    SIRENE 2 - ... aériens.

     

     

    SIRENE 1 - De la queue...

     

    SIRENE 2 - ... elles naissent...

     

    SIRENE 1 - ... grossières

     

    SIRENE 2 - ... comme celles des gros poissons.

     

    SIRENE 1 - Puis elles étalent...

     

    SIRENE 2 - ... leur rose

     

    SIRENE 1 - ... en nacres serrées et plus fines.

     

     

    SIRENE 2 - Elles se multiplient...

     

    SIRENE 1 - ... jusqu’à leurs bouches...

     

    SIRENE 2 - ... de plus en plus petites...

     

    SIRENE 1 - ... de plus en plus confondues avec la peau.

     

     

    SIRENE 2 - De métalliques, elles se font charnelles.

     

    SIRENE 1 - D’immobiles, elles deviennent mouvantes...

     

    SIRENE 2 - ... en se marbrant de sang.

     

     

    SIRENE 1 - De froides...

     

    SIRENE 2 - ... enfin...

     

    SIRENE 1 - ... elles se font battantes.

     

     

    SIRENE 2 - Et c’est un battement...

     

    SIRENE 1 - ... qui résonne en les flots...

     

    SIRENE 2 - ... quand, charmantes, ...

     

    SIRENE 1 - ... elles s’approchent...

     

    SIRENE 2 - ... des côtes...

     

    SIRENE 1 - ... comme des...

     

    SIRENE 1 et  2 - ... sentiments.

     

     

    SIRENE 2 - Pour cela, ...

     

    SIRENE 1 - ... les cousins...

     

    SIRENE 2 - ... désirèrent-ils...

     

    SIRENE 1 - ...En être...

     

    SIRENE 1 et 2 - ... les amants.

     

     

    La lumière dorée se tamise.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 12

     

    Les Sirènes.

    Grand bruit de mer.

     

    Entrent Nicolas et Alexandre.

    Les cousins nagent autour d’elles.

    Chacun choisit sa sirène, l’embrasse et disparaît avec elle.

     

    VOIX OFF - Alexandre et Nicolas choisirent chacun celle qui lui plaisait le plus, celle qui lui enflammait le plus violemment le coeur. Et, entraîné par elle dans la tiédeur noire, chacun des cousins embrassait sa sirène dans le cou, au creux du ventre se noyait parfois en un baiser sur sa bouche d’une sous-marine douceur.

     

    Un temps.

     

    LA CHIMERE - Je suis toujours une petite chimère et, elle, c’est la troisième nuit.

     

     

    NOIR 

     

    Musique enchanteresse.

     

     

    Fin de l’ Acte II

     

     

     

     

     

     

     

     

    Acte III

     

    Musique enchanteresse.

    Son decrescendo.

     

    NOIR

     

    LA CHIMERE - Je suis inexorablement une petite chimère... Et, lui, c’est le troisième jour...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 1

     

    Le salon. Alexandre et Nicolas endormis.

     

    VOIX OFF - Dieu est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part... Blaise Pas... Euh... Aver... Averroès ou... Pascal, je ne sais plus.

     

    Nicolas se réveille d’abord et baille.

    Alexandre s’éveille à son tour.

     

    NICOLAS - Te voilà réveillé...?

     

    ALEXANDRE (baillant) - Encore un peu en proie aux doux bras incarnés du sommeil... (puis soudain, très surpris, l’oeil sur le public) L’hémicycle de gradins! Le voilà silencieux, à présent ?

     

    NICOLAS - Te rappelles-tu le mur de têtes qui, hier, s’éleva lentement de l’obscurité ?

     

    ALEXANDRE - Surtout le choeur pénétrant qui nous a submergés...

     

    NICOLAS - Moi, j’ai résisté aux marges du cratère...

     

    ALEXANDRE - Tu as oublié le cri fracassant qui nous transperça, la chevelure rousse dont les flammes poussèrent leurs langues dans nos yeux ?

     

    NICOLAS - Au contraire! Je revois le bûcher au pinacle sacrificiel, les hurlements aux cieux de la sainte suppliciée, et les mouvements qu’imprimait à la marée des crânes chaque onde répandue en un chant élargi...

     

    ALEXANDRE - C’est ça! Je nous revois pénétrer la forêt des archets et des cordes dont la danse élevait la musique en une dissonante harmonie. Et l’homme seul qui, dompteur gracile et beau, la couronnait de ses gestes inspirés...

     

    NICOLAS - ...Ainsi Auguste-Pion s’incline, magnifique, en servant!

     

    Scène 2

     

    Auguste, un chandelier allumé à la main, est au pied de la scène.

     

    AUGUSTE (avec de grands gestes, à l’adresse du public) - L’espace immense est croisé de disques gigantesques. Et le sillonnent des rayons qui, pour aller à toute allure et toucher la vitesse où cessent les instants successifs, le strient de filaments tout à la fois immobiles, et mouvants.

     

    Révérence.

     Il sort.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 3

     

    Alexandre se lève, s’étire et souffle comme s’il se réveillait d’une trop longue nuit.

    Il se tourne vers le décor qu’il contemple longuement.

    Il se retourne vers Nicolas.

     

    ALEXANDRE - Pour la première fois, cher cousin, j’observe le ciel dans ses plans successifs. D’abord les oiseaux, ensuite les nuages, enfin l’azur immaculé...

     

    NICOLAS - Et le spectacle en est délicieux...

     

    ALEXANDRE - Admirable!

     

    NICOLAS - Comme la voûte qui surplombe... Au travers du bleu, vois-tu les millions d’astres ?

     

    ALEXANDRE - Je les vois, et me prends à songer...

     

    Une clochette retentit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 4

     

    Auguste entre, plus tiré à quatre épingles que jamais, une fleur à la boutonnière.

    Il sifflote « Le Printemps » de Vivaldi.

     

    NICOLAS - Cher Auguste, quel bon vent vous amène dans ces effluves d’eau de Cologne...?

     

    AUGUSTE (malicieux) - Le vent de vos désirs conjugué en appel et clochette, Altesses.

     

    NICOLAS et ALEXANDRE (s’émerveillant en coeur) - Mmhh...

     

       

     Alexandre semble manifestement « ailleurs ».

     Aussi Auguste insiste-t-il sur « Messeigneurs »,

     tournant rapidement la tête vers Alexandre qui rêve devant le paysage.

     

    AUGUSTE - J’apporte aussi, messeigneurs, cette revue qui vous enchanta et dont vous me recommandâtes de devenir, en vos noms, l’abonné. (Il présente la revue à Nicolas).

     

    NICOLAS (qui s’en saisit avec délicatesse) - Merci bien, Auguste-Pion. Vous êtes  décidément satisfactant.

     

    Auguste, s’inclinant en révérence, fait mine de se retirer.

     

    NICOLAS - Hep là, Auguste, restez parmi nous et prenez donc place. Cette lecture va, je le sens, intéresser tout le monde.

     

    AUGUSTE  (qui s’assoit) - Merci, mon maître...

     

    Un temps.

    Tous trois prennent des pauses « vinciesques ».

     

     

    Scène 5

     

    Nicolas et Auguste sont assis.

    Alexandre contemple la ville, à travers la grande baie.

     

    NICOLAS (prenant en main la revue) - Tiens ! Quelle jolie couverture .. (un temps, pendant lequel il examine la couverture de plus près). Jolie... Que dis-je? Superbe, oui !

     

    ALEXANDRE (l’air détaché, comme absorbé dans d’autres méditations) - Que vois-tu?

     

    NICOLAS - Un Isaac sauvé par l ’ange, un ange privé de tête, bras mêlés au cou d’Abraham, glabre, en un fondu bleuté...

     

    Un temps.

    Nicolas semble s’étouffer un peu.

     

    AUGUSTE (chuchotant) - Beau symbole...

     

    NICOLAS - Quelle bizarrerie... Les couleurs m’enivrent... (il s’étrangle)

     

    Un être étrange, bleu-vert - une sorte d’ange - 

    sort progressivement de l’ombre derrière Nicolas.

    L’ange, de profil, semble prêt à étrangler Nicolas

     qui ne cesse pas d’avoir l’oeil rivé sur l’image.

     

    L’ANGE - T’ t’étrangler...

     

    NICOLAS - Arrh! Mes forces... Que je résiste!

     

    L’ANGE - T’égorger...

     

    NICOLAS - Il me faut me durcir... Envahissante image...

     

    L’ANGE - Baise-moi!

    NICOLAS (avec de grands gestes, à l’ange) - Là! Laisse mon geste!

     

    L’ange disparaît derrière la chaise. 

    Très léger bruissement, en bruit off.

     

    Un temps.

     

    ALEXANDRE - Le démon parfois porte le masque d’un dieu.

     

    NICOLAS (guilleret, comme si de rien n’était) - Voyons ce qu’il en retourne du texte... Voilà... (il feuillette et marmonne presque, absorbé semble-t-il par le texte). Les pages se maculent, comme à l’habitude, des mêmes signes... Répétition... dans le temps...

     

    (puis, comme satisfait) Nous y voilà... « ALBA ANA »... C’est le titre.

     

    (il récite)

     

    Le sommeil des sens discibles

    ouvre l’éveil des

    indicibles

    Planter un million de flèches

    les unes sur les autres

    Parvenir à loger dans son corps

    la douleur

     

    les places s’échangent

     

    Entendre le muezzin qui chante

    se taire.

     

    C’est ainsi que j’ai assisté un jour

    à la naissance

    d’

    une aube.

     

     

    Un assez long silence.

     

    NICOLAS - En avez-vous tous le cerveau pétri? Ai-je besoin de le relire?

     

    ALEXANDRE - Allons-nous en!

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 6

     

    Dans le colimace.

    Alexandre, Nicolas et Auguste s’engouffrent et,

     au bout de quelques marches, ils courent.

    Un grand bruit de murs qui bougent retentit (séisme).

     

    NICOLAS (courant et hurlant pour couvrir le vacarme des murs) - L’entonnoir!

     

    ALEXANDRE - Nos révolutions se propagent à la tour!

     

    AUGUSTE - Le phare tourne!

     

    Ils courent toujours dans le colimace.

    Auguste s’arrête et les regarde.

     

    Auguste (clamant) - Les grands arcs du décor cherchent à se parsemer de fleurs et d’oiseaux rampants et grouillants; la crème palpitante veut se faire sèche et rigide comme la baleine d’un parapluie, quand la cathédrale ne croît qu’à coup de sang pompé et de virus combattus, parfois vainqueurs, toujours vaincus.

     

    Auguste court vers eux pour les rejoindre.

    Le vacarme se poursuit, puis s’arrête.

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 7

     

     On entend « L’Automne » ou « Le Printemps » de Vivaldi.

     

    Lumière, enfin, sur le décor de la rue.

     

    VOIX-OFF - L’éblouissement se dissipa. Et le silence revint, brisé seulement par les échos des pas dans l’obscurité. La tour s’immobilisa. Alors, enfin, la porte s’ouvrit sur la ville et le soleil inonda, fastueux, le visage d’Auguste radieux.

     

    Auguste, qui ouvre la marche, respire finalement à pleins poumons.

     

    Ils marchent.

    Jeux successifs de lumière. 

     

    NICOLAS - Quelle fraîcheur de vent! Sentez-vous qu’il pompe en nous la chaleur du soleil?

     

    AUGUSTE - Magicien accoucheur, il fait naître des pousses...

     

    ALEXANDRE (pris d’un léger malaise) - Nicolas, c’est terrible, je me sens m’empreindre du souvenir d’une plage nocturne.

     

    Auguste s’incline comme un félin et soutient Alexandre.

    Puis, comme un dragon, il crache de la fumée qu’il désigne du doigt à Alexandre.

     

    AUGUSTE - En révélateur, d’infimes cristaux se mêlent, decrescendo, à l‘air clair.

     

    NICOLAS - Bouffées semées en suspens comme des signes indiens à d’absents yeux-oreilles.

     

    Alexandre s’est parfaitement rétabli.

    Les trois amis marchent.

    En bruit off, un « Pop » de bouchon qui saute.

     

    ALEXANDRE (désignant ses oreilles des deux doigts) - Eh bien, vous le voyez, simagrées payantes! Nous avons rejoint le niveau de la mer!

     

    Bruit de marché.

    Les trois hommes regardent autour d’eux les choses dont ils vont parler.

    Elles flottent dans l’espace (oranges, bananes, soles, côtelettes...)

     

    NICOLAS - J’aime ces quartiers populeux, les femmes aux enfants, les étals qu’elles butinent.

     

    AUGUSTE (avec une voix de camelot) - Les viandes saignantes et fortes, les poissons sur la glace et les fruits sur les fruits.

     

    NICOLAS - Une daurade fraîche! Quelle rétine brillante et galbée! (il cueille la daurade)

     

    AUGUSTE (attrapant, de nulle part, une grenade) - Et le grain d’une grenade ouverte qui montre le rouge rubis luisant, coagulé, de son jus. (il s’éclipse)

     

    ALEXANDRE - Laissons les façades et dépassons le rempart: là-bas, le forum s’allonge comme un or dans la lumière, sous la faïence bleue du grand ciel.

     

    NOIR 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 8

     

    Un vieillard assis en tailleur.

     Barbe blanche et chauve.

     L’oeil clos.

    Noble d’allure, il semble en prière.

     

    NICOLAS (l’apercevant et chuchotant) - Regarde... Ne dirait-on pas l’un de ces vieux hommes dont Caravage vola la puissante et rugueuse beauté au flanc béant de Tintoret ?

     

    Le vieillard paraît toujours prier.

     

    ALEXANDRE (portant son doigt à ses lèvres) - Approchons-nous...

     

    Le vieillard lève la tête à leur approche.

     

    VOIX-OFF - Qui êtes-vous donc, jeunes gens?

     

    LES COUSINS - Alexandre et Nicolas, vénérable ancien.

     

    NICOLAS (parlant pour deux, manifestement) - Pourquoi tant de noblesse sur ton visage et dans tes mains, quand tant de pauvreté et de souffrance gémissent dans tes haillons et sur ton front?

     

    Le vieillard tousse.

     Puis, silencieusement, avec effort et recueilli, il déglutit.

     

    LE VIEILLARD - Avez-vous jamais observé de près le tronc d’un arbre dont vous admiriez le feuillage immense? Vous y auriez découvert la craquelure du bois, une civilisation de mousses et de lichens parcourue d’insectes minuscules, de puces, de grenouilles géantes naines et de poissons d’argent, et les fortes racines enfoncées dans la terre truffée de champignons...

     

    ALEXANDRE - Il s’élève...

     

    LE VIEILLARD - Comme la beauté du faune s’effile à mesure qu’approche sa tête humaine, j’ai voulu pour elles-mêmes ces contreparties magnifiques de la pesanteur... (lentement)  Et admettre et souffrir en retour le reniement de mes fils...

     

    Il s’interrompt et son visage s’éclaire d’un étrange sourire.

     

    ALEXANDRE (intrigué) - Pourquoi ne pas avoir cherché à les convaincre de leur erreur ?

     

    LE VIEILLARD - Les beaux innocents! Ils croyaient me chasser quand je leur inspirais l’exaspération et la haine! Quand j’insinuais dans leur tête, par mon coeur, le soupçon de ma fatuité... (un temps bref) Ils me maudirent...!

     

    Barrissements et bruits de troupeaux, en bruit off.

     

    LE VIEILLARD (avec plus de vivacité) - Enfin mûrs, ils célébraient la terre de leurs futures floraisons, quand c’est mon identique qu’ils partaient faire naître et perpétuer!

     

    NICOLAS - Que cherchais-tu? Ne regrettais-tu rien? Etais-tu sans crainte?

     

    LE VIEILLARD (souriant simplement) - Mais je sais les vertus du temps et les ressources de la lumière... Privée des feux, la plante se racornit, se contorsionne. Mais sitôt rendue au soleil, elle s’ouvre en palmes nouvelles d’une vigueur jamais vue! (un temps) A cheminer seul ou même chuter dans le vide, le corps découvre souvent de neuves et inespérées postures...

     

     

    Un temps.

     

     

    ALEXANDRE - Et de quoi vis-tu, ô vieux père, en attendant cette riche renaissance et ce reconnaissant retour?

     

    LE VIEILLARD - Oh, je vis d’histoires racontées, que j’ai glanées le long de mes voyages par-delà océans et montagnes. Les passants comme vous, parfois, me donnent à boire ou à manger, remerciement qu’aux parents impotents on donne sans y penser.

     

     

    Alexandre et Nicolas, après avoir offert au vieillard une daurade (Nicolas) 

    et une grenade (Alexandre), s’asseyent.

     

    LE VIEILLARD (tel un conteur) - Savez-vous l’histoire de ce moine cénobite qui, enfermé jour et nuit au fond de sa cellule, suppliait, suppliait sans cesse et à toute heure, le visage ravagé de larmes et la peau mortifiée, de jeûne et d’insomnies l’oeil affolé, suppliait sous le cercle de sa tonsure et saturé d’images consumées, suppliait, dis-je, suppliait Dieu d’abandonner les hommes?

     

    Un temps de silence total.

     

    ALEXANDRE et NICOLAS - Son voeu, maître, fut-il exaucé?

     

    Le vieillard se lève dans un puissant effort.

     Grand bruit d’ailes envolées.

    Il sort sous les regards silencieux des cousins.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 9

     

    Sur scène, les cousins.

    Entre Auguste.

     

    AUGUSTE - En voilà un qui a le génie de la mise en scène!

     

    NICOLAS (paraissant exploser) - C’est bien parce que c’est toi que je passe l’éponge sur cette scandaleuse irrévérence! (clignant des yeux) Ce bonhomme, mon salaud, était carrément admirable!

     

    ALEXANDRE - Chers amis, j’ai mieux à faire avant d’aller aux cafés que d’être de votre joute de sornettes le complice spectateur -car j’imagine que tel est l’objectif du jour...

     

    NICOLAS et AUGUSTE - Va donc, ami sage et remarquable!

     

    AUGUSTE (à Nicolas) -Allez, blinde!

     

    Alexandre sort.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 10

     

    Le centre de la ville.

     Dans un coin, une éblouissante gerbe de fleurs.

    Dans un autre coin, une table et deux chaises effilées.

    Sur la table, deux jus et un demi-citron.

     

    AUGUSTE - Asseyons-nous, mon ami, et regardons passer les filles. Mon ex-altesse aime toujours à regarder passer les filles...

     

    NICOLAS (d’abord agacé) - Que si ! (puis gourmand) Parfois seules, souvent par deux ou trois, échangeant leurs rires par leurs yeux cillés et mi-clos...

     

    AUGUSTE - Oh, j’entends déjà le cri des femmes révoltées que vous les réduisiez à leurs charmants éclats!

     

    NICOLAS (d’un ton très doux) Mais je sais la justesse des choses, et goûter le plaisir d’entrer, esthète et philogyne, dans la vérité douce, naturelle et vraie! (il observe son verre, le contemplant presque; puis, il reprend presqu’en chantant) Eau citronnée constellée de lambeaux de pulpe... (il boit d’un trait. Se lève. Comme épanoui et s’adressant à Auguste) Oh là là... Quellissime impression! Une marée d’épaisse légèreté a glissé et laissé sur ma langue les petits pépins gluants tout chargés de l’intimité du fruit. En une seule sécrétion, ils ont dispensé, dans ma bouche, un parfum concentré... (Il se reprend, presqu’amusé et attendri) Tu sais mon grand coeur... Alors, j’ai songé, pris de tristesse et de fugace compassion, au petit agrume acide, alvéoles broyées, chair défoncée, qui devait commencer de pourrir au fond de la poubelle. (il est soudain triste).

     

    AUGUSTE - Et les larmes?

     

    NICOLAS - Elles menacèrent bien sûr... Mais le goût du fruit... (il se reprend, minutieux et gourmet)... ses saveurs délicieuses et ses gelées fines, pour le bouleversement secret qu’elles avaient inscrit dans le noeud de mes nerfs, me convainquirent de l’utilité de mon sacrifice et de mon crime.

     

    AUGUSTE - Il faut un repentir!

    Un temps.

     

    NICOLAS (secret et facétieux) - J’enroulerai ma langue en flûte comme le psylle charmeur face au serpent... (un temps pendant lequel il enroule sa langue, hors de sa bouche)... dans un souffle bridé, je cracherai les pépins qui s’éparpilleront sur la terre.

     

    Il crache une série de cinq ou sept pépins, tandis qu’Auguste reprend.

     

    AUGUSTE - Les oiseaux puissent-ils épargner le plus fécond d’entre eux pour qu’un jour, au milieu de la place, un grand et mystérieux citronnier vert offre ses branches déployées de feuilles à l’alliance multicolore de leurs plumes et de leurs cris...

     

    NICOLAS (achevant de cracher le cinquième pépin) - Et verse le soleil en boules juteuses et fraîches aux goûts des petits enfants.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 11

     

     Alexandre marche au pied de la scène.

    Côté jardin:  décor « jardin ». Des marrons jonchent le sol en quinconce aéré.

     

    ALEXANDRE (se faufilant) - Là... passer entre les façades de pierre... (s’interrompt, puis reprend) La masse verte du jardin surplombe la grille du parc de son poids énorme... (Un temps. Puis il passe la grille, monte l’escalier et, debout, contemple le jardin puis les marrons au sol) Oh non, c’est trop bête... Quelle idée!

     

    Envolée de sons joyeux et carillonnants, comme des bruits d’eau et des gazouillis.

     

    VOIX-OFF (très fantasmagorique) - Boules luisantes dans les châtaignes molles qu’ouvrent les jours mangeurs de carcasses... Dans leurs ombres terreuses s’amoncellent et s’enfoncent, se perdent les marrons. Mes mains, alors petites, se fermaient sur eux comme des trésors sphériques et milliers, pour les ramasser, kilos roulants et lourds dans ma besace...

     

    ALEXANDRE (main en visière, contemplant au loin le jardin) - Au loin, à l’écart de l’oeil, s’ouvre le grand bassin, vasque immense et circulaire, dont l’eau lentement s’évapore...

     

    Alexandre s’avance sous un bruit de plantes qui tressaillent et craquent,

     pour aller s’asseoir sur un socle de marbre.

    Silence.

    Puis, s’élève un bruit de vent.

     Alexandre paraît épuisé.

    Hagard, il laisse son oeil se perdre vers le sol.

     Il respire lentement et frissonne.

     

    ALEXANDRE (songeur) - Je me rappelle ce grand printemps florentin...

     

    S’élève un écho lointain.

     Alexandre fait un ample, lent et puissant mouvement de bras.

    Son éventuel.

     

    Parvenu au paroxysme de son mouvement,

     il hulule en un long et fin chant d’oiseau (son off).

    Ana  sort de l’ombre.

    Ils se voient... se regardent.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 12

     

    Auguste et Nicolas attablés.

     

    NICOLAS - Le destin s’est manifestement ligué contre nous!

     

    Deux filles entrent.

    Rires.

     

    AUGUSTE - Minute...

     

    Ils les regardent passer.

    Elles sortent.

     

    NICOLAS - Mais non! Une ligue, un complot, je te dis.

     

    AUGUSTE - Un complot... Il est vrai que, dans les brochettes qui passent sans cesse à notre portée, il faut chaque fois que l’une d’entre les deux saucisses...

     

    NICOLAS - Touchante métaphore!

     

    AUGUSTE - ...que l’une d’entre les deux saucisses ne soit point décemment comestible.

     

    Trois filles entrent: l’une jolie, les deux autres non.

    Elles sortent.

     

    NICOLAS - (très agacé) - Perfection maligne du système, quand les amuse-gueules sont trois... c’est alors deux d’entre eux qui puent le vinaigre.

     

    Deux filles, assez médiocres.

     

    NICOLAS - Cher ami, je refuse que sous prétexte de male fortune, il faille immoler l’un des deux esthètes qui gisent dans notre divin binôme!

     

    AUGUSTE (l’index pointé vers les cieux) - Votre discernement, Nicolas, honore la création. Plutôt crever, en effet, que de bouffer du merle.

     

    NICOLAS - Tu as dû convaincre, en haut lieu, de l’inutilité de la lutte! Miroite les grives!

     

    Deux filles superbes, enfin passent.

     

    AUGUSTE - Et vous, admirez la technique... (il se lève et dit, dans le mouvement) Hé... donc... vous... là, mesdemoiselles! Où donc allez-vous, d’un si alerte rythme?

     

    Comme s’il s’était faufilé devant elles,

    Auguste regarde en face les filles, arrêtées net et souriantes.

     

    FILLE 1 - Que voulez-vous? C’est incroyable! (soupir soudain)

     

    FILLE 2 - C’est vrai, c’est bizarre, comme ça, de se tordre pour se présenter...

     

    AUGUSTE (après un jeu de gestes rapides, tantôt souples, tantôt méticuleux) - Ne cherchez pas, jolies’zelles. Joignez-vous donc plutôt à nous et buvons à vos charmes!

     

    FILLE 2 (à l’autre, voyant Nicolas) - Mon Dieu, on dirait un ange!

     

    Les deux filles s’assoient,

    de telle sorte que leur beauté éclate au maximum, aux yeux du public.

     

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 13

     

    Alexandre et Ana.

    Ils se contemplent, immobiles.

    Enfin, Alexandre se lève doucement, s’approche lentement et s’assied à côté d’elle.

     

    ALEXANDRE  - Qui êtes-vous?

     

    Un temps.

    La fille semble hésiter, avec de subtiles mimiques.

     

    ANA - Ana... Une fille parmi tant d’autres. Et vous? (elle se répand en mille sourires, sous des variations lumineuses)

     

    Un temps.

     

    ALEXANDRE (perplexe) - Je ne sais plus trop... Ces derniers jours m’ont égaré...

    Entendez-moi! J’étais, jusques à eux, convaincu d’être un archange en exil, un prince libéré de la chair, souverain absolu sur la pointe du monde, si lumineuse.

     

    ANA - Et le petit velours qui couvre les feuilles, cette fourrure végétale si chaude... Ne vous a-t-elle pas démangé horriblement? (elle éclate de rire)

     

    ALEXANDRE - Vous vous moquez... Or, moi, bercé par quelque grâce qu’avait maladroitement réclamé mon orgueil, j’ai depuis navigué... Dans des degrés tantôt infimes, tantôt immenses... J’ai connu des éblouissements et des torpeurs, des envols et des écrasements; je fus oiseau ou monstre - et votre visage seul m’est un havre parfait.

     

    Ana baisse les yeux.

    Jeux de lumières.

    Bruit de vagues qui se brisent (grande eau).

    Enfin, ils s’embrassent.

     

     

     

    Scène 14

     

    Nicolas, Auguste et les deux filles.

    Auguste baratine la Fille 1.

     

    AUGUSTE - Songez-vous, mademoiselle, au cosmos infini et vide, peuplé de milliards d’astres morts? Songez-vous aux étendues glaciales où jamais ne soufflèrent aucun vent, qui les isolent et les aveuglent, les engourdissent?

     

    Auguste présente son profil aux cieux.

    Puis, il se lève.

     

    AUGUSTE (avec un grand geste et en parlant plus fort) - Conçois à présent notre terre, point microscopique couverts de vive mousse. De cette mousse qui s’ouvre d’esprit et double ainsi tout en épaisseur changeante. Vois-tu tout cela disparaître? Ne sens-tu pas cette force qui crie à l’absurde, à sa mort?

     

    FILLE 1 - Moi, j’ai plus souvent frémi en me rappelant ses suffocants soubresauts...

     

    AUGUSTE - Moi  aussi, quelquefois... Mais du fond du pire cloaque, il faut jeter un oeil là-haut.

     

    FILLE 1 - Que t’importe là-haut?!

     

    AUGUSTE (reprenant, emphatique) - Justement! Quand tout ça tourne et menace de s’écraser à moins de muscles herculéens et d’efforts prolongés, maintenus contre vents et marées d’amour qu’on pourrait dire égal au divin génie, nous nous bouffons la gueule et laissons aux enfants le festin de lune!

     

    Un temps.

     

    FILLE 1 (en regardant son ventre) - C’est si con...

     

    Elle l’embrasse.

    Ils s’embrassent, leur baiser caché par un éventail blanc que tient Auguste.

    Nicolas pose sa main sur le sein de la Fille 2.

    Elle repousse sa main, aussitôt.

     

    FILLE 2 - Vous êtes fou?

     

    NICOLAS - Oôoh!

     

    FILLE 2 (se radoucissant) - Pas si vite! Comme n’importe quel mammifère, vous savez bien qu’il faut me faire un semblant de cour...

     

    NICOLAS - D’accord, d’accord... Les exigences animales et la dictature hormonale... J’ai lu les bouquins.

     

    Nicolas pose sa main sur le ventre de la Fille 2.

     

    FILLE 2 - Tût... tût... Interdit, aussi!

     

    NICOLAS (éclatant) - Bordel! Le ventre, j’ai quand même le droit!

     

    La Fille 2 est songeuse.

    Finalement, elle reprend sur le ton de la concession.

     

    FILLE 2 (mathématique) - J’admets ce compromis. Non, bien sûr, que je me dise qu’après tout les caresses font partie de la cour! Mais c’est surtout que le ventre est une zone décente. (un temps puis, assez bas, au public) N’est-ce pas? (se levant, face au public et assez fort) Non, vous ne trouvez pas? (elle s’assoit et Nicolas pose sa main sur son ventre) C’est drôlement décent, comme zone, le ventre...

     

    NICOLAS - Ô douceur merveilleuse de la décence! (il lui caresse le ventre) Sens-tu ces vibrations?

     

    FILLE 2 (manifestement troublée mais faussement innocente) - D’accord... D’accord... Mais, à quoi ça mène? Nous ne sommes, après tout, que de si petites plantes...

     

    NICOLAS (s’emportant) - Mais l’éclatement de notre monde en ces myriades de plantes, justement, c’est le stratagème de l’unique.

     

    FILLE 2 (de plus en plus troublée, Nicolas continuant ses caresses) - Que me chantez-vous là?

     

    Nicolas se lève et entreprend une pantomime, tout en regardant la Fille 2.

    Tantôt, il se dresse, menaçant, feignant le reproche, dans un bruit de séisme.

    Tantôt, il s’accroupit, comme un interlocuteur, papillonnant des doigts.

    De la harpe, en bruit off.Nicolas retourne auprès de la fille

     et va chuchoter à son oreille.

    La fille  est manifestement plus émue que jamais.

     

    NICOLAS (tendre et satisfait) - Vous me semblez émue... Oserai-je profiter de la situation pour revenir sur votre sein, et le caresser avec discrétion et douceur?

     

    FILLE 2 (gourmande) - J’aimerais bien...

     

    NICOLAS (en accomplissant son geste) - Oh merci...

     

    FILLE 2 (se reprenant et lui retenant la main) - Vous n’y songez pas! Vous avez vu tout ce monde?

     

    Elle fixe Nicolas des yeux, désignant le public d’un geste vague.

    Nicolas n’a pas cessé de la regarder.

     

    NICOLAS - Et alors?

     

    Il pose la main sur son sein. Elle l’embrasse.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 15

     

    Alexandre et Ana, main dans la main, vont du jardin aux couples.

     

    ANA - J’aime bien tes doigts qui passent entre les miens, juste assez écartés pour laisser l’air... Oh, les rameaux...! C’est la ville!

     

    Mimique d’Alexandre à la vue des filles.

    Bruit off: coup de feu.

     

    AUGUSTE (à Alexandre, tout en ayant la main perdue dans la nuque de la fille) - Où diable as-tu été à la pêche?

     

    ALEXANDRE - Je pourrais te poser la même question, mon Pion! (sourire ciselé)

     

    Silence.

    Auguste ferme les yeux lentement.

    Les rouvre lentement (bref et secret mouvement d’iris)

     

    AUGUSTE (désignant las filles) - Tes élucubrations prennent ici chair, comme là les miennes. Vois-tu ces prunelles encore en attente? Que sens-tu de là-bas, dis-moi! Et saches-tu encore que les désirs appellent d’autres zones? Le havre semble idéalement doux... Faut-il que je te l’avoue?

     

    Alexandre fait un mouvement

     Auguste bouge les lèvres, mais c’est Nicolas qui parle.

     

    NICOLAS - Je t’envie presque d’avoir tout eu et aussi tout donné.

     

    ALEXANDRE - J’ai surtout tout vu. Ecoute. Si nous ne sommes pas un miracle, l’univers est partout le berceau d’éclosions diverses.

     

    NICOLAS (lui coupant la parole) - L’éclatement de notre monde en ces myriades de pôles, c’est le stratagème de l’unique!

     

    Bruit off de carillon.

    FILLE 1 - Tu l’as déjà dit!

     

    NICOLAS - Alors, écoute la suite: après s’être pourvu d’yeux, il s’est divisé pour pouvoir se contempler sans s’effondrer.

     

    FILLE 2 - Il a converti sa chute en un nouvel équilibre?

     

    NICOLAS - ...La trombe d’air en un frisson multiple de respirations...

     

    Forte et lente inspiration, en son off.

     

    AUGUSTE - Nos petits corps nerveux et noueux, notre étoile de chair avec ses cinq points cardinaux, sont le centrifuge stable des menaces que nos conquêtes brandissent... (puissant bruit d’ébranlement sismique, en son off) ...dans un craquement tectonique de plaques...

     

    FILLE 2 - Quand la foule se soulève dangereusement sur ses pieds, chacun crispe ses orteils rabougris qui le prolongent, petits crochets enfoncés sous le sol...

     

    ANA - Aujourd’hui s’ouvrent follement nos perspectives...! Redoutons l’instant où nos yeux, par millions, s’abîmeraient dans un regard unique! Car, alors, ce serait l’éclosion sourde, l’eau, la torpeur. Cette noyade que tout vivant doit âprement redouter, comme fascinante est belle en ses pétales la tragédie de la fleur.

     

    ALEXANDRE - Mais s’il accable toujours finalement le solitaire, par distraction fatale ou précipice, tu sais bien que le sort épargne celui qui, en mille lieux, s’est aménagé des nids...

     

    NICOLAS - Un imbécile me proclamait l’autre jour dans l’oreille: « Notre mort est scellée par l’horloge du monde, qui court à l’inexorable extinction de ses derniers brûlots...! »

     

    ALEXANDRE (éclatant) - A-t-on le droit de célébrer les noces de la vie et du malheur? Et l’esprit s’honorer d’en être le prêtre marieur? L’on n’a jamais touché à l’impossible qu’en ayant foi en lui, comme le répétait autrefois, oriental, certain prince éclairé. (ton sec, à nouveau) Et celui qui de trop de doute s’enferme dans un silence qui hurle... (un temps) Les fondations de la tour que les hommes bâtirent jadis pour rejoindre les cieux, étaient des piliers énormes, sculptés dans un bois d’espoir: celui des arbres qui, voués à la terre et aux dents des parasites, emprisonnés dans un carré d’humus, grimpent néanmoins vers les étoiles, pour aller festoyer en lenteur dans leurs chaudes lumières.

     

    NICOLAS - Comme j’aime tes emphases!

     

    ANA - Comme j’aime ses emphases...

     

    AUGUSTE - Je suis transi!

     

    Avec un hurlement crescendo, Auguste se lève.

    Il se déroule en commençant par la tête.

     

     

    NOIR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 16

     

    Auguste-Pion transfiguré en splendeur dans sa cape dorée.

    Des enfants viennent.

    Il leur offre des citrons.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Scène 17

     

    La Chimère entre.

     

     

    LA CHIMERE - Les âges juvéniles confondent les rêves qui les submergent et le monde où leurs pieds avancent,  et dont les forêts abritent des sorciers et des  faunes.

            Or,  croissant,  grandissant, ils apprennent  à discerner  la nuit du jour,  les étés et les automnes des saisons indifférenciées. Et, ce faisant, les Chimères perdent leurs  mains  griffues  -comme  moi-,  voient  s’atrophier  leurs  ailes et  tomber leurs crocs pour d’inoffensives dents. 

     

    Elle court soudain à l’autre bout de la scène.

     

    Certains sages d’Allemagne chantèrent l’avènement de ces cieux dépeuplés, de ces bois sans loups et de ces arbres dont les fruits ne seront que de sucre chimique, dégorgés de leurs essences alchimiques, où les pierres ne sauront jamais changer le plomb en or.

                Or, en montant,  en grandissant encore,  la main ouverte de doigts immenses extirpée de feuilles saura bientôt puiser dans la cervelle les feux de nouvelles illuminations. Elle sèmera des graines inventées dans les contrées songées pour en peupler la terre mouvante sous ses yeux de chair.

     

    Elle va en fin se placer au centre.

     

    Ainsi, après avoir chassé les Chimères rêvées de sous les arbres aux bois rugueux, elle les fera naître et s’éveiller, ouvrir leurs pupilles fendues d’un bleu-blanc aux reflets argentés, comme ceux d’une chèvre dont les cornes s’enrouleront en de piquantes et silencieuses architectures, pour boire l’eau fraîche du monde.

     

    Elle avance.

     

                        Aussi, loin d’avoir été chassée, suspendue aux vibrations des neurones, la Chimère splendide  vivra comme jamais elle eût pu le rêver, dans  un corps  velu  désormais  brûlant  de sang  chaud  et  battant,  irriguant un vrai coeur.

     

    Elle avance une dernière fois.

     

    Et par ses yeux argentés, l’univers découvrira enfin son sein, pour le téter -lait sirupeux.

     

    Elle saute de la scène.

     

     

     

     

    NOIR

     

     

     

     

    RIDEAU   

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Alexandre et Nicolas : deux gentilhommes intemporels.

    Auguste-Pion : leur valet  « satisfactant »                ( l’ expression est de Nicolas).

    Le Phare : la tour du manoir d’où ils contemplent la ville et le monde.

    Les Divagations Spirituelles : un journal mystérieux où Alexandre a découvert un article bouleversant. Pour distraire leur ennui, les deux acolytes descendent dans la ville, à la recherche de l’auteur de l’article, et sans doute aussi du temps perdu... et de la Vérité, c’est-à-dire de l’Amour.

    Le chemin est plein d’embûches et de rencontres incroyables.    Pour   les  suivre  dans  ce   tourbillon,

    une  condition :     « que  votre  sang  ne flanche pas »

    ( l’expression est encore de Nicolas).

    Heureusement pour vous, une petite Chimère voltige et vous protège...

     

     


    votre commentaire
  • D.O.Tron : Clé 82, sections 1 à 30 : la planète Santochan, édition du 15-02-2013

     

    Ci dessus , représentation du Théâtre catalytique des oiseaux de paradis à Aureilles, en France, début 1984. Dominique Oriata Tron et Christine Imbert Tron. 

    La clé 82 du Théâtre  catalytique des oiseaux de Paradis  dans l'édition du 15 février 2013 comprend 121 sections.Pour voir des photos de ce théâtre  dansé en Afrique, en Inde, en Europe et en Polynésie, copier/coller ce lien  dans la barre de recherche  ou cliquer dessus : https://www.facebook.com/pages/THEATRE-CATALYTIQUE-DES-OISEAUX-DE-PARADIS/201267676598983?sk=photos_albums   .Pour la mise en scène de ce théâtre , on peut s'inspirer des documents précis utilisés en 1995 et 1996 à la maison de la Culture de Papeete : http://arevareva.files.wordpress.com/2013/02/c172012-09-17toutmisesceneonly.pdf  . Pour une bande dessinée  résumant les voyages de Nanihi et d'Oriata sur les planètes du Contentement, de la Convoitise, de la Synchronisation spirituelle, de la Négociation Sociale  sous le Soleil du Graal : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.232687210099781.47344.100000755116426&type=3

     

    __

     

    Explications pour le lecteur musicien ou qui veut le devenir :

     

    Dans cette édition , postérieure à celle de mes cahiers écrits à la main , je n'ai indiqué presque que les accords  pour guitare , à partir desquels il   est possible d'improviser  la voix et  sur les cordes . Diversifier les voix selon les personnages . Dans l'écriture des accords de guitare le chiffre initial indique le numéro de la case , à partir du haut, où se joue la note de l'accord la plus proche des mécaniques . J'ai parfois indiqué  des amorces de mélodies pour suggérer  un thème musical . Dans ce cas , les notes écrites en majuscules sont à l'octave inférieur, les notes suivis d'un espace sont des blanches . Mais c'est dans la clé 71 que j'ai entrepris  une  notation complète de la mélodie et du rythme . Ici , le lecteur a la possibilité d'improviser  à partir de ces accords, ou  de  les modifier s'il souhaite composer une autre clé du théâtre des oiseaux de paradis, dans la langue de son choix, et dans ce cas il peut m'écrire pour que je lui attribue un numéro disponible et pour que je diffuse sa partition ou son enregistrement. Si le lecteur  ne joue pas à la guitare , il peut consulter un dictionnaire gratuit d'accords comme celui de  www.alternate-tools.com, et , pas à pas, chanter en improvisant sur les accords produits par  son ordinateur. Sinon , chaque guitariste  trouvera sa façon de jouer, en arpège ,  en rasguéado ou avec des mélodies et des silences. De toutes façons  , mes notations ne sont que des suggestions et  on ne retrouvera pas cette  succession d'accords sur les enregistrements de musique que j'ai publiés, ce sont d'autres clés de ce théâtre, chaque fois j'ai improvisé d'une façon différente, mais avec la même méthode catalytique  d'improvisation musicale . Il y a au moins quatre méthodes pour chanter  le théâtre des oiseaux de Paradis. La première est celle  qui consiste à aller de la forme au sens, c'est la méthode la plus familière dans un monde  où la place de l'art dans la vie quotidienne est davantage mondaine que spirituelle. Cette pédagogie consiste donc à écouter chaque accord et  à  chanter  en lui restant fidèle  jusqu'au prochain accord, et après avoir  lu ainsi toute la clé 82, on a une approche mécanique de ce chant et de la guitare, c'est une base formelle  utile. Les accords fournis sont  semblables à des escaliers  que l'on gravit pour dénouer les doigts et la voix , avant d'improviser par  la deuxième  voire  la troisième méthode .Bien sûr, mes indications ne remplacent pas les techniques physiques de chant ou de guitare, elles supposent acquis les placement de la voix et des doigts , mais même s' ils ne sont pas acquis, il est possible de les acquérir  tout en pratiquant  la troisième méthode 

     

    La deuxième méthode, c'est de télécharger les  sections des clés 38 ou 41, qui ont des  sous titres , ou, si on se souvient de toute l'histoire  , les 13 sections de la clé 29 sur  http://www.youtube.com/playlist?list=PLA27424CB0B5C42C3  puis les 27 sections de la clé 45, et de couper complètement le son de ma musique pour improviser sur le rythme des images et des situations rythmiques et émotives. Et pour qui ne sait pas improviser et veut apprendre , il y a une troisième méthode, qui consiste à aller du sens à la forme. Des indications pour cette méthode apparaissent ici à partir de la  strophe 92. Le  lecteur trouvera avant chaque chant du Phénix des abréviations de type /14, Ak+A - E, sol/ , et qui se réfèrent à un des aspects de la méthode catalytique d'improvisation.    Le nombre indique le rythme, par exemple 14 = 5 + 5 + 4, mais chacune des 14 unités  peut comme le rythme  nommé 1 être composée d'un triolet, d'un quintolet, d'un septolet ; ensuite  la note indiquée, par exemple la note SOL, est la note dominante de l'improvisation mélodique, puis  quand  on lit Ak+A - E, cela veut dire  qu' on  visualise d'abord  la couleur dans son propre corps, avec la vibration de l'élément indiqué à gauche du tiret , par exemple ici c'est l'Akasha , le 5ème élément, accessible à travers la perception de l' infini ,auquel s'ajoute l'air, sensation de légèreté. Puis , au moment où on le souhaite dans le chant , on répand la couleur dans l'univers entier comme étant notre propre corps, et là c'est avec l'élément qui est indiqué à droite du tiret, par exemple ici E , la vibration de l'eau, de la fraicheur , de la fluidité , ou de la glace , c'est à explorer en relation avec les indications du chant, dont le sens  n'apparait qu'avec la lecture sur  les plans du mental, du matériel, de l'émotionnel et du supramental. F indique l'élément feu, et T l'élément terre , suggéré dans les chants par le symbole de la pierre , du bois ou du métal  qui en sont des variations au niveau densité ou proportion de combinaison avec d'autres éléments. Evidemment ce type de concentration , pour devenir facile,  nécessite qu'on passe d'abord beaucoup de temps sur chaque couleur pour assimiler tous les réflexes rythmiques , mélodiques , et la procédure méditative, de sorte qu'à la phase où l'on chante et danse, ces réflexes soient un ressort pour l'improvisation plutôt qu'une fatigue. Pour avoir des exemples d'entraînement on consultera   les  27 sections de la  clé 45 qui sont sur http://www.youtube.com/playlist?list=PLA27424CB0B5C42C3 .

     

    Cette méthode    est développée sur  http://oriata.blog4ever.com/blog/lire-article-515069-9697056-d_o_tron___methode_catalytique_d_etude_musicale.html /. Si on veut aller directement du sens à la forme , il est préférable de commencer la pratique sur la base des matrices de type /14, Ak+A - E, sol/ , et  de développer en priorité  une compréhension supramentale des sphotas multisensoriels  . Il s'agit d'accéder par une méditation sur 27 couleurs, à une matrice plurisensorielle où la compréhension des vertus suggérées , et des symboles, peut  libérer l'inspiration du chercheur. Dès lors, il n'est plus utile de déchiffrer chacun des accords ci dessous ,qui ont été fournis pour explorer quelques possibilités de la guitare permettant de soutenir le chant . Si on a commencé par la troisième méthode   , ensuite   pour chanter   voire danser  les scènes théâtrales qui précèdent les chants du Phénix  , on se répèrera  sur le sens  symbolique du mythe et des situations dansées, et on se  fortifiera dans l'improvisation à travers cette compréhension vigilante . Bien sûr , il est possible de s'inspirer d'autres interprétations publiées ou de créer sa propre interprétation. L'important est de comprendre  la matrice mythique  de sorte à ce qu'elle équilibre  la vie quotidienne et refonde l'usage des arts comme théâtre total ou folklore sacré de l'identité humaine auquel puissent s'agréger  et s'associer d'autre démarches catalytiques.  Et si on veut encore progresser , il faudra apprendre  par coeur tout ce texte pour le chanter, puis pour le danser ,  toujours en gardant son souffle , c'est la quatrième méthode . On peut même commencer par cela, tout dépend les capacités et affinités de chacun, on peut  aussi doser son entraînement en s'inspirant d'éléments de plusieurs méthodes.

     

    Dominique Oriata TRON

     

    tron.dominique@gmail.com

     

    *

     

    1

     

    /2Bm/Le jour éparpillé se levait de la nuit ,

    /2F#m/tous deux suspendus aux étoiles du firmament paisible ,

    /2G6/étendue infinie où naviguaient, sans peur

    /2F#m/ les os incandescents des météorites explosées...

     

    /2Bm/Lancée dans la spirale de sa galaxie

    /2G6/ une planète se laissait caresser par la lumière ...

    /2F#m/ A travers les cieux elle virevoltait

    /2G6/autour d'un Soleil mille fois plus grand qu'elle !

     

    /2Bm/ Sous son écorce battait un feu énorme...

    /2GM7/A son rythme le souffle du temps

    /2Em/aimantait les eaux, les monts , les continents ...

    /2Em7/Un monde se créait ,

    /2F#m/ tel un songe à l'haleine invisible et parfumée !

     

    /2Bm/Santochan ! Planète Santochan !

    /2G6/ Offerte dans un rayon de l'Amour Cosmique ,

    /2F#m/ allumée pour un horizon de paix joyeuse

    /2G6/ et la pénétration de l'Esprit dans la Matière !

     

    /2F#7/Et ceci entouré de vagues  cela s'appelait une île ,

    /2Bm/ parmi d'autres îles surgies des océans ...

    /2G6/C'était une île échevelée dans son été perpétuel ,

    /2C#7/une île pour un paradis,

    /2G6/jeu de science Divine ,

    /2Bm/ espace du possible dans le livre de l'univers !

     

    2

     

    /2Bm/Il était une fois

    sur la planète Santochan

    une /3G/ île nommée

    /2Bm/'Aétoéraw ...

     

    Et sur cette/2Bm/ île

    une forêt

    immense...

    /2Em/où les jeunes pousses devenaient

    de larges /2Em/arbres

    où s'enroulaient les /2Bm/lianes

     

    /2Em/A travers la forêt

    s'écoule un torrent

    /3Cm/avec des bassins d'eau tranquille

    /7Em/au pied des cascades.

     

    /3Cm/D'une distance lointaine

    /2Bm/vient un éléphant

    /2Em/pour se désaltérer

    /2F#/avant de s'enfoncer

    /2Em/dans l'épaisseur /2F#/de la /3G/forêt .

     

    3

     

    "- Kiou ! "

     

    /2Em/Entendez-vous?

     

    /2Bm/L'oiseau du Paradis est descendu du ciel

    et il allume un feu

    /7Em/sur unepierre

    /5Dm/ au milieu du torrent. /3Cm/

     

    /2Bm/Mais que voit-il

    /2Em/parmi les herbes de la berge ?

     

    /2Em/Une grenouille

    qui voulait

    /2F#/être une femme

    /3G/errait et sautillait.

     

    /2Em/Ses yeux mouillés

    Cherchaient plus loin

    /2F#/le feu qui la

    /3G/transformerait.

     

    /2Em/Soudain sa main

    frôle une flamme ...

    /2F#/Elle bondit

    /3G/De s'y être brûlée !

     

    /3Cm/" -Ta tête est triste"

    dit l'Oiseau

    /2Em/"oh secoue la

    pour rire dans les prés

    /7Em/Et plonge dans ce feu pour

    devenir femme ...

    /2Em/"Ton nom sera : Nanihi !"

     

    /2Em/

    La grenouille saute dans le feu

    de l'amour éternel , qui la consume

    /5Dm/et maintenant les flammes se dissipent ...

    /3Cm/Nanihi, debout sur le rocher , ouvre les yeux

    /5Dm/et son souffle

    /3Cm/a la couleur de la forêt !

     

    4

     

    /3Cm/

    L'oiseau s'éloigne

    Nanihi l'appelle :

     

    /9C/" - Oiseau Phénix,

    /7Em/viens sur ma /5Dm/main

    que je t'observe

    de tout près !

     

    /2Bm/Tu m'as créée...

    /3Cm/Je suis /7Em/à toi !

    /1Bbm/ oh reviens, reviens...

    Sinon je te sui/1C/vrai !"

     

    /1F/ 1Em/

     

    /1F/" - Nouvelle-née"

    dit le Phénix

    "Suis ce courant ...

    /1Em/Un jour, tu trouveras

    /1F/l'homme que je vais créer pour /Em/toi !"

     

    5

     

    /1Em/Elle suivit les eaux fraîches du torrent

    Et parvint jusqu'au /2F#/lac

    Où un lotus géant

    /1Em/ Frémissait à la brise ...

     

    /1Em/

    Une abeille butine

    Avant de s'envoler ...

     

    /1Em/

    Tout autour les poissons

    Tourbillonnent

    A travers les flots

    Transparents.

     

    /2Em/Et Nanihi respire /3Cm/le parfum de la fleur

    /1Dm/puis plonge dans lelac

    /2Bm/ et nage

    /2Em/et danse sans appui

    et flotte, /F#/et rêve

    Des yeux d'un homme

    errant dans la forêt

    qui cherche son amour !

     

    *

     

    6

     

    /2Em/

    " - Kiou !"

    /7Em/En amont du torrent

    /3Cm/chante l'oiseau Amour

    /6Dm#/au dessus du brasier

    /4Cm#/sur le rocher

    /1Bbm/au milieu du torrent

     

    /2F#/En bondissant une biche

    s'approche

    pour boire

     

    /3G/avant de s'enfuir

    effarouchée

    /2F#/par un tigre de la jungle !

     

    7

     

    /2F#/Margadao le tigre avance sur la berge

    /3G/Il entend le chant du Mého

    /2F#/Il guette !

     

    /2F#/Son regard éclaire le sous-bois

    /2Em/D'une étincelle de Soleil

     

    LE PHENIX :

     

    /2Em/

    " - Kiou !

    /1C#m/Entend le cri

    De l'Oiseau du Paradis ...

    /2Em7/Vois son bûcher de Phénix...

    /2Bm/ Consume là tes griffes, tes dents,/4C#m/ beau fauve

    /G/Afin de te fondre

    /F#/A la clarté du jour

    /4C#m/ et à la musique/2Bm/ du torrent !"

    /1Bbm//2Bbm/

    /2F#/Le tigre charmé avance, attend

    Que l'oiseau passe devant lui

    /3G/Pour le saisir, ravir son chant

    Sa chair, ses plumes

    Et proclamer

    /2F#/Sa royauté !

     

    /2Em/Il écoute les bruissements

    des feuilles

    /2F#/puis soudain s'arrête.

     

    MARGADAO :

     

    /5BbM7/" - Oiseau d'amour, tu es si beau ...

    /3AbM7/que je ne veux pas t'éliminer !

    /5BbM7/Mais dévoile moi

    Si tu veux que je t'épargne

    /3AbM7/le secret de la Jeunesse /5BbM7/ Eternelle!"

     

    LE PHENIX :

     

    " - Kiou !

     

    /2Em/ Il faut que tu traverses ces eaux,

    que tu bondisses par dessus,

    que tu te fondes à ce brasier

    Où je m'engendre !

     

    /3D7/Oublie tes griffes

    Oublie tes dents,

    Jette tout dans ce feu,/2Bm/ même ton apparence splendide,

    beau fauve

     

    /2F#/Deviens un homme

    qui rayonne l'Amour !"

     

    /2Em/ Et que ton invincible mâchoire

    /2F#/épargne les oiseaux abattus

    /3G/par caprice /2F#/et /3G/jeu /5A/in/3G/hu/2F#/main

     

    8

     

    /3CM7/C'est alors que tombe du ciel

    /3D7/Un singe au coeur joyeux, insouciant

    Après s'être élancé de la cime d'un arbre

    En vain vers le/3CM7/ Soleil

     

    /3CM7/Il contemple le feu

    Et ne voit pas le tigre

    Sur l'autre rive.

     

    /3D7/Margadao le fauve d'instinct

    oublie l'Oiseau

    et bondit sur le singe

    Qui esquive

    En sursautant

     

    LE SINGE :

     

    " - Kwwwh ! kwhhhh !

    /1Fm7/ ...Où donc trouver vite un refuge ! "

     

    /3CM7/Le fauve attaque.

     

    LE SINGE :

    /3CM7/

    Kwww! Kwww!

     

    /2Bm/Le singe s'est jeté

    /2F#/Dans le feu du Phénix

    /3G/ l'Oiseau lui dit :

     

    " - Ton nom sera

    /2F#/Oriata ! "

     

    /2Em/3G/5A/3G//2F#/

     

     *

     

    9

     

    /2F#/

    /2Em/Les flammes se dissipent

    /3G//L'homme ouvre les yeux, les paupières

    /5A/Le tigre s'enfuit, /3G/é/6A#/pou/5A/van/3G/té.

     

    /2Em7/Oriata contemple la Lumière

    /2F#/Dispersée dans le sous-bois

     

    /2F#/En levant la tête

    Il découvre un papillon

    Coincé dans une toile /5A/d'arai/2F#/gnée...

     

    /2F#/ " -Délivre le !

    /5A/Et /3G/suis/2F#/ le !

    Kiou ! "

     

    /9C/Le papillon /7B/tout en bonheur

    /5A/Ouvre ses ailes de couleur

    /7B/ et fait sa ronde autour des fleurs/5A/

     

    /5A/

    Sur une branche vient d'éclore

    /4G#/Un bourgeon

    Là il pose sa lèvre

    /5A/

     

    10

     

    /5A/Le papillon porté par la brise

    /7B/Conduit enfin Oriata

    /5A/Jusqu'au lac où l'attend

    /4G#/Nanihi

    Qui chante sans le voir :

     

    /9C/" - Serait-ce le vent dans les arbres

    /7B/Ou l'écho de ses pas joyeux ?

    /6D#7/Approche, approche !"

     

    /2Bm/Oriata contemple Nanihi

    /G6/Il saisit un morceau de bambou

    /2F#/Le lance vers le soleil

    /2Bm/Bondit pour l'attraper

    /7Em/Souffle dedans et danse ! /5Dm/

     

    /2Bm/Nanihi l'a vu .

    /7Em/ Elle sort de l'eau , elle est nue et s'approche :

    /2Bm/" - Je t'aime !"

     

    ORIATA: /5Am/ " -Je t'aime !"

     

    /2Em7/1F/2Em/1F/2F#7/2Em/2F#7/2Em/

     

    *

     

    11

     

    /2Bm/ Maintenant le cri de l'oiseau retentit au loin ...

    "Kiou !"

    /2F#7/Les amants l'entendent ...

    /2Bm/ Ils craignent de perdre sa trace ...

    /2F#7/ Alors ils avancent prudemment

    Ils cheminent le long du torrent

     

    /2Bm/Le torrent s'enfonçait dans des gorges profondes

    et parfois les parois couvertes de fougères

    /2F#7/se touchaient au dessus de leurs têtes !

     

    /2Em/ Le sol et les buissons frémissent sous nos pas

    et des rochers dégringolent le long des pentes ...

    /2F#7/ Reculez sans attendre ...

    Une avalanche tonne !

    /2Bm/ Au milieu du ravin

    une avalanche tonne ///

     

    /2Em/Le torrent bondissait de cascade en cascade

    /2F#7/il fallait les franchire, s'accrocher aux lianes

    /2Bm/ et jamais dans le ciel oublier le Phénix

    et jamais dans le ciel oublier le Phénix !

     

    /2Em/Or en aval rugissait et dansait

    Tarascodus le serpent géant assoiffé de venin ...

    /2F#/Son haleine enfumait les eaux et la forêt

    /2Bm/Près de lui les poissons et les feuilles mouraient...

     

    NANIHI :

     

    /1B7/"- S'il te plait

    Laisse nous passer

    Au delà de ton gîte ... "

     

    TARASCODUS :

     

    /1B9m/" - Sfsssss ! Sfssfsssssss ...

    Voyez vous cette vieille peau

    Abandonnée sur la berge ?

    Couvrez vous en !

    Nus ,vous me manquez de respect ! "

     

    /2Em/Les amants soulèvent la mue très longue de la bête

    Ils ne parviennent pas à l'ajuster

    /2Bm/La peau morte s'accroche aux buissons, se déchire.

     

    ORIATA :

     

    /2F#7/" - S'il te plait

    Laisse nous seulement passer... "

     

    TARASCODUS :

     

    " - Moââââââââ ! MOAAAAAAAAH ! Sfsss... Sfsssss... !

    /2Bm/Toi, le singe, tu peux t'enfuir de branche en branche...

    /2Em/Et toi la femme, je t'aime à la folie

    Tu es mon festin de ce soir ! "

     

    LE PHENIX :

     

    /3D7/" - Kiou !"

     

    12

     

    /3D7/Au dessus des cimes des arbres

    Chante l'Oiseau du Paradis

    /3G/Dans son rayon d'Eternité

    A faire oublier la Mort ...

     

    /3D7/Le phénix plonge dans le Soleil,

    Il en revient avec un miroir

    /3G/Il le lance aux amants

    Nanihi l'a reçu dans ses mains.

     

    /3D7/Elle s'y contemple

    Elle voit une étoile qui brille à son front ...

     

    /7CM7/Oriata pense à un stratagème

    /5Bb7m/Il a pris le miroir

    Et le tourne vers le monstre

    /4A7M/Qui frémit d'horreur s'apercevant !

     

    LE PHENIX :

     

    /3GM7/" - Amants, élancez vous à la poursuite du serpent

    /3D7/Toi, tiens vers lui le miroir,

    Toi , piétine sa tête !

    /3CM7/Même ses alliés t'en seront reconnaissants !"

     

    3D7/Tarascodus le serpent géant

    ne sait plus où s'enfuir

    /3G/ Il n'ose ouvrir les yeux

    Craignant la créature qu'il voit dans le miroir !

     

    TARASCODUS:

     

    /3D7/" - O toi, Phénix , épargne moi !

    /7CM7/Dis moi comment

    Trois fois renaître dans la beauté perpétuelle !"

     

    13

     

    LE PHENIX :

     

    /Bb7M/" -Si tu veux t'effacer, ô serpent trop gourmand

    /4A7M/l faudra que tu brûles dans le rayon

    Que je lance dans ce miroir

    Que tiennent les amants"

     

    /2GM7/Tarascodus ne bouge plus ,

    il aime la chaleur du rayon qui l'aimante désormais

    Le vieux serpent prend feu,

    son corps est avalé par les flammes

    /3CM7.Et maintenant sa queue devient un caméleon

    qui bondit à l'écart du brasier

    Sa tête se transforme en vache aux larges cornes

     

    /7CM7/Et l'onde de son dos s'élance vers le ciel

    /2Em/avec des bras et des jambes d'enfant.

    /1Bbm/L'enfant pleure et les amants l'adoptent.

     

    LE MEHO:

     

    /2Em/"Kiou !

    Ton nom sera

    Hamsadéa

    Kiou !

     

    Kiou !"

     

    /2GM7/L'oiseau appelle les amants

    Pour les conduire à l'Océan

    /3G/Et ils ont repris leur marche au bord de la rivière

    /2GM7/Aimantés leurs coeurs suivent l'oiseau amour et ses conseils.

     

    14

     

    /1FM7/L'oiseau survole la mer

    Où la rivière se répand

    Face à l'horizon.

     

    /2GM7/Un crocodile nage vers le large

    A la poursuite d'un poisson.

    /1FM7/Lorsqu'il aperçoit le ballet de sa proie

    Sa queue frétille d'envie

     

    2GM7/Mais lorsqu'il bondit pour la saisir

    Elle s'enfuit dans l'eau profonde.

     

    15

     

    ORIATA :

     

    /1FM7/"Oh Vois les vagues qui s'élancent vers le ciel

    /2EM/Et se répandent sur la plage tout en long ...

     

    /2Em7/Le poisson saute au dessus de la surface

    /4F#7/Il fend les flots, veut toucher le Soleil

    A travers le jour transparent !"

     

    NANIHI :

     

    /2F#7/"Vois le sable où les crabes

    Ont creusé leurs trous

    /2Em/Ils vont, se déplacent plutôt sur le côté...

    /2Em7/En se croisant, parfois se saisissent les pinces

    Puis du combat se lassent..."

     

    /3F7/La mer fait rouler sur la plage

    une conque à la pointe brisée

     

    /4Fm/"Oh mon amour ramasse le,

    Souffle dans le coquillage !"

     

    16

     

    /2Em/Et sur ce rivage nous avons semé.

    /2Em7/Avec des branches et des feuilles nous avons construit un abri

    /4F#7/Et les saisons passèrent,

    /2Em/jusqu'au jour de la cueillette

     

    17

    /Deux premiers vers : mimi fufu lala sisi +

    la sidusilala fu mi.mi/

     

    A la cueillette on a déjà

    /2Bm/rempli nos paniers de fruits tendres

     

    /2Em/Posons les au milieu des champs ,

    /2Bm/les blés sont mûrs pour qu'on les taille

     

    /2Em/Saisis une touffe d'épis

    /2Bm/tiges tendues vers le soleil d'Amour

     

    /2Em/O la récolte est abondante

    /2Bm/coupée au fil de ta faucille

     

    /2Em/Ramassons les bouquets épars,

    /2Bm/assemblons les près des paniers d'osier

     

    /2Em/Il faut piler avec des bois

    /2Bm/les bottes de blé réunies

     

    /2Em/Séparons le grain de la paille

    /2Bm/à offrir aux troupeaux paisibles

     

    /2Em/Dansons avant de partager

    /2Bm/la moisson la cueillette /2Em/offerte

     

    18

     

    /SImimimimimi + rumirumifusol +/

    Que la planète est belle et fertile aujourd'hui

    /2Em/Nos mains et nos regards ont tressé /3G/leurs rayons

    /rérémi + ré mi SI +SILASOL SI LA + / Vis et danse où mon coeur éveille/1Lm/ le tien !

     

    19

     

    /1C/Douces, douces mains

    /1C/Douces, douces mains

    /2G6/Comme les vagues, comme les vagues

    /1Am/Comme les ailes de l'oiseau

     

    /1C/Douces, douces mains

    /1C/Douces, douces mains

    Dansez, /1Am/dansez

    Comme la pluie sur l'o/2G6/céan !

     

    /1C/Douces, douces ca/1Am/resses,

    Butinez sur les/1C/ hanches ...

     

    /2G6/O viens , respire un /1Am/tendre /2G6/souffle...

    /1Am/Allume, allume ton étoile...

    /2G6/Ecoute, écoute /1Am/ ces an/2G6/tennes

    Elles te disent en/1C/core :

    Je /3G/ t'aime ! /1C/

     

    20

     

    /1C/

    /do ru mi fu sol +/ Le caméléon

    lève la tête au dessus des pierres

    pour attra/1C7/per

    les oiseaux de passage !

    /1F#/O bel amour, approche ton visage ...

    Dans le matin mes lèvres écartent tes feuillages !

     

    /2G6/Le caméléon perdu dans le désert

    prend la couleur de /2Em/ l'horizon...

    Oui le lézard qui saute de pierre en pierre

    se rêve des ailes d'oiseau !

     

    /3G/ Bel amour au doux ombrage

    /2F#/viens donc faire les saisons

    /3G/car voici le rivage

    /2F#/où je trouve ta raison ...

    /2Em/Viens donc au creux de mes bras sentir l'odeur de ta moisson !

     

    /2G6/A peine ai je eu le temps d'approcher la fleur

    ses pétales sont restés sur ma face ...

    /2F#/Mes joues se sont mêlées au glissement du sable

    /3G/ où la vague disperse un reflet de la lune !

     

    /2Em/ L'oiseau qui vient du milieu des étoiles

    apporte une semence pour le lézard.

    /2F#/ Il regarde son ombre varier sur le dos des nuages

    et laisse la graine tomber dans la bouche du caméléon !

     

    /3G/ Oh mon coeur s'est enflammé

    du soleil qui l'a bercé

    et tes lèvres en s'approchant

    /2F#/ont mouillé d'eau tous les champs ...

    /2Em/Laisse se lever l'aurore de ta voile !

     

    Au fond d'un désert de glace entouré de roches

    /5Am/une cascade était gelée ...

    /1Am/Une main se lève de sous un buisson

    et jette un noyau de fruit pour la briser !

    /2F#/La glace en mille éclats dispersés scintille ...

    /3G/La fleur mêle nos fronts en nous rencontrant !

     

    /2F#/ Le chemin d'amour chanceux

    est plus étroit qu'un seul de tes cheveux !

     

    /2Em/Bel amour, un vent heureux

    te soulève aux reins, au ventre ...

    /2F#/Ta poitrine ensoleillée

    m'a soufflé sur cette plage !

    /2Em/Laisse moi être ivre auprès de toi dans la rosée ...

     

    21

     

    /1C/Maintenant l'enfant s'éveille

    /4Abm/émerveillé par la verdure fertile.

    /1E7/Il entend le bruit de la mer

    /1FM7/en vagues chaudes de couleurs

     

    /1E7/Il se lève , et près de lui

    /2Em7/il trouve son frère Mo'o iti le camélèon

    /3Gm/sautant parfois de pierre en pierre

    Ou se réchauffant au Soleil

     

    HAMSADEA :

     

    /5Am/"Pourquoi t'élances tu si haut, petit frère

    Et si souvent ?"

     

    /1FM7/et le lézard a répondu :

     

    /2Em/"Je veux un jour être un oiseau

    /3AbM7/comme l'oiseau du Paradis

    /3D7/Avais tu donc les yeux fermés

    Quand du serpent il nous créa ?"

     

    HAMSADEA :

     

    /3ABM7/"Montre moi

    où est l'oiseau dont tu me parles...

    /7GM7/Je veux le voir et le connaître

    /2Em/fin qu'il me dise où aller

    /7GM7/ quelle vie me donner ...

    /2Em/Pourquoi suis-je un jour né sur cette planète?

    /3AbM7/Et quel est donc ce grand Soleil

    /1D7/ui a réchauffé mon berceau ?"

     

    22

     

    LE PHENIX :

     

    /2Em/

    "Kiou !

     

    Entends le chant de l'Oiseau Amour...

    /2F#/Il est là, au dessus de ta tête

    /4Ebdim/Il a fait depuis longtemps son nid près de toi

    /1Ebdim/Tu n'y prêtais pas attention..."

     

    *

     

    HAMSADEA :

     

    /2Em/"Oiseau du Paradis, je vis enfin en t'entendant

    Fais de moi ton semblable !

     

    /1C#m/Le temps des moissons maintenant est fini

    /4C#m/Laisse-moi me hisser sur ton dos, bel Oiseau !

    /1Eb7/Quand je serai monté, partons pour le Soleil

    /4Em6/Quel est son secret ? Emporte-moi là bas !

     

    /5E7/Qu'y a-t-il où sans fin renait le bleu limpide...

    /2F#/Oh oui je veux chanter et danser dans le ciel

    /3D7/et voir de tout là haut les monts et les vergers

    /2D/où chacun deviendra oiseau de Paradis

    /2G6/oiseau de Paradis, oiseau du Paradis...

     

    /1Am/J'ai montré à la vache où elle peut brouter

    et j'aime quand le pluie verdit les /2Bm/ paturages...

    Ainsi que le lézard dois-je apprendre à /1C7/sauter ?

    Par delà l'hori/3Gm/zon et la mort je veux naître...

     

    Si tu vas sur une autre île ou de l'autre côté de la forêt

    Jusqu'aux sommets de pierre /1Am/nue,

    Dans la neige et /2F#/la glace, ou les trombes de feu

    /2G6/oui, je te suivrai, oui je te suivrai !"

     

    LE PHENIX :

     

    " Kiou !

    /7Em/Maintenant, comme chaque année,

    /5Dm/je dois partir pour le sommet de la montagne...

    /3Cm/C'est là que j'ai donné rendez vous

    à ceux qui veulent me rencontrer !

    /2Bm/Tu attendre mon retour , je reviendrai

    , sois dans la paix"

     

    HAMSADEA :

     

    " /1Am/ oiseau d'amour , laisse moi plutôt te suivre

    jusqu'au sommet de la montagne

    /2Em/Et voir tes mille soleils se disperser

    1FM7/jusqu'au fond des coeurs qui t'aiment !"

     

    LE PHENIX:

     

    "Kiou !"

     

    23

     

    /3F6/L'oiseau s'est envolé de son nid

    et se suspend au dessus des nuages

    /1Bb/L'enfant Hamsadea qui le poursuit saute de pierre en pierre...

    /1Fm/Tel un singe il se balance d'arbre en arbre...

    /4Fm.L'ombre des vastes ailes glisse sur les pentes...

     

    /1Em/Si tu regardes ainsi le ciel en courant

    Veille à ne pas glisser dans la rivière ...

    /1Bb/ comme l'oiseau qui porte ton coeur

    tes ailes dans le vent ...

     

    /3D7/ Hamsadéa a gravi la colline .

    7CM7/Il est maintenant épuisé et il s'endort ...

    /1C7/Un nuage se pose sur son front...

     

    24

     

    /1FM7/Le lendemain matin , il s'éveille et appelle :

     

    /3F6/"Oiseau de Paradis, où es tu passé ?!

    Pourquoi me suis-je endormi...

    /1Bb/Maintenant je suis seul et je pleure...

    Attends moi, attends moi, viens me guider !

     

    /1Fm/Je suis perdu, perdu dans la forêt !

    /4Fm/Comment savoir où donc te retrouver ?"

     

    /1Fm/Le vent chasse les nuages gris

    Et dénude un sommet neigeux...

     

    HAMSADEA :

     

    /1Bb/"Oui c'est là-haut que l'oiseau voulait aller...

    /3D7/Je trouverai moi même le sentier !"

     

    /3CM7/C'est le matin, inondé de verdure

    /7C7/Va en dansant jusqu'au midi de paix !

     

    /5C#dim/Puis tout à coup, en sortant d'un bosquet

    /4Cdim/apparait un village avec sa fontaine

    /3Fdim/"Est-il vide , ou y aura-t-il

    Un ami pour m'accompagner ?"

     

    /2Edim/Va vite boire où la fontaine s'offre

    /1EBdim/Et lave toi de la tête aux pieds ...

     

    25

     

    /1Bb/"Mais que vois-je arriver au loin

    Vêtu comme un roi et ses ministres ...

    /3D7/Ils semblent être des brigands très puissants

    Ils ont l'air saouls et l'oeil sans pitié ..."

     

    /3G/Cache toi vite, vite, vite, et invisible

    /3D7/Attends qu'ils changent de maison

    Pour t'éloigner !

     

    /1Bb/Les brigands sautent de leurs chevaux

    /3D7/, ils crient en s'exclaffant :

    /2D6/"Pillons, pillons, tout est à nous !

    /3D7/Remercions l'Oiseau de Paradis ...

    Il a attiré les villageois sur le sommet !

    /2F#/ Sûrement c'est pour nous faciliter la vie !"

     

    26

     

    /1Bb/Hamsadéa s'est enfui à travers les bois porteurs de fruits sauvages ...

    /6Eb7/Il va prévenir les villageois et l'Oiseau Amour !

    /1Eb7/Cours comme une flèche vers le sommet !

    /1Am/Là haut les femmes les hommes les enfants sont partis pour trois jours

    /5Am/Prier et danser près de l'Oiseau du Paradis

    /3Gm/Avance, car bientôt l'obscurité te cachera la route !

     

    27

     

    /6Bbm/Tout là haut

    /5Am/Au dessus de la montagne

    /1Am/Flotte et danse le PHENIX dans la Lumière Bleue.

     

    /2Em/Or jadis il avait donné à chaque homme,

    /1Am/et chaque femme, ainsi qu' à Oriata et Nanihi

    /3D7/Un miroir

    où pouvaient s'éveiller

    /2D/les rayons de la magie Divine !

     

    /2G6/Mais voilà, les villageois sont venus au rendez vous

    et ils brandissent leurs miroirs vers la forme de l'oiseau

    /2G6/et avec les reflets de la Lumière du Soleil

    /2F#m/ils ont allumé un feu dans le ciel !

     

    /2C#7/Les rayons se joignent en faisceaux

    /1C#m/et les chefs, les prêtres demandent de viser

    l'Oiseau qui leur a porté chance

    /4C#m/afin de se parer de ses plumes

    et de collecter des offrandes ...

     

    /5Am/Ils crient : "Cet oiseau là est un imposteur .

    Il garde tout pour lui.

    Il n'a plus rien à nous donner !

    On va l'incendier !"

     

    28

     

    LE PHENIX:

     

    /1Bb/"Kiou !

    je vois que vous avez allumé dans le ciel un feu pour me détruire

    /2A7M/or ce n'est pas possible entendez vous

    /2A7/je ne suis qu'un Rayon de l'Ame immortelle du Monde

     

    /1Am/Et comme vous ne voulez plus de moi pour vous guider

    /2Em/j'accepte de partir pour une autre planète

    et de vous laisser vous admirer dans vos miroirs...

     

    /1C/Mais s'il en est un seul ou plusieurs parmi vous

    /1Em/en quête du secret de la délivrance...

    /1C7/Et bien le voici, par delà chance et malchance :

    /1FM7/on ne peut apprendre à sauter dans l'Eternité

    qu'en sautant,

    /1C/Et puisque dans le ciel que vous avez allumé ce feu pour me détruire

    /1Em/c'est en le traversant que vous pouvez en ce jour vaincre la mort

    /1C7/et deviendrez vous même oiseaux de paradis

    /1FM7/en dépit des mauvais sorts et des rivalités !

     

    Kiou !"

     

    /3CM7/Hamsadéa a tout vu, tout entendu de derrière un rocher .

    /6Bb7M/Maintenant il court, il se lance, aimanté

    /2D/L'écho du chant du phénix dans son coeur l'a rendu léger

    /3AbM7Il s'est précipité dans le Feu très haut au dessus du sommet

    /1F#M7/Et maintenant il s'élève encore plus haut avec des ailes de paradisier !

     

    LE PHENIX:

     

    "Kiou !

    /1C7/Hamsadéa, Oiseau du Souffle, étudiant véritable

    /1C/Te voila désormais pétri d'Eternité

    Uni aux choix créateurs de galaxies

    , et délivré de l'illusion mortelle...

    /3Cm/Apporte à qui en veut la Joie et la Paix

    et garde dans ton chant cette flamme éternellement allumée

    /1Bb/que même les coeurs glacés ne parviendront pas à éteindre !"

     

    /2F#m/La Lumière est maintenant forte dans le ciel

    comme une longue explosion dans le silence

    /3CM7/au point que les miroirs des villageois se brisent dans leurs mains !

    /6B7M/Ils s'enfuient, ils ont peur d'être eux mêmes brûlés ...

    /3ABM7/ Ilos ne peuvent s'empêcher de hurler en dévalant les pentes

    /2GM7/ Leurs cris ont déchaîné d'énormes avalanches !

     

    29

     

    /1F#M7/Comme le nouvel Oiseau de Paradis

    S'éloigne dans le Ciel pour suivre son Accoucheur

    Celui-ci suspend son vol et dit :

     

    "

    Kiou !

    /1Dm/Retourne près des amants qui jadis t'adoptèrent !

    /1C#mRetourne près du lézard caméléon ton frère :"

     

    /1Cm/Alors le nouvel Oiseau lui répond:

     

    /3D7/"Oui, mais explique moi toi mon guide, mon maître

    /1D7/Explique moi comment donc sur cette planète

    /3CM7/ je saurai déjouer le malheur conquérant

    Si je n'ai le pouvoir d'être à souhait invisible !

    Et comment feras tu de loin pour me guider ? "

     

    /3D7/" Kiou !" répond le Phénix

    /3G/"Perds désormais toute cette inquiétude

    /5Edim/héritée des humains qui font le mal déguisés des mots du Bien...

    /3D7/Tu as depuis toujours ce pouvoir d'être invisible !

    /3CM7/Il te suffit de rayonner à l'écart du mauvais oeil

    qui de toutes façons ne sait que te chasser !

    /3D7/Et quand tu auras besoin de mes conseils, questionne moi

    /3G/tu entendras alors au plus profond de toi la réponse

    /3CM7/où ton souffle et ton coeur éveille ta chanson,

    /3D7/là où la Vie Divine anime et abolit les formes :"

     

    30

     

    /3G/Alors Hamsadéa descend vers les villages et les prés.

    /1D7/Il voit que partout, dans les taudis et les palais

    /1CM7/des femmes et des hommes s'égorgent en son nom.

     

    /7CM7/Puis parvenu aux ermitages de la forêt

    /9Am/Il voit que des femmes et des hommes dansent et s'aiment en son nom

    /7C7/Et qu'invisible il peut pour chacun se démultiplier

    /3D7/et donner la réplique en fredonnant aux oreilles

    /2G6/des méditants et des danseurs en quête de délivrance !

     


    votre commentaire
  • Les indications de type /3Abm6/ pour l'accompagnement à la guitare du chant du poème sont explicitées dans l'avant propos qui se trouve juste avant la section 1. Ci dessous Dominique Oriata Tron au théâtre de la Maison de la Culture de Papeete en 1995 ou 1996 danss le rôle de Maltor lors d'une représentation de ce théâtre. En fait l'acteur costumé pour ce rôle étant en retard , j'ai quitté ma place parmi les musiciens pour le remplacer.

    D.O.Tron : Clé 82, sections 31 à 47 : la planète Téahitoutaï, édition du 15-02-2013

     

    _____________________________

    31

     

    /3Abm6/Année après année,/4B9m/ Oriata et Nanihi

    vivent dans la brise marine, à l'écart des villages.

    /1Ab7/La vache donne son lait, et le caméléon

    /2F#dim/fidèle à sa méthode est très occupé

    /3Em/à bondir dans l'espoir que des ailes lui poussent.

     

    /12Em/Or, sur la planète Téahitoutaï, /7Em/ bien loin,

    là où l'on mange trop et ne se satisfait de rien

    /3C6/le magicien Lasem, qui est aussi premier Ministre

    /7CM7/observe Nanihi dans sa boule de Cristal.

     

    /5Bb7M/Il la désire, et il veut la piéger par une tentation

    pour qu'il puisse l'exhiber à ses côtés...

     

    /3AbM7/Il créé alors sur son ordinateur

    /2GM7/une horde de requins virtuels

    /2Gdim/avec des ailerons d'argent incrustés de diamant

    /1Dm/et les faitnaviguer comme des hologrammes

    /10Dm/sur l'océan de la planète Santochan

    /1Dm/Juste dans le lagon qu'admire Nanihi.

     

    /1Am/Eblouie Nanihi demande à Oriata :

     

    /2G6/"S'il te plait, mon amour

    Peux tu partir chasser un de ces requins là ?

    /1FM7/Leurs ailerons phosphorescents nous serviront la nuit de lampes !"

     

    /2Em/Oriata ne veut rien refuser à Nanihi, qui toujours le contente

    /7Em/ Il part immédiatement.

    /3C6/Il franchit la passe pour poursuivre la meute.

     

    /7CM7/Lasem observe tout cela sur son écran d'ordinateur ...

    /5Bb7M/D'un clic prémédité il couvre le ciel de nuages au dessus de Santochan ...

    /3AbM7/ Alors les vents s'accèlèrent et tourbillonnent

    /2GM7/Un cyclone renverse la pirogue d'Oriata,

    qui se brise sur le récif

    /2Gdim/Et lui s'accroche à un débris de bois sur le lagon.

     

    /1Dm/Un tourbillon pendant ce temps enveloppe Nanihi

    /4Em6/Et l'emporte à travers l'espace et le temps

    /1Dm/jusqu'aux confins d'une autre galaxie

    /1E6/jusqu'à la forteresse où Lasem avait rêvé

    De l'enfermer sur Téahitoutaï !

     

    /2GM7MSur Santochan, la tempête s'apaise ...

    /10G6/ Oriata échoue sur le rivage

    /2GM7/ Il voit que sa hutte est détruite

    /10GM7/et que les plantations sont noyées par l'eau salée

    qui est montée du lagon !

     

    /3G/Il cherche Nanihi de tous côtés, il ne la trouve pas

    Il pleure, 2F#7/il prie et se souvient

    de la chanson de l' Oiseau de Paradis.

     

    ORIATA:

     

    2F#dim/"O ciel si bleu de Paix infinie

    /10F#dim/ù donc retrouverai-je Nanihi ?

    Je ne sais dans quelle direction avancer ..."

     

    32

     

    /1Dm/ HAMSADEA alors lui apparait:

     

    /4Em6/"Ne pleure pas, Oriata,

    ta bien-aimée t'attend.

    /1E6/Elle est prisonnière de Lasem,le vizir d'Otéotéo

    Sur la planète Téahitoutaï !

     

    /1Abdim/Ne pleure pas , Oriata,

    la vie est une offrande de joie.

    /3G/Ne t'épuise pas en larmes inutiles...

    /2F#7/Construis plutôt en toi une paix invincible !

     

    /2F#dim/J'ai vu Nanihi dans le palais de Lasem

    /4A7M/ et en partant je me suis débrouillé

    pour que me suive

    /1Am/un astronaute du palaichargé de la sécurité...

    /5Am/Il s'est posé de l'autre côté de l'île.

    /9Am/Va dans cette direction...

    Tu trouveras le vaisseau

    /1Am/qui te conduira jusqu'à celle que tu aimes ...

    /2Em/Mais attention, ne dévoile pas le but de ton voyage !"

     

    33

     

    /2F#dim/Oriata marche longtemps dans la forêt,

    /10F#dim/uis se trouve soudain nez à nez

    /1Fm6/avec Maltor

    le pilote venu de Téahitutaï,

    debout à côté de son engin.

     

    MALTOR:

     

    /1Eb6/"Eh toi !

    J'ai pris en chasse un oiseau rare, un espion

    /2A7M/apable de traverser l' espace sidéral...

    /4A7M/L'aurais tu vu ?"

     

    ORIATA :

     

    /7A7M/"Il y a tant d'oiseaux merveilleux sur cette île

    /4A7M/ue je crains que tu ne trouves jamais celui que tu cherches !

     

    /5A/Mais comme j'aimerais voyager sur ton vaisseau spatial

    A travers l'espace infini..."

     

    MALTOR:

     

    /1Bbm6/"C'est bon, embarque !"

     

    /1Bb6/Et en lui-même Maltor se dit :

    "Je vendrai cet animal là au palais de Lasem

    On y cherche toujours de nouveaux esclaves"

     

    34

     

    /3F#7/Et ils naviguèrent de constellation en constellation

    /1F#dim/ à la vitesse de l'éclair, cela prend quand même du temps

    /1FM7/ et ils parvinrent jusqu'à la planète Téahitoutaï.

     

    /1Fdim/Oriata fut vendu comme esclave jardinier à l'intendant de Lasem.

    /3Fdim/mais il bénissait le Ciel

    d'être si près enfin de Nanihi :

     

    /1FM7/Il se cacha derrière un buisson du parc

    Lorsqu'il vit paraître Lasem, lui-même

    Escorté de Demang et Toummengoung, ses stratèges,

    /10F#dim/Demang à la petite voix cassée, est un ministre de l'Education,

    /2F#/Toumengoung, à la gorge tonnante ,ministre du Culte et de la Guerre.

     

    35

     

    Refrain 1 :

     

    TOUMENGOUNG:

    /1FM7/A nous les planètes lointaines !

    DEMANG :

    /3CM7/Et le ciel se couvre de nuages !

    TOUMENGOUNG:

    /2F#dim/Il va pleuvoir !

     

    Refrain 2 :

     

    TOUMENGOUNG:

    /1FM7/Affrontons, affrontons le tonnerre !

    DEMANG :

    /3CM7/Et nous serons les dieux de l'Univers !

    TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Il est trop tard !

     

    Refrain 3 :

     

    TOUMENGOUNG:

    /1FM7/Avance, avance encore !

    DEMANG :

    /3CM7/Elargissons les bornes du partage !

    TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Pour nos enfants !

     

    36

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Mon ami, mon ami !

     

    DEMANG :

    /2F#m/Mon frère, mon frère !

     

    /3Gm/TOUMENGOUNG:

    Es tu bien près de moi ?

     

    DEMANG :

    /2F#m/Je suis près de toi, ne crains rien !

     

    Refrain 1,et TOUMENGOUNG:

    /3Gm/As tu prêté serment ?

     

    DEMANG :

    /2F#m/A notre roi comme chaque matin !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Et à Morjine, notre grande prétresse ?

     

    DEMANG :

    /2F#m/Pour elle, j'égorgerai un animal vivant !

     

    Refrain 2, et DEMANG & TUMMENGOUNG:

    /2Em/Yieuille ! Ouh ....

     

    TUMENGOUNG:

    Assez !

     

    DEMANG :

    Encore !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG :

    /2Em/Hue !

     

    TEMOUNGOUNG:

    Vizir ! Lasem !

     

    DEMANG:

    /2F#m/ Explique nous !

     

    LASEM :

    /2Em/C'est bien, continuez !

    /1Bm6/Nous marchons dans le sens de l'Histoire...

    Les savants du Purgatoire l'enseignent déjà dans leurs universités...

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG :

    Hue !

     

    TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Vérité !

     

    DEMANG:

    /3Gm/Justice !

     

    LASEM:

    /2Em/C'est bien, continuez !

    /1Bm6/Les égoïstes de Santochan s'enfuient déjà sur les planètes du dedans !

     

    37

     

    Refrain 3, et TOUMMENGOUNG:

    /2F#m/Que notre sang se multiplie !

     

    DEMANG:

    /3Gm/Que tous nos rêves s'accomplissent !

     

    refrain 1, et TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Oui, j'irai vers le peuple !

     

    DEMANG:

    /3Gm/Et quel est ton message ?

     

    TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Nos coutumes sont vraiment sacrées !

     

    DEMANG:

    /3Gm/Tout l'Univers pour Morjine !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Ouh !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Assez !

     

    DEMANG:

    /2F#m/Encore !

     

    38

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/A bas les immoraux !

     

    DEMANG:

    /2F#m/Détruisons les ! Détruisons les !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Ecrasons les, écrasons les !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    Heï ! Hou ....

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Mon ami, mon ami...

     

    DEMANG:

    /2F#m/Mon frère, mon frère ...

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/As tu peur de la mort ?

     

    DEMANG:

    /2F#m/La vie est un procès !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    Heï !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Ah que le peuple est sage ...

     

    DEMANG:

    /2F#m/Libérons le ! Libérons le !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Dignité !

     

    DEMANG :

    /2F#m/Justice !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/A bas la pauvreté !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Hue... Yieuï !

     

    39

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Une chemise pour chacun !

     

    DEMANG:

    /2F#m/C'est le respect ! C'est le respect !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Et l'air conditionné pour tous !

     

    DEMANG:

    /2F#m/C'est la santé ! C'est la santé !

     

    TUMMENGUNG:

    /3Gm/A bas la pauvreté !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    /2F#m/Ouh... Yieuï !

     

    Refrain 2, et TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Assez !

     

    DEMANG:

    /2F#m/Encore !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG:

    Hue !

     

    TOUMENGOUNG:

    /3Gm/Vizir ! Lasem !

     

    DEMANG:

    /2F#m/Le piège est-il maintenant parfait ?

     

    LASEM :

    /2Em/Votre contentement est trop visible...

    /1Bm6/Si vous voulez que nos esclaves

    donnent leurs vies pour notre cause

    /2Em/ éveillez l'esprit de vengeance !

    Hypnotisez l'intelligence !

     

    /1Bm6/Maintenant je vois que les gardes

    Conduisent jusqu'ici la belle gonzesse Nanihi...

    /2Em/Vous pouvez disposer !

     

    DEMANG & TOUMENGOUNG sortent, sur le refrain 3

     

    40

     

    LASEM

    /2F#m/Nanihi, je t'aime

    Et je voudrais te protéger.

    Pourquoi me résistes tu ?

     

    NANIHI

    /2GM7/Si tu m'aimes

    Laisse moi quitter cette planète mal heureuse

    Laisse moi retrouver Oriata !

     

    LASEM

    /2C9m/Tu le sais, c'est impossible...

    /1C6/Le peuple veut te sacrifier sur l'autel de Morjine

    /2C9m/Afin de bénir les combats de demain ...

    Accepte de coopérer!

    Otéotéo, notre empereur nous fera prince et princesse

    De ta planète Santochan !

    Ensemble nous guiderons ses habitants...

     

    NANIHI:

    /2GM7/A quoi bon conquérir le paradis

    Si c'est pour le transformer en enfer ?

     

    LASEM:

    /2C9m/Notre planète est surpeuplée

    Nos femmes sont fécondes...

    /1C6/Ta planète est presque déserte

    Ne soyons pas égoïstes !

     

    NANIHI:

     

    /2GM7/Aime celle qui va librement vers toi

    Et laisse fuir celle qui ne veut pas de ta prison !

     

    LASEM:

     

    /2C9/C'est impossible...

    Je serais accusé de trahison !

    /1C6/Je serais égorgé à ta place sur l'autel de Morjine !

     

    NANIHI:

     

    /2GM7/Tous te craindraient plutôt pour ton audace

    Tous penseraient plutôt

    Que tu t'appuies sur une magie plus puissante...

    La magie de l'Amour

     

    NANIHI, danse en fredonnant, et LASEM, à genoux:

     

    Oh Nanihi... Que tu es belle!

     

    /2C9m/Gardes!

    Saisissez vous de la princesse du Paradis ...

    Enchaînez la à cet arbre ...

    /1C6/Je crains qu'elle ne connaisse une danse magique

    Et ne parvienne à s'envoler...

     

    Nanihi, je t'aime, et je veux te garder !

     

    /2C9m/Maintenant je vois qu'arrive notre empereur,

    Otéotéo, lui-même !

    /1C6/Ecoute bien, et réfléchis ...

     

    41

     

    OTEOTEO:

    /2Bm/ "Pou ! Yiaï ! Hieu ! Hieu ! Kayeu...

    /1B9m/Lasem! Lasem!

     

    LASEM:

    /1B7+/Je suis là, grand roi, héritier légitime,conquérant de l'Univers!

     

    OTEOTEO:

    /7B/Critique moi !

     

    LASEM:

    /6B7M/Tous tes actes sont corrects...

    Continue!

     

    OTEOTEO:

    /1Bbdim/Pou ! Yiaï !

    Potet! Potet!

    ...Encore en retard comme toujours !

     

    POTET:

    Je suis là, grand roi

    Prêt à mourir pour l'idéal !

     

    OTEOTEO:

    /5Bbdim/Assis ! Debout !

    A droite! A gauche!

    ... Potet ! Que tu es lent !

    Et puis la droite , c'est là ...

    La gauche c'est là ...Concentre-toi, réfléchis !

     

    POTET:

    /6Bb/Pardon, chef, pardon !"

     

    /4G#/En fait la droite de Potet est la gauche d'Otéotéo

    c'est ça l'erreur qu'il lui faut corriger...

     

    OTEOTEO:

    /3G/Pou ! Yiaï !

    Lasem !

    Le peuple a-t-il confiance en lui-même ?

     

    LASEM:

    /3Cm/A ton appel quarante millions de volontaires

    se sont présentés pour les combats de demain !

     

    OTEOTEO:

    /3G/Est-ce que je ne fais jamais d'erreurs ?

     

    LASEM:

    /3C/Tu es notre chef et notre exemple

    Tu nous rends l'espoir !

     

    OTEOTEO:

    Pou ! Yieuï !

    Ah Lasem !

    /3G/Tu sais à quelle perfection spirituelle j'aspire ...

    Sans cela, pourquoi accepterais-je

    la lourde charge de l'Empire ?

    /4G#/Potet ! Potet !

     

    POTET:

    /8Bbdim.Je suis là, grand roi, prêt à mourir pour l'idéal !

     

    OTEOTEO:

    /5Bbdim/Assis ! Debout !

    A gauche! A droite !

    En arrière ! En avant !

    /3Cm/Potet, tu fais de grands progrès...

    A plat ventre!

    Sous terre!

     

    /1Em7/Potet gratte le sol et OTEOTEO rit:

     

    MoaaaaaaaAAAAAaaH!

    /3Cm/... Potet, j'admire ton humilité !

     

    POTET:

    /8Bbdim/Pardon, chef !

     

    Il sort, et OTEOTEO:

    Pou ! Yieuï !

    /3Cm/Ah quelle idée géniale que ce bataillon de pilotes kamikazes

    Là on voit la force de notre race qui ne craint pas la mort !

    Quel noble suicide que celui de ces combattants au coeur de cristal !

    Lasem...

    /5bdim/As tu déjoué tous les complots ?

     

    LASEM:

    Tes adversaires et leurs familles ont tous été éliminés...

     

    OTEOTEO:

    Pou! Yieuï !

    /3Cm/Les chefs des autres planètes se doutent-ils de nos plans ?

     

    LASEM:

    /2D/Je suis allé au devant d'eux avec des sourires et des révérences...

    /2G6/Les danseuses d'enfer nous accompagnaient ...

    Ils ont admiré la grandeur de nos siècles disparus

    Et la placide dignité de nos ancêtres...

    /2D/Nous leur avons donné des médicaments et vendu des armes obsolètes,

    et eux nous ont donné le titre de sages d'honneur.

     

    OTEOTEO:

    MoaaaAAAAaaaah !

    /2A7/Ecrase le faible et flatte le puissant !

    /2D/Ainsi les chefs ennemis

    nous respecterons mieux que leurs propres citoyens ...

    Pou ! Yiaï !

    ....

    /2G6/Je vois que tu as fait conduire ici la belle princesse d'Aétoéraw ...

    Si elle n'accepte pas de coopérer

    Elle sera exécutée dès demain sur l'autel de Morjine !

    Pou ! Yieuï !

    /5Bbdim/Potet ! Potet !

     

    POTET:

    /8Bbdim/Je suis là, grand roi, prêt à mourir pour l'idéal !

     

    OTEOTEO:

    §2D§A droite ! A gauche ! Assis ! Debout !

    En avant ! En arrière ! tourne !

    Pas sur toi, imbécile !

    Tourne en rond !

    Plus lent ! Plus vite! Plus lent!

    Plus vite ! Du rythme, bon sang !

     

    POTET:

     

    /2A7/Pardon, chef , s'il te plait

    Ne donne qu'un ordre à la fois !

     

    OTEOTEO:

    /2D/Appelle moi : "camarade" ...

     

    POTET:

    /2A7/Oui, chef...

    Les femmes de toutes les planètes

    /8Bbdim/seront séduites par ta virilité et ta sagesse !

     

    OTEOTEO:

    Pou ! Yieuï !

    MoaaaAAAAAAaaaaaah !

    /2D/Ah ! Potet !

    Tu me mets de bonne humeur...

    /5Bbdim/Suis moi ...

    Et vous aussi , gardes, suivez moi !

    /2G6/A boire ! C'est ma tournée !

    Vous êtes tous invités

    aux frais du contribuable !

     

    /2GM7/Il sort, et LASEM dit:

     

    /6Gm/Nanihi

    Désormais personne sinon moi parceque je t'aime

    Personne d'autre ne pourra te protéger...

    Accepte de coopérer !

     

    NANIHI:

    /11Gdim/Je vois au loin l'Oiseau de paradis qui vient me délivrer...

     

    LASEM:

    /8Gdim/Quel oiseau ?

    Il n'y a plus aucun oiseau dans le ciel de Téahitoutaï!

    On les a tous avalés pour devenir invincibles !

     

    42

     

    /2GM7/Lasem scrute l'horizon, et reste quelques temps pétrifié .

     

    /5Gdim/Oriata, caché derrière un buisson

    attend le bon moment pour assommer Lasem ...

    /2Gdim/Le chant et les couleurs de l'Oiseau du Paradis

    résonnent dans sa mémoire avec un éclat éternel ...

    /8Gdim/Et sa prière s'élève vers le Dieu des Univers

    comme un parfum au delà de l'espace et du temps.

     

    43

     

    /2GM7/ maintenant LASEM de nouveau s'agite et chante :

    Aucun oiseau ! je ne vois aucun oiseau !

     

    /6Gm/LE PHENIX surgit comme la foudre, et bouscule LASEM, qui crie :

    /3Gm/Qui est tu, toi ?

     

    LE PHENIX:

    /1C/Je suis un Oiseau du Paradis !

     

    LASEM:

    /1F/L'oiseau du Paradis est une légende !

    Il n'y a plus aucun oiseau de cette espèce depuis dix mille ans

    Sur cette planète !

     

    LE PHENIX:

    /1C/Je suis un symbole qui nourrit la mémoire des hommes d'âge en âge !

     

    LASEM:

    /1F/Tu es un imposteur!

    Il y a dix mille ans, le dernier des oiseaux du Paradis

    A donné sa vie pour Morjine, sa grande prêtresse

    Afin qu'elle devienne immortelle

    Et guide notre peuple !

    Tu es une imitation, un coucou!

     

    LE PHENIX:

    /1C/Je suis un rêve qui peut dompter ta chair !

     

    /1F#M7/L'Oiseau se précipite sur LASEM, qui chute un peu plus loin et dit :

     

    /2F#/Si tu étais vraiment l'Oiseau du Paradis

    Celui qui fut le maître de Morjine

    Tu n'aurais pas besoin de ce combat !

     

    LE PHENIX:

    /1Am/Oui, Morjine fut mon élève, il y a si longtemps

    /5Bb7M/mais elle a mis la connaissance au service de ses illusions

    et elle en est la prisonnière !

     

    LASEM:

    .2Bm/Si cela était vrai,

    cela se saurait sur toutes les planètes !

     

    LE PHENIX:

    /1Am/Les humains n'entendent que ce qu'ils veulent entendre...

    Mon langage, ils l'interprètent à leur façon...

    Ils changent le sens des mots à leur guise...

    /1C/Voilà pourquoi j'apparais sous tant de formes diverses !

     

    LASEM:

    /5Bbdim/Disparais, fantôme !

     

    44

     

    LASEM attaque l'Oiseau , qui le renverse.

     

    LASEM :

     

    /3Cm/Si nous sommes vraiment la planète du Mal

    Pourquoi Dieu tolère-t-il notre puissance ?

     

    LE PHENIX:

    /1C/Ta puissance n'est qu'un voile sur la peur de ton coeur solitaire !

     

    LASEM:

    /3Cm/Si tu es l'oiseau du Paradis, alors dis moi

    Pourquoi les habitants de la planète Terre

    S'enfuient comme des lâches evant nos premiers pilotes ?

    Pourquoi tant d'eux adoptent le culte de Morjine ?

     

    LE PHENIX:

    /1FM7/Le Paradis est une Lumière dans la Conscience

    Celui qui la dédaigne s'en prive pour longtemps.

     

    LASEM:

    /3Fdim/Si tu es l'Oiseau du Paradis

    /8Fm/ alors exauce mon Amour.

     

    LE PHENIX:

    /3Cm/Tu t'infliges une peine dont tu peux te détacher.

     

    LASEM:

    /3Fdim/Esprit illusoire, disparais !

     

    LE PHENIX:

    /1F/Prépare-toi à t'effacer !

     

    /1Ebm/HAMSADEA se lance sur LASEM

    et le bouscule d'un coup d'aile.

    1Dm/Pendant le combat

    ORIATA parvient à libérer Nanihi de ses chaînes

     

    LASEM:

    /3G/Tu m'as renversé ...

    Tu n'es donc pas une illusion !

    /1D9/Et je n'ose appeler au secours

    /3G/de peur de perdre la face

    /1F/Finissons en !

     

    /5Dm/LASEM attaque et s'effondre après le choc, et crie:

     

    /1Bbm/Au secours !

    Au secours !

    Je meurs !

    /5Dm/Mais je veux comprendre !

     

    45

     

    LE PHENIX:

    "Kiou !

    /3Cm/Oriata, Nanihi

    Il veut comprendre...

    Tendez vos mains vers cet homme qui meurt

    Afin de le ranimer.

     

    NANIHI:

    /10D/Mais le palais est cerné de gardes ...

    Nous devons fuir !

     

    LE PHENIX:

     

    /8C+/Ne craignez rien

    Mon amour vous protège au-delà de la mort

    /8C7+/Et tout ce monde , dans ce palais

    Est plongé dans un sommeil aveugle !

     

    /7CM7/ORIATA et NANIHI tendent leurs mains

    et lancent en chantant des rayons de Lumière

    /3CM7/vers le corps de LASEM qui après un temps s'éveille et crie :

     

    /1Bb/Au secours ! Au secours !

    Où suis-je ?

    Qui suis-je ?

    ...Enfin...le cauchemar est fini...

     

    /2A7/Oui, j'étais plongé dans un profond sommeil ..

    /2C13,9m/Et dans mon rêve

    J'étais un jeune étudiant...

    Je vivais dans une immense forêt

    /1C7/ près d'un vieil homme

    /3C7/presque transparent.

     

    Son nom était... Sobrial...

    Sobrial m'enseignait la science de l'Univers

    Et me disait souvent :

     

    SOBRIAL :

     

    .5C9m/Prends garde à ne pas mettre la science que je t'enseigne

    au service de tes illusions

    car tu en serais le prisonnier pour longtemps...

    /3Cm/Qu'elle t'aide au contraire

    à purifier ton âme, ton corps et ton esprit

    /7CM7/ pour éveiller en toi les Soleils de l'Amour

    A chaque souffle de ta vie !

     

    LASEM continue :

     

    /3CM7/Mais j'étais impatient ...

    Et un matin

    je vis Osipeh, reine des Ondines !

    /3D7/Elle chantait en dansant

    Sur la berge d'un lac dans la forêt.

     

    Son corps était de rosée, il frémissait

    parcouru de vagues minuscules ...

    /5CM7/et je voulus la posséder

    Sans m'être préparé à tant de beauté ...

     

    Alors je fis usage de ma magie ...

    Je l'enveloppais de ma terreur et de mon rire

     

    /9Bbm/Hélas dès que mon chant lui fit tourner la tête

    Je fus brutalement transformé en un misérable insecte !

    /1Bbm/Et je criais :

    Au secours ! Au secours !

    C'est alors que je vis Sobrial

    Tout en bleu phosphorescent et transparent comme le Ciel

    /10Bm/et il posait son pied sur mon épaule

    et il allait me piétinner

    /2Bm/et je criais :

    "Délivre moi !

    Mais je veux vivre !"

     

    Alors il a reculé de quelques pas et dit :

     

    SOBRIAL:

    /3Gm/Es tu bien sûr que tu veux vivre dans la carapace de tes erreurs ?

    Laisse ton âme s'évader

    Redeviens un enfant, et apprends...

     

    LASEM:

    /2GM7/Et moi je criais :

    "Au secours ! Au secours !"...

    C'est alors que je m'éveillais

    Et que je vous trouvais ...

    /2G6/Qui suis-je ?

    Où suis-je ?

     

    LE PHENIX:

    /3Em/Tu étais le vizir de la planète Téahitoutaï...

    Nous t'avons vaincu et ranimé

    /7Em/afin que ton âme ne multiplie pas

    des fantômes vampires dans tout l'Univers...

    / 1B7/afin que tu te repentes

    Et devienne notre allié...

     

    LASEM:

     

    /3Gm/Oui

    Maintenant je me souviens ...

    Tu es l'oiseau du Paradis ...

    Et vous êtes

    Oriata et Nanihi...

    /4 Em6/Ah comme j'aimerais renaître sous la forme d'un enfant

    /2Em/assez sage pour vous obéir...

     

    Comment deviendrais-je votre allié ?

    /1Am/Je n'eus jamais que le pouvoir

    de me nourrir des illusions de mon peuple

    /2Em/afin de fortifier mes propres illusions...

     

    /2Edim/Oui, j'ai compris la leçon

    J'étais de ceux qui sacrifiaient à la gloire du monde

    Et je ne récoltais que la mort à chaque seconde

    Croyant qu'on peut voler le Vrai par la proclamation...

     

    /3D7/O Grand PHENIX exorciseur,

    Consume moi de ton rayon...

    /3G/Que je devienne ton allié pour toujours...

    Alors ton vol sera le vol de mon âme éternelle !

    /5C9m/Voici toutes les forces de mon âme

    Fais en ce qu'il faudra ! "

     

    /2Ebm/LASEM se prosterne et LE PHENIX dit :

     

    /1B7/ "Oriata, Nanihi

    Lancez vers cet homme

    Les rayons que je vous ai confiés jadis !"

     

    46

     

    /10Bm/ORIATA et NANIHI tendent leurs mains vers Lasem

     

    /1Bb/Ils chantent, et lancent avec leurs paumes immobiles

    des rayons de Lumière

    sur leur nouvel allié.

    /6Bbm/Le corps de Lasem expire et s'effondre.

     

    LE PHENIX:

    /1Bbm/ "Enfin l'âme de Lasem

    S'est délivrée de sa carapace.

     

    NANIHI:

    /2Ebm/Oiseau de Paradis ,

    par où allons nous fuir ?

     

    LE PHENIX:

     

    /1B7/Nous fuirons par le ciel !

    Je vais vous transformer en deux minuscules gouttes de rosée

    /10Bm/ plus petites que des grains de sable ...

    Et je vous cacherai dans la prunelle de mes yeux ...

    /1Bb/Et je vous emporterai sur la planète de la synchronisation

    La planète ROTAHIRA'A ...

     

    /6Bbm/Là je vous rendrai votre forme humaine

    /1Bbm/ et vous apprendrez à régner parmi les lions...

    /2D6/Puis je vous confierai une enfant /si l'acteur est mâle , mettre au masculin/

    Née avec l'âme purifiée de Lasem

    /1Dm/Elle s'appellera Hoani

     

    Elle grandira parmi les lions ...

    /2D6/Plus tard, elle partira sur la planète TERRE

    A la recherche du GRAAL...

     

    /1Bb/Allons vers cette tour...

    C'est de là que nous nous envolerons !

     

    47

     

    /2A/Lorsque les gardes découvrirent le corps de Lasem

    /1Bb/ils l'emportèrent pour l'empailler

    1Bb7M/ et vénérer sa forme

    et cultiver sa mémoire

    /1Bb6/sur toutes les planètes conquises.

     


    votre commentaire
  • Les indications de type /6Dm6/ pour accompagner le chant du poème à la guitare sont explicitées dans l'avant propos situé avant la section 1 . Ci dessous élèves de l'atelier théâtre 3 eme millénaire en 1989 ou 1990 dansant sur le chant de  la section 74. Au premier rang de g à d, Hinarii, Milanda, Maruia.

     

    D.O.Tron : Clé 82, sections 48 à 76 : la planète Rotahira'a, édition du 15-02-2013

    ______________________

    48

     

    /1Am/ Et Hamsadea, l'oiseau de Paradis

    emporta Oriata et Nanihi

    /6Dm6/ sur la planète Rotahira'a !

    /1E7/Et ils chantaient

    et dansaient en chantant

     

    *

    49 /REFRAIN /

     

    /1C/Et Hoani grandissait

     

    dans l'exemple de l'amour d'Oriata et de Nanihi

     

    /1F/... dans l'exemple de la maîtrise

     

    des élans fauves de leur forme humaine

     

    /1E7/Rotahira'a !

    une planete rayonnant dans l'infini

    /1F/une planete pour apprendre le paradis

    /1C/une planete pour dompter les lions d'humaine folie

    /1E7/une planete pour grandir dans les rayons divins

    /1F/dans une joie qui n'aura jamais de fin !

     

    *

     

    50

    /3Gm/La mer étincelle aux rayons de la lune ...

    /1C7/La vague s'enroule à ton corps et s'évanouit

    /1FM7/et tu as fait boire à son doux fracas

    /1Bb/tes cheveux luisants ....

     

    /3Gm/Dans tes yeux j'ai vu

    les poissons te traverser...

    /1F/Dans tes mains je sens

    remonter le temps nos rayons de vie...

     

    /3Gm/Au loin tourne un phare ou sonne une cloche ...

    /1Bb/Un bateau l'évite en le saluant....

     

    /1C7/Tout près la foret s'ouvre à toi et sa rosée ...

    /1FM7/Oh les pecheurs tirent ,tirent les filets !

    /3Gm/Scintille la mer où se balance une méduse ...

    /1Bb/Oh rameur passons passons la barre...

     

    /1C7/Quand tu reviendras avec les poissons d'argent

    /1F/les enfants iront en courant

    sortir de leur nid de branches...

     

    /3Gm/Plonge toi encore

    dans la mer à midi ...

    Retourne ton corps

    pétri dans le sable ...

    /1FM7/.... Approche tes lèvres !

     

    *

    /REFRAIN /1E7/1F/1C/1E7/1F/ou Strophes de syllabes rythmiques ou de percussions/

    *

    51

     

    /2F#/Les abeilles ont suivi la riviere jusqu'à toi

    et j'ai trouvé

    /2G/où tu avais caché ton miel et ton lait

    je l'ai trouvé ...

     

    /2A7/Sirène viens sous l'arbre ombragé

    que je te donnes un baiser, /2D/un baiser

    avec la fleur que j'ai cueillie

    sur ton épaule ...

     

    /2F#/Une barque lancée comme un ricochet

    /2G/se balance au jonglement des vagues

    /2A7/et le vent frissonne à travers les feuillages de ta peau !

     

    /2D/... Au milieu du lac a plongé la sirène

    mon navire avance à l'odeur de ses tresses ....

     

    /2F#/Tu as l'odeur de la lionne et le regard de la biche

    ....à mon baiser

    tout ton corps s'enivre en scintillant

    du parfum de la vallée !

     

    /2G/O toi mon amour approche et je t'embrasse,

    /2A7/les levres perdues dans le ciel de tes seins

    ... /2D/ L'horizon respire aux reflets de ta houle !

     

    /2F#/Le midi où je lève la voile de ton rêve

    /2G/au soleil gorgé d'oranges

    /2F#/ta lèvre souffle un vol d'oiseau

    où ma main berce ton regard ...

     

    /2G/O toi mon amour approche et je t'embrasse,

    /2A7/Chacun des nuages a de l'eau pour la plante

    ... /2D/ L'horizon respire aux reflets de ta houle !

     

    /2D/... Au milieu du lac a plongé la sirène

    mon navire avance à l'odeur de ses tresses ....

     

    /2A7/Aux quatre coins du ciel et de la terre

    et de la voix lactée

    /2D/o toi bergere des galaxies

    des îles et des amants

    /2F#/tu nous gardes l'immensité !

     

    /2G/...Et sur le lac les enfants t'appellent

    aimantés par tes cheveux

     

    et je donne mon coeur

    à être bu

    /2G6/par ton sourire de lune !

     

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

    *

    52

    / Les 3 séries de parenthèses encadrent les poèmes d'Angélina Riro Tauhiro que j'ai intégrés dans la clé 82, en leur associant des accords de guitare pour les chanter/

     

    ((( /2Em/Comme la pluie pour la semence,

    /1F/comme le nuage pour la pluie,

    /2Em/comme le vent pour le nuage :

    /3D7/l'homme et la femme ...

     

    /3G/Comme l'oiseau pour l'arbre,

    comme l'arbre pour l'oiseau,

    /2F#/omme le papillon tout en couleurs

    /3G/et la fleur parfumée :

    /9Am/l'homme et la femme

    /6Gm/faits l'un pour l'autre....

     

    /5Am/Comme le grain de blé pour la terre et le pain;

    /3Gm/comme la rivière et le vallon profond ,

    /9Am/comme la nuit et l'étoile,

    comme le soleil et le nuage,

    /5Bb7M/comme l'air et les paroles d'une chanson :

    l'homme et la femme

    /1Bb6/faits l'un pour l'autre....

    /5Bb7M/unis et différents , complémentaires

    /2E7/pour l'aventure

    dans la Vie Eternelle )))

     

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

    *

    53

     

    /2G6/Pose ta tête sur mon épaule ...

    /3D7/Souris au ciel et à la mer !

    /1Eb7/L'oiseau de paradis s'est posé /1D7/sur la cime de l'arbre...

    /2G6/Entends son souffle dans nos coeurs !

     

    /1C/Il vole d'île en île

    /1G7/ fait son nid dans tes cheveux ...

    /6Eb7/Tu es la beauté faite fille ...

    /1G6/es vertus à chaque pas rayonnent !

     

    /1Eb7/Par dessus le ciel encombré de nuages

    /1G6/tu as levé mon phare d'amour,

    /1D7/tu as plongé nue dans les vagues,

    /3D7/dans les eaux miroirs du soleil !

    /6Eb7/Tu m'as tendu la main et pour me plaire

    /3G/tu as reçu ma foudre mon éclair !

     

    /1Eb7/Dans ton regard une source a surgi ...

    /2G6/Tu danses même sous la pluie !

    Dans la forêt tu sais faire ton lit ...

    /1C/Ta douceur jamais ne tarit !

     

    /3D7/...J'ai bu à la colline de ton sein

    /1G7/ta paix en dépit des tempêtes

    /1D7/ta danse est mon seul trésor

    /1G7/mon chant ta seule parure !

     

    /1C/...Oh vois : l'oiseau prend l'élan de son vol

    ... Que nos baisers nous purifient

    /3D7/dans les courants de la cascade

    /2G6/où tu trouves tes couleurs !

    *

    REFRAIN ou danse rythmique /1E7/1F/1C/1E7/1F/

    *

    54

    /poème de Riro sur lequel j'ai mis des accords, en fait ce poème est composé de strophes en français et en tahitien, j'ai placé celles en tahitien dans la clé 51/

     

    ((( Nanihi :

     

    /2G6/J'ai faim de ta voix de ta /1C/bouche ...

    /2Bm/Dès l'aube je guette

    dans le jour nouveau

    /1Am/le bruit d'eau de tes pas !

     

    /2G6/J'ai faim de ton rire de tes mains ...

    /1C/Je veux savourer ton corps

    comme un nectar, comme du miel ...

     

    /5AM/Mon coeur est brûlant ...

    /7Em/Il te cherche comme le soleil /1C/qui se lève à l'horizon !

    /1Am/Je t'aime ...

    *

    ORIATA:

    /2G6/Contentons nous , entends le /2Bm/bruissement de la brise

    /1Am/venue de l'infini !

    /3D7/L'oiseau de paradis accompagné par des millions d'oiseaux

    Chante un hymne de louange

    A Dieu qui nous protège ....

     

    §1Am/Tout doucement tu t'éveilles,

    mon amour...

    /2G6/Tes yeux sont des océans ...

    /3Cm/Ton corps nu est doux comme les pétales /7Em/de l'hibiscus ...

    /2Em/Tes lèvres sont sucrées

    comme la papaye /5Am/jaune soleil !

     

    /3Gm/Ton front est une fontaine /1Fm/d'eau claire ...

    /6Eb/Ton coeur bat au rythme du mien !

    /4C#m/Mon souffle est accordé au tien ...

    *

    NANIHI :

    /3Gm/J'ai faim de ta voix de ta bouche !

    /2Bm/Dès l'aube je guette

    dans le jour nouveau

    /5Am/le bruit d'eau de tes pas ...

     

    /2G6/J'ai faim de ton rire de tes mains ...

    /1C/Je veux savourer ton corps

    comme un nectar, comme du miel !

     

    /3Cm/Mon coeur est brûlant ...

    Il te cherche comme le soleil qui se lève à l'horizon ...

    /2G6/Je t'aime !

     

    Ta tête est d'or très pur ...

    /2Bm/Elle se dresse dans l'azur ...

     

    /5Am/Mon amour ,

    /5Am/tu es comme un rayon de jouvence,

    /5Bb7M/un trésor de semences,

    /4A7/un jardin parfumé

    /3AbM7/Une source d'eau claire

    /2GM7/pour nous miraculer ! )))

    *

    REFRAIN ou danse rythmique /1E7/1F/1C/1E7/1F/

    *

    55

     

    /1Am/Ton front brûle à l'horizon ...

    /2Dm6/Oh ton ventre est un nid d'oisillons

    /1Am/qui éparpillent à tous les vents

    l'odeur de ta moisson !

     

    /2F#/... Au creux de tes seins

    en légers nuages

    j'ai bu la liqueur de la joie ...

     

    /2Em/Les éclairs ont brûlé nos regards d'hier

    en clins d'oeil fugaces ...

    /1Am/Je suis une pierre /5Am/au bord du torrent

    /1Am/et si je m'y jette /2Em/on s'embrasse en flottant...

     

    /2A7/Tu es au creux de mes bras

    /2Dm6/cachée dans le sable

    /1Am/où les grains en brillant au soleil

    /5Am/dispersent leurs oeufs

    dans la couleur bleue du ciel

    dans les reflets de la fontaine

    /2F#/qui déborde à travers

    ta peau transparente à la lumiere !

     

    /2Em/Sous cet arbre on s'est trouvé

    ta main dans la mienne étincelle !

     

    /1Am/ Quand tu entres dans l'eau un rayon de feu nage ...

    /2A7/La mer disperse et multiplie

    les poissons les filets de pêche...

    /1Am/Une barque est partie là bas

    chercher le soleil

    /5Am/et boire à même tes lèvres

    ses rayons de miel

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

     

    *

    56

     

    /1B7/Avec un sac aussi léger que possible

    /5Am/pour le voyage quotidien

    /2F#/partout est ton pays

    dans la forêt ou sur le sable

    /2G6/Je t'aime. Miracle !

     

    /1B7/J'ai joué de la guitare

    /2Bm/Et tu t'es reposée dans l'envol ...

    Tu t'étires et rebondis

    pour guérir ton corps ,

    /1B7/grandir dans le songe vrai.

     

    /2Em/Modelons nos âmes

    dans la Lumière

    sans trous aveugles !

     

    Pilotons nos corps...

    Qu'ils accueillent

    le souffle Eternité !

     

    La sagesse, la douceur, la lenteur !

     

    /2F#/Dieu est la source d'Amour ...

    /5Am/Allons dans le jour,

    /2F#/enveloppés par le soleil.

     

    /2Em/Allons, soleils nés de ce Soleil

    Fidèles au lagon aussi

    /1B7/dès les premiers regards à l'aube.

    Ecolier, écolière.

     

    /5Am/Nos sexes joints ,

    /9Am/DU SOLEIL SUR DU SOLEIL !

     

    /2G6/Toi ouverte, moi tendu ,

    comme une seule fleur !

     

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

     

    *

    57

     

    /1F/Quand ton coeur silencieux

    laisse le vent et la lumiere

    /1D7/te traverser sur cette plage

    /3D7/une graine vient s'y déplier ...

     

    Ton visage sourit

    en pétales de fleur

     

    /2G6/...Tes cheveux flottent dans le vent ...

    Aimantés mes yeux t'appellent de loin !

     

    /3D7/Transparent je m'élance vers toi...

    Mes jambes s'envolent

    car la vie a un sens !

     

    /1D7/Bois à mon souffle la vague bleue

    qui nous soulève

    /2G6/et nous ouvre les yeux !

     

    /3D7/Viens ouvrir l'ecluse d'amour

    pour irriguer le jardin du paradis ...

    /1D7/O la vie est un éclair à brûler

    dans la clarté et la joie !

     

    /2G6/Dans le feu du Phénix renaissons sans cesse ...

    ./1D7/C'est le calcul divin pour toujours dévoilé !

     

    3D7/Préférons respirer l'air

    qui sait rendre un rêve fertile ...

    /2G6/Embrasse le jour et donne ton coeur

    au rayon éternel d'amour !

     

    /3D7/Evade toi de la pierre ensorcelée

    où ton vol s'est arrêté !

     

    /1D7/Dans le feu du Phénix renaissons meilleurs !

     

    /2G6/Et toi l'enfant

    vois le chemin de la liberté ...

    Laisse le te guider!

     

    /1D7/Invisible est son vol

    /3D7/sauf pour les yeux du coeur !

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

     

    *

    58

    /poème de Riro sur lequel j'ai mis des accords de guiutare pour chanter/

    (((

    NANIHI :

     

    /1Bbm/Si tu me dis un jour que tu es fatigué

    je me ferai repos ...

     

    /1FM7/Si tu me dis un jour

    ...que ma présence te pèse

    /1Bbm/je me ferai silence !

     

    /1FM7/Si tu me dis un jour

    ... que ton amour s'envole

    je me ferai désir !

     

    Si tu me dis un jour :

    /2Em/"J'ai faim de tes baisers"

    je me ferai tendresse !

     

    /1FM7/Si tu me dis plutôt tes ennuis tes tracas

    /1Bbm/je me ferai écoute !

     

    Si tu me dis un jour

    que mon regard te lasse

    /1FM7/je me ferai beauté ...

     

    Si tu me dis un jour

    /1Bbm/que je te désespère

    /1F/ je me ferai prière....

    *

     

    ORIATA :

     

    /1Bm/J'ai le coeur plein de chansons

    /1Bb/ui nous font danser notre amour ...

     

    /1Dm/ Parmi la foule des visages

    c'est le tien que j'ai choisi !

     

    /2F#/J'ai abordé à ton rivage ...

    /1Bm/ Tu m'as souris et je t'ai plu !

    *

    NANIHI :

     

    /2F#/Ta main sur mon corps

    /3G/me dit ton désir

    /2F#/et fait chanter mon coeur ...

     

    Ta main sur mon corps

    /3G/me dit ta passion ...

    /5A/Elle me dit ta bonté ,

    ta délicatesse ...

     

    /3G/Elle me dit la faim

    que tu as de mon bonheur !

     

    ..../2F#/ Ta main qui se referme

    sur ma chair sur ma peau

    /3G/et m'irradie de ta chaleur !

    ... Ta main ta main qui danse

    /2F#/une douce étoile d'amour !

    *

    ORIATA :

    /1Bm/Si tu me dis un jour

    /1Dm/ que tu nous veux

    sans discordance

    /1Bm/je me ferai effort

    je me ferai patience !

     

    /1Dm/Et nous nous comprendrons

    par la musique et la danse !

     

    /1Am/Nous nous endormirons

    avec la nuit ...

     

    /5Am/Nous nous éveillerons

    avec le jour !

     

    /2Em/Mais si tu ne dis rien ? )))

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

     

    *

     

    59

     

    /1C#/Lève toi

    /2D/et nage à travers l'espace

    /2Bm/où le cocon

    monte au long d'un rayon de soleil ...

     

    /2D/Oh l'éveil

    t'a soufflé sur le pierre

    /2A/à coté de l'endroit où tu as dormi ...

     

    /2F#m/Vois ta main

    /2G6/se leve en déchirant le voile

    /2F#m/et ton sein

    rayonne dans le matin !

     

    /2D/Tu m'appelais là bas

    quand le vent faisait voltiger les oiseaux

    /2A/et voilà que mes yeux mouillés de la pluie

    /2G6/ont atteint ton herbe et ta tente !

     

    /2F#/Et voilà que mon coeur entend

    le /2Bm/vol des ailes rouges et jaunes

    qui m'amènent jusqu'à toi !

     

    /2D/Mon amour

    Tu tiens mon coeur posé sur ta main

    /3G6/comme une fleur qui tremble à la brise

    /2Bm/et tes levres sont à ma peau

    /2F#m/ce qu'au lac est la feuille

    qui flotte à la surface de l'eau

    /2A/et frémis de l'oiseau qui l'emporte

    /2F#/et la lâche en plein ciel

    /2A/ Et elle tourbillonne

    avant de se poser ...

     

    /2Bm/ Les poissons virevoltent et font que l'onde voltige

    /2F#/ Oh la mer va caresser le ciel

    /2A/et dépose le sel que ma langue

    va chercher à ton cou !

     

    /2D/ Tu ne titubes pas

    /2G6/ avançant sur l'herbe de midi

    /2D/et pourtant tu es ivre du jour

    /2G6/et du faune qui t'aime !

     

    /2F#/Et un arc en ciel

    se lève au creux de tes reins

    /2F#/et d'un soubresaut

    tu as changé d'étoile et de barque

    /2Bm/et puis maintenant

    /2G6/te voici te levant dans mes bras,

    /2F#/nous voici soulevant notre voile !

    *

    REFRAIN ou danse rythmique

    /1E7/1F/1C/1E7/1F/

     

    *

     

    60

     

    /les sections narrant les voyages astraux de Nanihi avec Sobrial  sont inspirés des rêves que fit Riro, alors ma compagne, et qu'elle me raconta à son réveil lors d'un jeûne que nous fîmes ensemble  au bord du lagon de Haapiti/

     

    /1Bb6/Et Oriata et Nanihi se mirent aussi à jeûner

    /ABbm/indifférents à toute tentation

    On ne les piègera plus avec des requins

    aux ailerons de diamant !

     

    /1FM7/Au cinquième jour de jeûne

    alors qu'Oriata dormait

    /4Fm/l'oiseau Phénix apparait à Nanihi.

     

    /8Fm/Et NANIHI lui dit :

     

    /10F13/Emporte moi à travers le ciel

    pour une nuit de rêve

    et instruis moi pour me purifier !

     

    /9F#m/Alors Nanihi grimpe sur le dos de l'Oiseau

    /2F#7Elle s'accroche et voilà que le phénix survole les collines

    /2F#m/quand le soleil disparait derrière l'horizon !

     

    /5F#m/Et maintenant, le voila qu'il se pose

    sur la colline pres d' une cabane

     

    /9F#m/Il se poseprès à côté d' un grand trou rempli de cendres,

    il y a à côté un baquet avec de l'eau,

     

    /3C11/L'oiseau de Paradis demande à Nanihi :

    /5C13/Purifie toi avec l'eau, puis avec les cendres !

     

    /5C9m/" -Oh non " dit Nanihi ,

    "cette eau est froide ,

    /10C7/et pourquoi me laver pour me salir ensuite avec les cendres ?

     

    /1C7/Alors le Phénix répond à Nanihi :

    /3C11/Purifie toi avec de l'eau,

    /1B9m/puis avec les cendres !

    /1Bm6/Tu dois te protéger ainsi

    /AbM7/car nous allons survoler un pays de zombis

     

    /1FM7/Ils craindront trop de te toucher

    /5FM7/ car ces cendres sont encore un peu chaudes

    !

    /1FM7/Et Nanihi se lave avec l'eau froide

    /2DM7/t se recouvre entièrement de cendres

    et chante : /1Dm/

    "Le Feu éternel peut tout réduire en cendres !"

     

    61

     

    /2DM7/ Puis Nanihi monte encore sur le dos du Phénix

    /2D6/et le voyage continue .

    Ils traversent des tempêtes .

    /7DM7/et ils voient des âmes errantes, des zombis

    /9DM7/qui sautent vers eux le ciel

    et envoient leurs filets ou leurs lances

    pour attraper l'oiseau ou Nahihi

    /1Am/ mais à peine ils les touchent ils sont pulvérisés

    /2A7M/ Ensuite au sol les zombis retrouvent leur forme

    et ils chantent des hymnes à Nanihi qu'ils appellent déesse

    pour la flatter et la faire tomber

     

    62

     

    /8Am/

    Maintenant le Phénix glisse dans la direction du vent doux et serein

    /2A7/ et très haut dans le ciel bleu il dépose Nanihi

    /1A+ / sur un nuage où scintillent

    des étincelles de toutes les couleurs.

    /8Fm/Et le phénix demande à Nanihi de l'attendre

     

    /4Fm/Elle rêve de bijoux,

    elle tente en vain de s'habiller avec les couleurs

    /1Fm/et sur ce nuage qui la suspend en l'air

    elle est en colère contre Oriata

    §1FM7/qui l'a entraîné dans ce jeûne

     

    /1F/Puis soudain apparait Sobrial ...

    /3Fdim/Il se déplaçe droit comme une statue de verre bleu dans le ciel

     

    /8Fm/ et le voilà qui dit à Nanihi :

     

    /1FM+/ "Accueille les pour qu'elles soignent tes douleurs

    /3F6/et non pour une parade de fausse beauté futile !

     

    /8F6/Que ton coeur soit tranquille et dans un lieu tranquille

    /8F11/ Et petit à petit tu te purifieras

    /10F13/des ombres des désirs illusoires !"

     

    Et Nanihi demande :

    /8Fm/ "Comment fais tu pour voler sans même ouvrir tes bras ?

     

    SOBRIAL:

    /10FM7/Je ne suis qu'un rayon de la lumière source

    /8F6/et je peux voyager dans cette forme de Phénix

    Et changer de dimension à mon gré

    /1FM7/et respirer dans l'arbre ou dans les pierres

    /8Fm/Et apparaitre ainsi à chaque espèce

    dans les signes qu'elle déchiffre clairement !

    /3Fm7/Je suis un rayon Divin

    qui fait résonner ton rêve

    /9Fm7M/ je suis le silence source de ton chant !"

     

    63

     

    /3F7/" Oh Sobrial, dit alors Nanihi

    /4Fm/cesse de bavarder, guéris moi pour toujours

    et ne prends pas cet air fâché...'

     

    SOBRIAL:

    /9G13/ Non, j'ai seulement pris cet air sévère

    pour te donner l'élan de te dompter

    /3G13/9m/ et de dompter les fauves

    qui ont fait leurs nids dans tes sens et tes rêves ...

    /8F11/Dis moi quelle pensée pourrait les apaiser ...

     

    Et NANIHI répond :

    "Mon Dieu, pardonne moi mes offenses"

     

    /8Fm/, "Eh bien" dit SOBRIAL:

    garde ces mots gravés à l'intérieur de ton front

    /1FM7/ afin bientôt d'y lire leurs échos ...

    /3F6/ Ne laisse aucune autre image les obscurcir

    jusqu'à ce que je revienne très bientôt !"

     

    64

    /1F/ et Sobrial phosphorescent glisse vers l'infini !

    /3F6/Il disparait et maintenant

    des fantômes de lions et de lionnes sortent du corps de Nanihi pour la flatter...

    /7Abm/ Ils sont eux mêmes recouverts de larves

    /3Abm/Ils chantent tous un hymne à Nanihi la parfaite

    Et la voilà qui se vante et chante :"

    /1FM7/"Je suis une déesse

    Toutes mes volontés sont sacrées !

     

    /1Dm/ Sobrial est revenu

    à la vitesse de l'éclair !

    /7D9m/Il n'est plus bleu mais rouge et Nanihi comprend

    /1Dm/ qu'elle a perdu de vue les mots de sa méditation!

     

    /3D7/Alors Sobrial de nouveau bleu lui dit :

    /1D7/ "Suis moi !"

     

    65

     

    /7Dm7/ Ils nagent maintenant à travers un ciel nocturne

    /9Dm7/et parviennent jusqu'à un chateau en forme de cercle

    /8Fm/Sans toiture, entouré d'eau, avec deux tours au milieu..

     

    Et Sobrial explique :

    /1FM7/ " - Ici c'est une école

    pour apprendre à dresser les fauves qui t' habitent !"

     

    /1Bb/De l'intérieur on voit qu'au dessus des fenêtres

    /5F#m/ toujours ouvertes sans vitres ni volets

    /1FM7/sont gravés en caractères géants

    Les mots

    /3D7/"Concentration"

    "Amour"

    "Mensonge"

    "Vérité"

    "Douceur"

    "Colère"

    "Pardonne nous"

    "Menace"

    "Destruction"

    "Effort"

    "Endurance"

     

    /1D7/ et bien d'autres mots encore !

     

    Et Sobrial explique à Nanihi:

     

    /8Fm/ " Chaque fois que tu viendras en songe ici

    Le jeu c'est de fixer ton regard sans distraction sur chacun de ces mots

     

    66

     

    /3AbM7/Puis Sobrial conduit Nanihi au sommet d'une des deux tours.

    /4C#6/ Et il avance sur un filet de cordes jusqu' à l'autre tour.

    /8C#M7/ Ensuite il invite de loin Nanihi à traverser, à le rejoindre .

     

    /4C#6/ On voit , en dessous du filet , des fauves éblouissants ...

    Ils bondissent

    pour la saisir

     

    /3C6/Sobrial en criant rassure Nanihi :

     

    /1FM7/" - Avance, n'aie pas peur!

    ce lion malgré ses ailes ne peut pas voler

    /8FM/car il a plusieurs têtes trop lourdes qui se disputent

    /1Fm/et c'est ainsi qu'il reste prisonnier de cette fosse !"

     

    /8Fm/Mais Nanihi perd l'équilibre et s'affale

    sur le filet .

    qu'elle agroppe, et elle rampe.

    et elle a peur !

     

    Et Sobrial lui dit :

    /2F#7/" - Vois tu,

    beaucoup d'âmes errantes

    /4F#7/sont avides de ta beauté,

    /3C6/ mais c'est pour te croquer

    sans jamais se rassasier

    car rien ne peut les contenter !

     

    /1C6/ Alors ne laisse pas ton esprit s'enivrer de flatteries !

    /3C6/ Réfugie toi dans la pure Lumiere om tru t'effaces ...

    /8Fm/ Avance avec les ailes de ton souffle

    /3CM7/ vers la source en toi de la félicité !

     

    /5CM7M Nanihi maintenant est parvenue sur l'autre tour.

    /1FM7/Elle respire pres de Sobrial.

    /4E6/Puis ils s'élèvent dans le Ciel !

     

    /8Fm/Sobrial la dépose vers la berge

    /7E6/où sommeille Oriata.

     

    /1FM7/ nanihi s'allonge pres de lui

    /8Fm/ et un nuage sombre de douleur

    s'échappe de son corps

    et se disperse dans le ciel

     

    /1E6/ "Voilà," dit Sobrial "cesse d'idolâtrer

    ton reflet ou ton ombre...

    /3C6/ Ne piège pas les créatures avec ta science

    /3C/ et guéris par la netteté de tes choix d'harmonie ...

    /5C13/ Tel est le Divin Graal , fontaine de jouvence

    /2C13/ et reçois humblement toute bonne nouvelle ...

     

    67

     

    /2C13,9m/ Et maintenant Oriatas'éveille...

    /1C#m/ De la Lumiere pénètre de tous côtés son corps

    et celui de Nanihi !

     

    68

     

    /1FM7/Et SOBRIALchantait :

     

    "Voici un collier de graines

    /8Fm/Oriata, Nanihi, tenez vous par la main ,

    enveloppez vos doigts serrés dans ce collier de graines

    /1C#/ et avancez sans peur dans la forêt

    sans quitter ce sentier qui va jusqu' à mon ermitage

     

    /1C/Je vous attend là haut, ne soyez pas distraits ,

    car des créature vont tenter de vous égarer

    en se déguisant de ma forme de sobrial

    emplie de Lumière bleue !

     

    /8Fm/Quand elles essaieront de vous guider en mon nom

    Montrez leur ces graines avec 27 couleurs !

    /1C/ Chantez une apres une les strophes de chaque couleur

    jusqu'à ce que vous coeurs perçoivent ma présence

    /1F/ et vous verrez les imposteurs découragés

    car les chants des couleurs sont les clés pour m'inviter ...

    /1C/celui qui comprend leur sens ne peut plus tricher

    /1F/Que vos chants vous propulsent donc vers l'Infini

    /1C/Insistez le temps qu'il faudra , concentrés sur le rythme et les vertus

    /1F/jusqu'à ce que ces clés

    ouvrent dans vos consciences le portique des étoiles !

     

    69

     

    /1FM7/ Alors Oriata et Nanihi avançèrent dans la forêt

    en se tenant par la main, sans cesser de chanter

    /3Gm/Sur leur parcours des zombis déguisés en ascètes

    /8Fm/ en entendant leurs chants laissaient tomber leurs masques

    /8F11/ et laissaient voir leurs appétits réels ...

    /3F11/Ils étaient assoiffées de l'énergie des amoureux

    /1FM7/Mais lorsque les amants ouvraient leurs mains

    /3Fdim/et laissaient rayonner les graines de couleur

    /5F+/les zombis avaient peur que l'amour ne les efface ...

    *

     

    /1FM7/Ainsi Oriata et Nanihi

    parvinrent jusqu'à l'ermitage de Sobrial

    /3Fdim/ Et Sobrial maintenant flotte au dessus d'eux dans les airs

    /5F+/ Oriata et Nanihi s'énvolent alors à sa suite ...

    /1F+/ en montant ils vont danser tout autour d'eux

    /3Fdim/ d'innombrables oiseaux de paradis

    /9F+/ Ils croisent aussi des âmes qui descendent

    /8Fm/aimantés par les lampes des villages zombis ...

     

    70

     

    /1Dm/Oriata et Nanihi maintenant ont pris refuge

    sur une falaise face à la mer

     

    /2D/mais en atterrissant ils se trouvent face à face

    avec des zombis conquérants qui lancent sur eux des rochers

    avec une catapulte géante pilotée par téléphone portable

     

    /2G/Oriata trouve en lui la force d'un éclair

    pour les pulvériser !

    /2D/ les amants maintenant remontent dans le temps

    /2G6/ ils ont atteint sur une plaga un arbre gigantesque

    /2D/ et là ils chantent et des enfants viennent danser

    et des blessés viennent se faire soigner...

    /1B7/ Oriata et Nanihi ont creusé le sol d'où jaillit une fontaine...

     

    /1B+/mais là encore des zombis les attaquent avec des bâtons

    /4B9m/ il faut s'enfuir et demander encore de l'aide à Sobrial

    /1Bb/ qui les conduit jusqu'au rivage

    de la planète Rotahira'a

     

    71

     

    /8Fm/ Pendant qu'Oriata et Nanihi méditent

    face au soleil qui se couche sur la mer

    /2DM7/Sobrial se transforme en minuscule oiseau de Paradis

    /3D7/ il fait son nid dans le coeur d'Oriata...

    /3CM7/Oriata se voit minuscule dans le coeur de Sobrial

    immense et phosphorescent !

     

    /7CM7/ Et lorsqu'un zombi attaque déguisé en insecte

    /5CM7/ Oriata l'arrête en plein vol

    en lui montrant de loin

    la paume de sa main levée

     

    72

     

    /3D7/ Nanihi maintenant est retournée à l'école en forme de cirque.

    /3G/ Maintenant elle est animatrice et des enfants sont assemblés autour d'elle

    /3D7/ Elle chante avec sa guitare pour faire danser Hoani

    /3G/et les enfants dansent en imitant Hoani :

     

    *

     

    73

     

    /2Em/"Quand tu gravis la montagne

    /1F/pour toucher

    le soleil d'amour

    /2G/oublie ton nom ...

     

    Les yeux clos tu entends

    l'écho de tes cris d'enfant

    enivré

    du chemin de vie !

     

    /3D7/...ta bouche encore boit

    la pluie entre les pierres

    /2G/où vont se fixer

    les herbes éparses !

     

    /2Bm/Tu peux chevaucher le temps capricieux

    sans te soucier

    /2A/d'avoir à porter

    l'ombre de ton corps...

     

    Les vagues nous secouent

    et résonnent jusqu'en haut

    de la montagne frémissante ....

     

    /2F#/Ouverte est la porte

    aux vents qui charrient

    /2Bm/les graines de vie...

     

    /2D/Un aveugle errant

    cherche sa vue

    /2A/dans la foret,

    /2G6/dans le jour et dans la nuit !

     

    /2Bm/O toi le soleil

    d'où tiens tu ta lumière ?

    /2F#/... que tu donnes sans compter

    à la fleur qui rêve de toi !

     

    /2Bm/O brûle mes os

    et disperse mes cendres

    /2F#/sur la colline où s'éveille

    /2G6/un éclair une libellule ! "

    *

    /REFRAIN /

     

    /1C/Et Hoani grandissait dans l'exemple de l'amour d'Oriata et de Nanihi

    /1E7/Rotahira'a !

    une planete rayonnant dans l'infini

    /1F/une planete pour apprendre le paradis

    /1C/une planete pour dompter les lions d'humaine folie

    /1E7/une planete pour grandir dans les rayons divins

    /1F/dans une joie qui n'aura jamais de fin !

    *

    74

     

    /1C/Ici surgit la source d'amour

    /2G6/Devant Dieu soyons transparents ...

     

    Ne craignons rien dans cette /1Am/paix

    /2G6/Apprenons à nous transfor/1C/mer !

     

    /1C/Sur le sommet de la montagne

    /2G6/coule la Lumiere du bon/1Am/heur

    /2G6/dans nos esprits nos yeux /1Am/nos coeurs !

    /1Am/Reçois les clés de ton destin

    /2G6/pour la fête qui comblera ta faim ...

     

    /1G7/Dieu nous appelle

    /1G7/et ses soleils !

    /1Am/Respire le ...

    C'est lui ton souffle

    /2G6/tres haut tres haut dans ta conscience !

    /2G6/Il est là !

     

    /1C/Posons nos fardeaux d'illusion ...

    /2G6/Soyons légers pour avancer ...

    /1C/Chantons le beau le vrai /1Am/le bon !

    /2G6/sous le regard direct de /1C/Dieu !

     

    /1G7/Entends sa voix ...

    /1G7/Il chante en toi !

    /1Am/Vois le chemin

    /2G6/de ton corps de Lumiere !

    /2G6/Construis le !

     

    /1C/Fidèle à l'Idéal ,purifie tes/2G6/bonheurs ...

    /1Dm/ Denude toi toujours un peu plus /1C/devant Dieu !

    /1C/Bois à la source d'eau/2G6/ et de feu qui/1G7 /libère

    /1Dm/des faims trompeuses et des temples humains !

    /1Am/Sois à ton tour /1C/rayon d'amour ...

    /1C/Construis le Paradis sur /1Am/Terre !

    /1Am/Préfere ainsi l'étude créatrice

    /1G7/aux fêtes troubles des /C/vampires !

    /1Am/Brise tes peurs avec prudence,

    /2G6/ échappe à tous les esclavages !

    /1Am/ Alors la source donnera

    /2G6/tous ses secrets aux /1C /amoureux !

    /1Am/Fidèles à l'onde à la /2G6/rosée,

    /1Dm/nous deviendrons source/1C/ à jamais !

    /1Am/Fidèles à l'onde à la /2G6/rosée

    /1Dm/nous deviendrons source/1C/ à jamais !

    source à jamais !

    source à jamais !

     

    *

     

    REFRAIN :

    /1C/Et Hoani grandissait

     

    dans l'exemple de l'amour d'Oriata et de Nanihi

     

    /1F/... dans l'exemple de la maîtrise

    des élans fauves de leur forme humaine

     

    /1E7/Rotahira'a !

    une planete rayonnant dans l'infini

    /1F/une planete pour apprendre le paradis

    /1C/une planete pour dompter les lions d'humaine folie

    /1E7/une planete pour grandir dans les rayons divins

    /1F/dans une joie qui n'aura jamais de fin !

    *

    75

     

    /2G6/Soleil profond Soleil où s'éveille nos coeurs

    donne nous ton regard sur le monde ,

    /1Eb7/o toi dont la Lumiere

    traverse les cascades

    pendant que l'on s'y /2G6/ baigne !

     

    Et toi Hoani enfant d'homme blond ou brun;

    /1C/tu as tant regardé le ciel de l'aube au crépuscule

    qu'en basculant dans le sommeil

    /2G6/tes levres murmurent en rêve

    et clignent tes paupieres

     

    et maintenant

    /1C/l'oiseau de Paradis

    va te parler en langue claire ...

    car même dans la guerre

    où te bombardent les vampires

    /1Eb7/le Phénix est ton âme heureuse et immortelle

     

    76

     

    /1Bb6/Et Hoani fit un rêve, et dans son rêve

    /1FM7/l'oiseau de paradis lui demanda

    de partir pour la planète Terre

    /2A/ afin d'y témoigner de l'amour

     

    /1Eb7/A son éveil Hoani trouva le vaisseau spatial

    /2G6/annoncé en rêve par l'oiseau de paradis

     

    Apres un long voyage de galaxie en galaxie

    /1C/Hoani parvint jusqu'à la planète Terre

     

    En ces temps là sur cette planète aussi appelée Gaia ou Urantia

    /3Cm/les délegués de chaque continent

    s'étaient réunis sur une ile,

    /2Bm/à l'ombre d'un grand arbre fruitier

    /1C/pour conclure un accord de paix perpétuelle

    /2G6/et de partage organisé

    /2A/pour que l'humanité dans le respect de chaque individu

    /2G6/invente une gouvernance sociale mondiale

    /1Am/et développe pour de bon ses ailes de Lumière !

     


    votre commentaire
  •  

    Les indications  de type /2A/ pour accompagner le chant à la guitare sont données dans l'avant propos, avant la section1 de la clé 82. Ci dessous , répétition à Papeete. Je joue du toéré derrière Namoiata.

     

    D.O.Tron : Clé 82, sections 77 à 91 : la planète Terre, édition du 15-02-2013

     _________________

    77

     

    /2A/Et voilà ce qu'Hoani raconta aux délégués de tous les continents

    /2G/après avoir s'être posée sur la planète Terre :

     

    /Am/ "Il y a longtemps

    Très longtemps

    /2E7/Je quittais la planète appelée

    Rotahira'a

    sur les cartes du Ciel ...

    /Dm/Sur cette planète je régnais parmi les lions.

     

    /1E7/Dompter les lions.

    Guider les lions jusqu'aux étangs paisibles.

    /6E9/Tel était mon travail quotidien.

    /5E7/On m'appelait Hoani

    Hoani à la couronne d'azur.

     

    /6Dm6/Or une nuit je fis un rêve.

    /9DEm6/Je vis l'Oiseau du Paradis

    tout armé de ses rayons

    Et quand je m'éveillais

    je trouvais près de moi

    /1E7/un petit astronef de couleur bleue.

     

    J'y montais.

    Je déclenchais les feux du démarreur.

    /1Am/Je tirais sur la poignée de l'accélérateur.

    /1E7/Et je partis sur ce vaisseau spatial

    à travers l'obscurité scintillante d'étoiles !

     

    /5Am/Année après année

    je gravissais le temps en amont des âges

    et je parvins /1E7/jusqu'à la contrée du Soleil et de ses planètes ...

    /1Am/Me voici, près de vous.

    Dois-je continuer à vous parler ?

    Ou préférez vous que je m'éloigne simplement ?

    Je partirai sur votre seule demande ...

     

    OCEANIA

    /1E7/Je m'appelle Océania.

    .1Am/On me surnomme Fleur de Confiance

    Quel est le but de ton voyage ?

     

    HOANI

    /6Dm6/J'étais lasse de vivre parmi les lions.

    /1E7/Je voulais partir à la rencontre

    des femmes et des hommes

    /6E9/qui peut-être seraient mes amis

    Et continuer avec eux mon voyage...

     

    EUROPA

    /5E7/Je m'appelle Europa.

    On me surnomme fleur de Patience.

    Jusqu'où veux tu aller ?

     

    HOANI

    /5Am/Le but de mon voyage est le coeur du soleil ...

    /6Dm6/D'ici il semble quatre à cinq fois plus petit

    Que ce que je le vis les yeux fermés dans mon sommeil.

    /9Dm6/Et dans le coeur du Soleil

    /1Am:l'Oiseau du Paradis dansait autour d'une immense coupe

    Et il me dit...

     

    LE PHENIX:

    /2Em/Kiou !

    Cette coupe fut jadis nommée : Graal !

    /5Dm/C'est elle qui reçut le sang de Jésus

    lorsqu'il l'offrit aux hommes

    /7E/afin qu'ils retrouvent la mémoire du bonheur,

    /1E7/la source de l'existence...

     

    HOANI

     

    /1Am/J'étais éblouie

    et je m'agenouillais

    et je le suppliais :

     

    /2E7/"Bel Oiseau

    tes rayons m'ont rendu légère,

    /3D7/plus rien ne m'attache à mon passé ...

    /3CM7/Je veux boire à la coupe d'Immortalité !"

     

    /3G/Alors l'Oiseau m'a dit ...

     

    LE PHENIX:

     

    /5F/Vois cette planète bleue qui danse dans le ciel ...

    /3Gm/Elle s'appelle Terre !

    /4E/Elle est couverte d'océans

    /2E7/et de grandes îles nommées continents...

     

    /3G/Dès demain, pars pour cette planète ...

    /5Am/Tu trouveras à ton éveil

    /1F/un vaisseau spatial qui se nourrit des vents cosmiques ...

    /3F7/Cet astronef est programmé pour te conduire sur la planète Terre.

     

    /9A/Alors tu te poseras dans un jardin chargé de fruits

    /1Am/et tu verras venir à toi quelques enfants.

    /1EbM7/Appelle les " enfants de l'Arc-en-ciel ".

    Raconte leur ton histoire .

    /2Ebm/Dis leur que tu es partie à la recherche du Graal

    /2E7/et qu'ils peuvent t'accompagner jusqu'au coeur du Soleil !

     

    HOANI:

     

    /5Dm/Avez vous entendu ?

    /5E7+/Etes vous les enfants de l'Arc-en-ciel ?

     

    OCEANIA:

     

    /4E/En t'entendant raconter ton histoire

    /7E/mon coeur se dilatait ...

    /5Am/Je veux boire à la coupe de l'Eternité !

     

    ASIA:

     

    /9A/Oui, je sais que Dieu est amour

    /1Dm/et je veux apprendre à aimer.

    /4D13,9M/J'ai vu tant de vieillards pleurer,

    /1D11/ j'ai entendu tant de cris de haine

    /1D9/et leurs malédictions asphyxiaient les nouveaux-nés ...

    /1Eb+/Ils grandissaient alors, boiteux et malheureux,

    /2Ebm/e coeur peuplé de convoitises ...

    /4Ebdim/Oui, je veux apprendre à aimer !

     

    ANTARTICA:

    /7Ebdim/J'ai entendu parler de Jésus-Christ ;;;

    /2G6/On dit qu'il fut cruxifié

    /1Am/il y a longtemps sur cette planète ...

    /2G6/Je veux savoir ce qui s'est vraiment passé.

     

    AMERICA:

    /5Am/Nous sommes les amoureux de l'aube !

     

    EUROPA:

    /1Am/Tous nous voulons boire à la coupe de l'Immortalité !

     

    AFRICA:

    /5Am/Et contempler le Graal qui a reçu le sang de Jésus !

     

    HOANI:

    /2A9m/Je suis contente de vous avoir rencontrés.

    Mais dites moi : /1Adim/ Qui êtes vous ?

     

    AFRICA:

    /7Adim/Moi, Africa, je suis la princesse d'un pays de gazelles !

    /4Adim/Je possède des mines de diamants et de métaux précieux

    /8Am/et j'ai vu se lever les grandes pyramides...

    /5Am/Aujourd'hui le désert avale la forêt...

    /1Dm/Mon peuple sans mémoire est très frustré !

     

    ASIA:

    /5D6/Moi, Asia

    Je possède la mémoire de la Création

    /2D+/ et je la protège !

    /5D/Je sais aussi comment s'éteignent les astres...

    /2G6/M'obéissent les ascètes qui domptent les tigres du regard.

    /1E7/Mais nombreux sont ceux dévorés par les tigres

    /7E6/Et je suis dévastée par les rapaces et les chacals.

     

    OCEANIA:

    /1E6/Moi, Océania

    /1Abdim/je possède l'Infini des vagues ...

    /6Abdim/Je possède des vergers ensemencés

    /3Abdim/par toutes les graines de la Terre ...

    /3Ab9m/Je possède le corail et les poissons multicolores !

    /1Am/M'obéissent les rêveurs des horizons les plus lointains...

     

    AMERICA:

    /2G6/Moi, América

    Je possède des troupeaux de bisons et des satellites

    /2GM7/ des totems et des gratte-ciel ...

     

    ANTARTICA:

    /1G+/Moi, Antartica,

    /1Adim/je possède un immense continent de glace ...

    /2Bm/Il y souffle des vents violents...

    /7Bm/Parmi ces vents depuis des millénaires

    je prie sur les sommets !

     

    EUROPA:

    /1D7/Moi, Europa,

    Je possède la connaissance des lois

    et des traités qui pacifient les hommes ...

    /2D+/Les blessés de toutes les guerres du monde

    frappent à ma porte

    /5D11/et je n'ai pas assez de bras pour les soigner.

    /1D11/Alors trop souvent la haine souffle sur mes espoirs

    /7D13/Et mes yeux sont lourds d'une grande fatigue...

     

    HOANI:

    /3D7/Je vois que vous possédez beaucoup ...

    /1Am/Mais voilà

    L'oiseau de paradis m'a dit ...

     

    LE PHENIX:

    /2G6/"Nul ne parviendra à boire à la coupe d'Immortalité

    Si ce n'est sa première priorité !"

     

    HOANI:

    /5G6/Avez-vous entendu ?

    /1Am/Ceux pour qui ce n'est pas l'urgence première

    /2GM7/n'auront pas les yeux pour voir

    La lumière supramentale qui tombe sur leurs épaules !

    /3Em/

     

    TOUS, en désordre:

    /2Em/Au Graal nous faisons serment de fidélité !

    Nous le jurons !

     

    HOANI:

    /1Am/Maintenant je vais me préparer

    /2G6/ dans le désert.

    /4Am6/J'ai tant soif de silence ,

    /1Am6/ tant soif de paix

    /1Adim/ et c'est dans la paix toujours plus profonde

    /2A9m/ que je trouverai la force d'avancer sur ma route...

     

    /11A9m/Qui veut m'accompagner sur mon vaisseau spatial

    Jusqu'au désert ?

    /4Am6/

     

    TOUS, en désordre:

    /1Am6/Nous ne sommes pas prêts !

    Pas encore !

    /1Am7/Plus tard !

     

    HOANI

    /5Am/Alors peut-être serez vous là à mon retour...

    /7Cm7/Puisse mon absence vous paraître

    Aussi brève que quelques instants

    /3Cm/Et non une éternité d'abandon et de désespoir !

     

    /4Am6/

     

    78

     

    /4Am6/

    Mintenant Hoani s'en est allée sur son vaisseau spatial

    /1EbM7/ Antartica s'avance et dit :

     

    /1Dm/Mes amis,

    Nous aurions dû accompagner Hoani...

    Qui sait maintenant quels rapaces

    Chercheront à s'emparer de nos destins...

     

    EUROPA:

    /9DM7/Je suggère que nous restions assemblés jusqu'à son retour

    Je suggère que nous l'accompagnions de nos prières...

     

    ASIA:

    /6Bm/Soulageons la souffrance du monde !

    Ainsi sera soulagée notre propre souffrance...

    /1Bm6/

     

    UNE VOIX , plaintive:

    Aaaaaaaaaaaaaaah... aaaaaaaaah ...

     

    OCEANIA:

    /2Bb+/J'entends au loin une voix qui pleure...

    Allons sans tarder la secourir...

     

    LA VOIX:

    /1Bb/Aaaaaaaaaaaaaah...Aaaaaaaaaah ...

     

    AMERICA:

    /1Bbdim/Je vois... là bas...

    Ses pieds semblent rouges de sang ...

    /1Bb/Cette jeune fille traîne en gémissant

    une énorme pierre enchaînée à son mollet

    /3Bb9m/

     

    LA JEUNE FILLE s'approche:

     

    Aaaaaaah ...aaah.. aaaaaaaaah !

     

    ANTARTICA:

    /1Bb9m/Nous sommes les Nations Unies

    et nous voulons te délivrer.

    Que faut-il faire ?

     

    LA JEUNE FILLE:

    /5Bb7M/Ah mes amies !

    Que je suis fortunée de vous avoir rencontrées !

    /8Bb7/Je vous bénis pour vos intentions généreuses...

     

    EUROPA:

    /1Bb/Qui donc t'a enchaînée si cruellement ?

     

    LA JEUNE FILLE:

    /1Bb6/La créature hypocrite à qui je dois ma servitude

    s'appelle Hoani !

    C'est une étrangère,

    étrangère à cette Terre et à tout ce qui est juste et bon !

     

    AFRICA:

    /9Bbm/Tu nous étonnes, créature souffrante?

    nous aussi nous avons rencontré Hoani ...

    Et elle nous a invitées à chercher le Graal merveilleux

    Sans pourtant nous forcer à la suivre...

     

    LA JEUNE FILLE:

    /1Bbm/Que vous êtes crédules!

    Car voici longtemps que j'ai conquis moi-même

    le Graal à l'eau miraculeuse?

    et je l'ai caché aux regards malhonnêtes

    En vous attendant !

     

    ASIA:

    /8Bb7M/Mes amies

    Nous ne pouvons croire ce que nous raconte cette créature misérable...

    Certainement elle fut trompée par un démon

    qui a pris l'apparence d'Hoani.

    /1BbM7/Mais notre mission est de soulager la souffrance du monde...

    Délivrons cette malheureuse de ses chaînes !

     

    LA JEUNE FILLE:

    /1Bb6/Maintenant je vais me replier sur cette pierre...

    Et vos mains vont lancer des rayons de feu ...

    /1Bbdim/ Vous allez faire converger

    Ces rayons sur mes chaînes...

    /5Bbdim/Alors le mauvais sort sera levé !

     

    79

     

    /8Bbdim/Maintenant les enfants de l'Arc-en-ciel tendent leurs mains...

    /1Bb/Leurs paumes lancent des rayons brûlants ...

    /8Bb7M/Leurs voix s'unissent en un chant sans paroles, clair et long.

     

    /5Bb7M/Soudain la chaîne se brise

    /1Bb7M/et Morjine se retourne.

    Sa taille a quadruplé,

    /1Bb/ elle n'a plus le visage d'une jeune fille ...

    /2A/Ses dents et ses yeux sont devenus énormes ...

    /9A/Ses canines sont tendues comme des poignards ...

    /5A/Sa langue très longue pend en avant ,

    elle est couverte de miroirs ...

    /1Bb6/Son ventre est énorme comme celui d'une ogresse ...

    /5A/Elle est vêtue de carreaux blancs et noirs

    /1Bb6/ et d'une cape qu'elle agite en s'ébrouant !

    A ses doigts ont poussé des ongles très longs

    /2A/ qui lancent des éclairs sur les arbres à l'entour !

    Un après l'autre ils sont calcinés.

    /5Bb7M/Morjine martèle le sol, et danse en s'esclaffant...

    /1Bb6/

     

    MORJINE:

     

    Adioooooooooo ! Rrn... Rrnnn...Oro,oro,oro !

    MoAAAAAAAAAAaaah...

     

    ANTARTICA:

    /2A/Nous avons été trompés...

    Détruisons le monstre !

     

    80

     

    /6Gm/Tous partent à l'attaque

    mais Morjine de ses ongles lance des éclairs !

    /3Gm/Chaque assaillant est précipité en l'air

    puis s'écrase au sol ...

    /2GM7/Morjine danse, renifle, crie et rit

    Tous ses attaquants gisent, à demi-conscients, hypnotisés ...

     

    MORJINE:

    /1C#m/Du calme ! du calme !

    /4C#m/Je ne suis que votre vieille mère !

    Si je vous suis apparue d'abord sous la forme d'une créature misérable

    C'était pour mesurer la profondeur de votre générosité...

    /9C#m/Maintenant je suis vieille et laide

    /5C#m6/Etes vous capables de m'aimer telle que je suis ?

     

    AMERICA:

    Nous sommes prêts à te suivre

    Que faut-il faire ?

     

    MORJINE:

    /8C#m6/MoaaaAAAAaaaaah!

    Très simple !

    Rire, boire et manger!

    Rire, boire et danser !

    Rire dans l'insouciance !

    /5C#m6/Et le second secret :

    Ne jamais avoir peur de la mort !

    La peur est mère de la Mort !

    /3Em/C'est la devise même de l'Oiseau du Paradis

    Dont je fus la première disciple ...

     

    ANTARTICA:

    /2DM7/Je sens que tu dis vrai...

    Mais comment vaincre la peur ?

     

    MORJINE:

    /2D/Adioooooooo! Rrrrrn... Rnnnn....

    Très simple ! Très simple !

    /2DM7/Organisons des combats !

    Le vainqueur de vos héroïques tournois

    pourra boire à la coupe d'Immortalité !

     

    EUROPA:

    /3D7/Oui, nous sommes immortels, comme Dieu lui-même...

    Qui veut se battre avec moi ?

     

    AFRICA:

    /1D9/Moi !

    Que mes peuples trop nombreux

    dévastent tes prairies fertiles !

     

    MORJINE:

    /4D9/Vous avez compris !

    Il faut verser un peu de votre sang

    Et vous deviendrez immortels !

    /2G6/Tchoupak ! Mon fidèle serviteur !

    Tchoupak !

    /1Am/Apporte donc la coupe du Graal !

     

    81

     

    /2Em/Tchoupak surgit de derrière un gros rocher

    Tchoupak est un pauvre diable

    /1Am/qui aime trop manger

    Il se déplace accroupi, rapidement.

     

    TCHOUPAK:

     

    /2Em/Uuuuuuuuuu...

    Voici la Coupe, grande prêtresse...